Tout savoir sur la prime d’assurance

Pour pouvoir être autorisés à circuler le long du réseau routier français, les véhicules motorisés doivent impérativement être assurés. Mais pour pouvoir être protégés par une compagnie d’assurance, les conducteurs doivent payer une prime d’assurance, dont le montant de la cotisation est calculé en fonction de critères liés au conducteur lui-même, à son véhicule ainsi qu’à des éléments externes.

AU SOMMAIRE :

Prix d'une assurance auto

Qu’est-ce que la prime d’assurance auto des usagers ?

La prime d’assurance auto des usagers de la route représente la somme que les conducteurs doivent payer dans le cadre du contrat qui leur permet d’être couvert par leur assureur pour la durée du contrat, c’est-à-dire 12 mois.

Le montant de cette prime est calculé en selon d’un certain nombre de critères comme le risque encouru, permettant d’en faire augmenter ou baisser le prix. Il est possible de négocier avec l'assureur les tarifs. A la date d'échéance du contrat, la compagnie d'assurance peut décider de recalculer la prime de son assuré, notamment si le niveau de risque ou d'autres données ont changé.

Voiture tirelire
L'assurance auto jeune conducteur
simple et pas chère.

Comment est calculée la prime d’assurance auto ?

Le calcul des primes d’assurance auto s’articule autour de 4 éléments principaux : l'automobiliste, le véhicule, les garanties souscrites et les évolutions du marché de l’assurance.

1er critère : le conducteur

Les compagnies d’assurance calculent tout d’abord le montant de la prime d’assurance annuelle en fonction du profil de l’usager, et notamment :

  • l’âge du conducteur, ainsi que son nombre d’années de détention du permis de conduire. En effet, les jeunes conducteurs et les usagers de la route âgés de plus de 60 ans sont considérés par les compagnies d’assurance comme des usagers à risques
  • la situation familiale et/ou professionnelle du conducteur, qui participe à la prudence derrière un volant ou la fréquence d'utilisation de la voiture
  • d’autres critères comme la présence d’un second conducteur au contrat ainsi que son historique, qui permet notamment de calculer le bonus-malus de l’usager.

Seniors appelant leur assurance suite a une panne

2ème critère : le véhicule

Le second critère de calcul de la cotisation de la prime d’assurance dépend du véhicule et de ses différentes caractéristiques. La marque, l’âge et le modèle de la voiture permettent aux assureurs de calculer la valeur de l’automobile d'après sa Cote Argus. La prime des véhicules neufs est généralement plus importante que celle souscrite pour des véhicules d’occasion. 

Le lieu de stationnement habituel du véhicule est également une partie importante de la prime, car un véhicule stationnant dans un local privé et fermé sera plus en sécurité qu’un véhicule stationnant dans un jardin ou dans la rue. La zone géographique dans laquelle le conducteur conduit et stationne sa voiture joue également sur les risques encourus au quotidien.

Voiture tirelire
L'assurance auto jeune conducteur
simple et pas chère.

3ème critère : les garanties souscrites

Le troisième critère entrant dans le calcul du coût de la prime d’assurance est le choix des garanties sélectionnées par le conducteur lors de la signature de son contrat d’assurance. Ainsi, si le choix de l’assurance au tiers, le minimum légal pour pouvoir conduire, permet de réduire le coût de son assurance auto, cela se soldera par de moins bonnes indemnisations, et notamment aucune indemnisation en cas d’accident responsable. Au contraire, si une assurance tous risques permettra une prise en charge totale des dépenses associées à l'assuré et à son véhicule même en cas d’accident responsable, la prime d’assurance sera nettement plus élevée.

