Respecter les limitations de vitesse du code de la route

La vitesse sur les routes françaises est limitée en fonction des différentes conditions de circulation : type de route, météo, statut du conducteur et autres. Malheureusement, une vitesse élevée est trop souvent une source d'accidents. Il est donc indispensable de revenir sur les règles prévues par le Code de la route et l'attention dont doit faire preuve le conducteur pour adapter sa vitesse à une situation donnée.

Statistiques de la vitesse en France

D'après les chiffres de la Sécurité Routière relatifs à l'usage excessif de la vitesse en France, en 2015 :

  • 29% des français déclaraient ne pas respecter les limitations de vitesse
  • 57% roulent trop vite parce que la route le permet
  • 36% dépassent les limitations de vitesse la nuit, contre 23% durant la journée

Code de la route : les limitations de la vitesse

Limitations de vitesse en ville

En agglomération, le code de la route prévoit une limitation de la vitesse à 50 km/h. Certaines portions des villes peuvent également être limitées à 30 km/h, dans le cadre d’une zone 30.

Limitation de vitesse en agglomération

Limitations sur les routes à double sens

Sur les routes à double sens de circulation, la vitesse maximale prévue par la loi est de 80 km/h. Cette limitation est réduite à 50 km/h si la visibilité est inférieure à 50 mètres.

Limitations sur les routes à chaussées séparées et autoroutes en zone urbaine

Sur ces routes, la vitesse maximale prévue par la loi est de 110 km/h. Cette limite peut descendre à 100 km/h en cas de précipitations et à 50 km/h en cas de très faible visibilité.

🚦 Consultez la définition complète des limitations de vitesse 🚦

Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Limitations de vitesse sur les autoroutes

Lorsqu’il roule sur une autoroute, l’usager ne peut pas dépasser 130 km/h. En cas de précipitations, sa vitesse maximale est réduite à 110 km/h, et elle passe à 50 km/h en cas de très mauvaise visibilité, à savoir si l'usager ne peut pas voir à plus de 50 mètres.

Limitations de vitesse sur autoroute

Pour les conducteurs titulaires d'un permis probatoire, la vitesse est limitée à 80 km/h sur route à double sens, à 100 km/h sur route à chaussées séparées et enfin à 110 km/h sur autoroute. Ces vitesses restent les même en cas de précipitations.

Évaluer et ajuster sa vitesse pour respecter les limitations

Évaluation de la vitesse

Pour évaluer avec précision la vitesse d'un véhicule motorisé, il est préférable d'utiliser le m/s comme unité de mesure. Pour convertir les km/h en m/s, il existe une technique qui, sans être très précise, reste néanmoins très simple. Il suffit de multiplier le chiffre des dizaines de la vitesse du véhicule en km/h par 3.

Le temps de réaction moyen chez un automobiliste est de 1 seconde. C’est pour cette raison qu’un conducteur doit toujours veiller à adapter sa vitesse aux différentes situations et aux autres usagers de la route qu’il rencontre.

Schéma présentant le déroulement du processus de réaction.

Ajustement de la vitesse

Tout bon conducteur doit savoir ajuster sa vitesse en fonction des circonstances. En effet, dans certaines situations, la vitesse maximale autorisée n'est pas adaptée et doit être réduite. Pour savoir quel rythme adopter, le conducteur doit prendre en considération les éléments suivants :

  • la configuration de la route : manque de visibilité, intersection ou virage dangereux, etc ...
  • la météo : conduire en cas de neige, de pluie ou encore de brouillard peut représenter un danger pour l'ensemble des usagers de la route
  • les autres usagers : qu'il s'agisse d'usagers piétons ou motorisés, le conducteur doit être vigilant en toute situation, particulièrement avec les piétons et les enfants, qui sont les usagers les plus vulnérables
  • les travaux éventuels : un usager doit toujours ralentir dans les zones de travaux. Il en va de la vie des ouvriers travaillant sur le chantier

Les dangers liés au non respect des limitations de la vitesse

Quelles sont les conséquences de la vitesse sur les véhicules et sur l'environnement ?

L'énergie cinétique

Lorsqu'un véhicule est en mouvement, il accumule systématiquement de l'énergie cinétique, dont la valeur s'exprime en joules. Plus la vitesse est élevée et plus cette énergie est forte. Cette dernière peut avoir des conséquences dangereuses :

  • la distance de freinage peut en être rallongée. En effet, quand la vitesse double, la distance de freinage est multipliée par 4
  • le changement de trajectoire est plus difficile. Si la vitesse double, la force centrifuge est elle aussi multipliée par 4, ce qui rend beaucoup plus difficile le changement de voie ou la prise d'un virage
  • en cas d'accident, la violence du choc est plus élevée, car une vitesse 2 fois plus élevée conduit à un choc 4 fois plus violent

La force centrifuge

Cette force s'exerce sur tous les véhicules lorsqu’ils prennent un virage. Si la force centrifuge est moins forte que l'adhérence, cela ne pose pas de problème, car le véhicule tournera, et l’usager pourra prendre son virage tranquillement. Mais la prudence reste de mise car, si la force centrifuge est supérieure à l'adhérence, l’usager risque de "tirer tout droit" et de sortir de la route. La seule solution pour lutter contre cette force centrifuge est d'anticiper l'arrivée du virage et de ralentir à son approche.

🚦 Consultez la définition complète de la force centrifuge 🚦

Schéma représentant les effets de la force centrifuge

La perte d'adhérence

L'adhérence du véhicule dépend de plusieurs critères :

  • l'état des pneumatiques : type de pneus, usure, pression
  • le revêtement de la chaussée : qualité du revêtement, trous, déformations
  • les conditions météorologiques : route sèche, pluie, neige, verglas

Calcul de la distance d'arrêt

Pour calculer cette distance, il faut prendre en compte :

  • le temps de réaction de l'automobiliste, ce temps est de 1 seconde chez un conducteur normal et de 2 secondes chez un conducteur fatigué. En cas d'alcoolémie, le temps de réaction peut monter à 3 secondes, ou même plus
  • la distance de freinage, c'est à dire la distance parcourue entre le moment où l’usager actionne sa pédale de frein et l'arrêt total du véhicule

Schéma ajoutant le temps de réaction à la distance de freinage.

On obtient donc : Distance d'arrêt = Temps de réaction + Distance de freinage. Evidemment, plus la vitesse initiale du véhicule est élevée et plus la distance d'arrêt sera importante.

À titre d'exemple, si un usager circule à 130 km/h, 85 mètres seront nécessaires pour lui permettre de s'arrêter. La distance d'arrêt est donc dépendante de la vitesse initiale.

Code de la route
10× moins cher !

Calcul du coefficient d'adhérence

Le coefficient d'adhérence est un indice compris entre 0,1 et 1. Il permet de connaître le niveau d'adhérence d'une route en fonction des trois critères précédents. Cet indice peut donc être de 1 si l’automobiliste circule sur une route complètement sèche, avec une qualité de revêtement de la route irréprochable et que ses pneus sont neufs et bien gonflés. En revanche cet indice peut tomber à 0 si l’usager circule sur une route gelée avec des pneus très usés et mal gonflés.

Nos villes couvertes par la conduite :