Tout savoir sur le temps de réaction

Contrairement à la distance de freinage, le temps de réaction ne dépend pas des éléments mécaniques qui équipent un véhicule ou de l’état de la chaussée, mais il dépend uniquement de la capacité d’un conducteur à analyser un événement et à agir en conséquence. Tout savoir sur le temps de réaction est essentiel pour tous les candidats souhaitant obtenir leur code de la route en 2019.

schéma représentant la distance parcourue avant le freinage.

Les facteurs humains et environnementaux jouant sur le temps de réaction

Le temps de réaction d’un chauffeur dépend avant tout de sa bonne condition physique. L’état de fatigue, l’état de santé et la prise de médicaments y sont liés, ainsi que la consommation d’alcool et la prise de drogue. Tous ces éléments modifient la perception du conducteur et augmentent considérablement son temps de réaction, qui est normalement d’environ une seconde.

🚦 Consultez la définition complète du temps de réaction 🚦

Cependant, certains éléments extérieurs peuvent aussi avoir des conséquences sur le temps de réaction d’un chauffeur. Il est notamment possible de lister les conditions climatiques difficiles, plus précisément le brouillard, la pluie et la nuit, ainsi que certaines conditions de circulation, comme la vitesse et le respect des distances de sécurité. À l’instar de la condition physique du conducteur, ces facteurs ont pour conséquences d’augmenter le temps de réaction.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

S’arrêter à temps

Au quotidien, lorsqu’un conducteur doit arrêter son véhicule, il lui suffit de freiner en observant la circulation et les mouvements des autres usagers. Dans certaines conditions de signalisation spécifiques, telles que les feux tricolores ou les panneaux stop, l’usager peut même anticiper son freinage et réaliser en toute tranquillité les contrôles nécessaires. Mais lorsqu’un événement soudain nécessite de freiner brusquement, un temps de réaction en plusieurs étapes est nécessaire à la réalisation des différentes actions menant au freinage.

Schéma présentant le déroulement du processus de réaction.

Il est possible de calculer la distance de perception parcourue en 1 seconde en tenant compte de l’analyse de la situation, de la prise de décision et de l’appui sur le frein.

Pour cela, il suffit de multiplier le chiffre correspondant aux dizaines de la vitesse par trois. Par exemple en roulant à 50 km/h, un véhicule avancera sur 15 m avant que son chauffeur ne réagisse.

L’impact du temps de réaction et de la distance de freinage sur la distance d’arrêt

Le temps de réaction et la distance de freinage sont des éléments essentiels pour calculer la distance d’arrêt d’un véhicule. Elle débute à la découverte de l’obstacle ou de la situation dangereuse et elle se termine lorsque le véhicule est à l’arrêt complet.

Voici la liste des éléments qui peuvent la faire varier :

  • le niveau de vigilance du conducteur
  • la vitesse du véhicule
  • l’état de la chaussée
  • l’état du véhicule
  • le poids du véhicule
  • le type de surface de circulation (côte, descente ou plaine...)

La distance d'arrêt des automobiles

En ce qui concerne la distance de freinage, elle intervient après que le temps de réaction d’un chauffeur soit écoulé. Pour reprendre le précédent exemple, après avoir 15 mètres en roulant à 50 km, le conducteur se met à freiner. Cependant, lorsque l’on exerce une pression sur la pédale de frein, la voiture ne s’arrête pas immédiatement et parcourt une distance dite "de freinage". De plus, par temps de pluie, la distance de freinage est multipliée par 2 et nécessitera les actions de l’ABS, de l’AFU et de l’ESP.

Pour résumer, la distance d’arrêt est donc la somme de la distance de perception et de la distance de freinage.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Quelques précisions

Plutôt que de calculer les distances qui composent la distance d’arrêt, il est possible de se faire une idée de ce qu’elle représente dans la pratique, en multipliant le chiffre des dizaines de la vitesse par lui-même.

Par exemple, en roulant à 50 km/h, un véhicule avancera sur 25 mètres avant de s’arrêter totalement. Sur une telle distance, il est possible de rentrer en collision avec d’autres véhicules, surtout si les distances de sécurité n’ont pas été respectées et que la vitesse autorisée a été dépassée.

Les différentes distances de freinage sur route seiche ou sur route mouillée

Aussi, avant de prendre le volant, chaque conducteur doit s’assurer d’être dans une bonne condition physique pour que son temps de réaction n’engendre pas d’accidents de la route. Être attentif aux conditions de circulation doit permettre de prendre rapidement la bonne décision face à un obstacle.

Nos villes couvertes par la conduite :