Conductrice remplissant un constat amiable apres un accdient

4ème critère : les évolutions du marché de l’assurance

Enfin, le quatrième critère permettant de calculer le coût de la prime d’assurance est associé aux différentes évolutions connues par les assureurs durant l’année écoulée. Ces différents facteurs proviennent notamment de l’évolution de la sinistralité, liée à une potentielle augmentation ou diminution des cotisations de tous leurs assurés afin de ne pas crouler sous les indemnisations. De plus, l’ajout constant de nouvelles technologies parmi les équipements des automobiles se répercute irrémédiablement sur les frais de réparation suite à un sinistre. Ces augmentations sont donc répercutées par les compagnies d’assurance sur le tarif des primes d’assurance. Ces données sont calculées par les compagnies et permettent de réajuster les primes tous les ans.

Voiture tirelire
L'assurance auto jeune conducteur
simple et pas chère.

Augmentation de la prime d'assurance : quelles en sont les raisons ?

La prime d'assurance auto payée une fois par an par un assuré peut parfois être concernée par une hausse des prix. La plupart des contrats d'assurance ont une clause indiquant que la hausse des tarifs d'un domaine fait automatiquement monter le coût du contrat, sans qu'il y ait besoin de rediscuter les termes du contrat. C'est une clause importante : pensez à bien repérer le montant de l'indice d'augmentation afin de ne pas avoir de mauvaise surprise en cas d'une hausse tarifaire à la date prévue par le contrat.

Si le contrat de l'assuré ne contient aucune clause de révision ou d'adaptation des cotisations, l'assuré a la possibilité de refuser à l'augmentation et doit continuer à être couvert par son assureur. Une hausse de la prime d'assurance doit toujours être annoncée à un client, qui peut ensuite choisir de résilier son assurance auto.

Plusieurs raisons peuvent pousser un assureur à augmenter la cotisation d'une prime d'assurance :

  • L'ajout d'une garantie.
  • Un malus après un accident de la route.
  • Un changement de véhicule.
  • Un changement de situation personnelle qui augmente le risque encouru.

Un cas particulier ne permet pas à l'assuré de refuser le montant de sa prime d'assurance auto : c'est lorsque l'Etat décide d'ajouter une garantie sur les contrats d'assurance.

Voiture tirelire
L'assurance auto jeune conducteur
simple et pas chère.

Prime d’assurance et bonus-malus

Une fois que le montant de la prime d’assurance a été définie par l’assureur, celui-ci n’a plus qu’à appliquer le coefficient modificateur du bonus-malus. Allant de 0,5 pour le bonus et jusqu’à 3,5 pour le malus, ce coefficient est calculé en fonction des sinistres ou de l’absence de sinistres connus par le conducteur. Ainsi, chaque année passée sans subir le moindre accident responsable verra son taux, qui est égal à 1 lors de la première année du contrat, être diminué de 5%. Mais dès que l’automobiliste est responsable d’un nouveau sinistre, son coefficient modificateur augmente de 25%.

Bonus lie a un assure conduisant une automobile

Ne pas confondre prime d’assurance et cotisation

Il n’est pas rare que les usagers de la route fassent l’amalgame entre la prime d'assurance et les cotisations d’assurance. Pourtant, ces deux notions sont différentes.

En effet, la prime d’assurance correspond au montant annuel que doivent payer les automobilistes pour pouvoir être assurés pendant une durée d’un an. Mais dans une grande majorité des cas, les automobilistes français préfèrent échelonner le paiement de la prime d’assurance, grâce à un prélèvement mensuel ou trimestriel, et connu sous le nom de “cotisations”. Si cet échelonnement permet d'étaler le paiement de la prime, ce qui est permet aux propriétaires de véhicules d’être plus à l’aise financièrement, celui-ci entraîne aussi des frais de gestion supplémentaires, ce qui augmente ainsi le prix final de leur prime d’assurance.

Régler sa prime d'assurance auto

Tous les ans, l'assuré doit recevoir un avis d'échéance l'informant que le temps est venu de régler sa prime d'assurance. Il dispose ensuite d'un temps imparti pour payer. Si il ne paye pas à temps, l'assurance est tenue de relancer l'assuré par courrier recommandé afin de lui donner un délai supplémentaire. Si l'assuré ne paye toujours pas, l'assureur peut choisir de résilier le contrat d'assurance.

Nos villes couvertes par la conduite :