Notre Guide du Code de la route

Pour décrocher l'épreuve théorique générale (E.T.G), les candidats à l’examen du Code de la route doivent impérativement connaître les 10 thèmes du code de la route sur lesquels ils seront interrogés à l'issue de leur formation en auto-école (comme la circulation routière, le conducteur, les autres usagers, etc …).

Code de la route
10× moins cher !

La signalisation routière

La signalisation routière est omniprésente sur le réseau routier français, et comprend notamment le marquage au sol et les différents panneaux.

La signalisation horizontale

Le marquage au sol comprend l’ensemble des informations présentes directement sur la chaussée, et qui délivrent des informations utiles comme :

  • les lignes médianes, qui peuvent être continues ou discontinues, et qui permettent de séparer les différentes voies de circulation
  • les lignes de rives, qui créent une démarcation entre l’accotement et la chaussée
  • les flèches, qui permettent d’indiquer les directions associées à chaque voie de circulation
  • les lignes transversales, qui indiquent où céder le passage (STOP, Cédez-le-passage, feux tricolores), où traverser (passages piétons), etc …

Schéma représentant une intersection comportant des feux tricolores

La signalisation verticale

La signalisation verticale comprend les différents panneaux, mais aussi :

  • les bornes de localisation, complétées par une lettre spécifiant la nature de la voie empruntée
  • les balises, qui peuvent indiquer un obstacle (1), un virage (3), un renforcement du marquage continu (7), une intersection (10), etc …

toutes les balises du code de la route

Les panneaux de signalisation

Les panneaux sont présents partout sur le réseau routier. Il est important de savoir les interpréter rapidement pour comprendre leur message et adapter son comportement.

Signalisation verticale : signification des panneaux

Les différentes formes des panneaux

Ils peuvent être de différentes formes, notamment :

  • triangulaires (danger)
  • ronds (prescription)
  • carrés (indication)
  • flèches (direction)

Les différentes couleurs des panneaux

Ils peuvent également être de différentes couleurs :

  • rouge (interdiction ou danger)
  • bleu (obligation ou indication)
  • jaune (temporaire)
  • vert ou marron (différents types de localisations)

Les différents symboles des panneaux

Ils peuvent comporter différents symboles permettant de spécifier les dangers, les prescriptions et les indications fournies.

Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Les différentes intersections

Les intersections sont les espaces où se croisent plusieurs routes, et où s'applique un ordre de traversée précis, permettant de réduire les risques de collision.

Un candidat doit savoir reconnaître les différentes formes d’intersections (en T, en Y, en croix, en étoile, mais aussi les rond-points et les carrefours à sens giratoire) et quel ordre de traversée doit y être appliqué, notamment grâce aux différents signaux indiquant les ordres de priorité et au marquage au sol.

Les differents types d'intersections

Les règles de la circulation routière

Les automobilistes doivent impérativement suivre un certain nombre d'obligations lorsqu’ils circulent. Ils doivent notamment savoir se positionner correctement sur la chaussée (sur la voie la plus à droite de la direction souhaitée, sauf en cas de dépassement), et doivent penser à réaliser leurs contrôles visuels et à bien utiliser leur clignotant avant de changer de direction, comme le stipule la réglementation.

Les limitations de vitesse

Les candidats doivent, grâce à leur formation, connaître les différentes limitations appliquées en fonction du type de voie où ils circulent.

Les limitations en agglomération :

  • 20 km/h pour les zones de rencontre
  • 30 km/h pour les zones 30
  • 50 km/h dans le reste des agglomérations (et sur toutes les routes en cas de visibilité inférieure à 50 mètres)

Les limitations hors-agglomération

  • 80 km/h pour les routes à double sens de circulation (sauf sur les créneaux de dépassement où la elle est limitée à 90 km/h)
  • 110 km/h  pour les voies à chaussées séparées (100 km/h en cas de précipitations)
  • 130 km/h pour les autoroutes (110 km/h en cas de précipitations)

Limitations de vitesse sur autoroute

Évaluer et ajuster sa vitesse

En plus d’appliquer ce qu'ils ont appris durant leur formation, les automobilistes doivent veiller à évaluer leur vitesse et à l’adapter à leur environnement de conduite (forte affluence, configuration de la chaussée, travaux et autres risques, …) afin de réduire leur distance de freinage (qui est de 12 mètres à 50 km/h et atteint 83 mètres à 130 km/h).

Schéma ajoutant le temps de réaction à la distance de freinage.

Les croisements et les dépassements

Les automobilistes seront amenés à conduire en présence de nombreux autres chauffeurs, qu’ils devront croiser ou dépasser en fonction des situations.

La réglementation liée aux croisements

Les automobilistes doivent savoir que la priorité est laissée au véhicule le plus lourd dans les croisements difficiles, et qu'ils devront adapter leur comportement en conséquence.

Présence d'une place d'évitement dans le cadre d'un croisement difficile

Règles liées aux dépassements

Avant de réaliser un dépassement, les automobilistes doivent vérifier qu'ils peuvent dépasser sans risque. Pour cela, ils doivent :

  • s’assurer que le dépassement est autorisé
  • s’assurer que la visibilité vers l’avant est suffisante
  • s’assurer que leur manœuvre ne gênera pas de chauffeur à l’avant comme à l’arrière

Une fois toutes ces vérifications faites, les automobilistes pourront réaliser leurs contrôles visuels, actionner leur clignotant et concrétiser leur manœuvre de dépassement sans représenter un danger.

Schéma détaillant les règles de dépassement et l'utilisation des clignotants durant le dépassement

Le stationnement et l’arrêt des véhicules

Les futurs automobilistes doivent apprendre à reconnaître les éléments indiquant s’ils peuvent stationner ou s'arrêter, et ceci en fonction de leur environnement de circulation. Ils pourront obtenir ces informations grâce aux différents éléments verticaux signalant une interdiction de stationner ou de s’arrêter, mais aussi grâce à la ligne jaune, qui peut être continue ou discontinue.

une mise en situation d'une rue à stationnement semi-mensuel

Conduire une automobile

Les conducteurs doivent impérativement connaître certaines spécificités liées à la conduite, comme :

  • l’exploration visuelle, qui passe notamment par la vérification des angles morts, qui sont les espaces non visibles dans les rétroviseurs, avant un changement de direction
  • définir une stratégie de conduite, qui leur permet d’analyser la situation, de la comprendre et d’agir en conséquence
  • la connaissance des situations à risques et comment éviter une collision grâce à la communication avec les autres chauffeurs grâce aux clignotants, le respect des intervalles de sécurité, l’adaptation de la vitesse ou encore la nécessité de s’arrêter à temps pour éviter les collisions multiples.

Schéma représentant la zone d'exploration visuelle et incluant les angles morts.

Être en état de conduire

Les futurs automobilistes doivent comprendre que leur état de santé, qu’il soit physique ou psychologique, a un impact important sur leur capacité à conduire.

Les facteurs physiques

Les automobilistes doivent être capables d’évaluer leur aptitude à la conduite avant de prendre le volant, en s’assurant que leur vue ou leur ouïe leur permet de prendre le volant sans risques. Il en va de même pour les automobilistes malades ou handicapés, qui doivent s’assurer que leur situation n’est pas ponctuellement ou définitivement incompatible avec la conduite en consultant un médecin agréé.

Les chauffeurs doivent également faire attention aux effets néfastes des différentes substances pouvant impacter leur capacité à prendre le volant, comme :

  • les médicaments, qui possèdent jusqu’à trois niveaux d’incompatibilité avec la conduite (de “Soyez prudent” à “Attention, danger : ne pas conduire”)
  • les drogues et l’alcool, qui entraînent des troubles de l’analyse, de la perception et du comportement
Code de la route
10× moins cher !

Les facteurs psychologiques

En plus des facteurs physiques, les automobilistes doivent également faire attention :

  • à la fatigue, d’où la nécessité de suivre une pause d’un quart d’heure toutes les deux heures lors des longs trajets, et de partir bien reposé
  • au manque de vigilance dû à la radio, au GPS, ...
  • à un mauvais état psychologique, qui peut être dû au stress, à l’excès de confiance ou aux émotions

Conduire dans des conditions difficiles

L’expérience de conduite sur une voie de circulation peut évoluer très rapidement en fonction de certains facteurs difficilement prévisibles, comme :

  • les conditions de conduite difficiles, notamment dans le cadre de la conduite de nuit
  • les conditions météorologiques, comme la pluie, le brouillard, la neige, le verglas, ou encore les fortes rafales de vent
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Conduire sur une autoroute

Les autoroutes sont des voies de circulation pouvant s’avérer extrêmement dangereuses pour les automobilistes, qui peuvent être très nombreux à les fréquenter lors des pics de circulation. Ils doivent donc être au fait des différentes spécificités liées à ce type de route, notamment en ce qui concerne :

  • les éléments de signalisation spécifiques aux autoroutes :

Panneaux spécifiques aux autoroutes

  • les limitations de vitesse, à 130 km/h par temps clair et 110 km/h en cas de pluie
  • les distances de sécurité, qui doivent être de 2 traits de la ligne de rive.
  • les comportements de conduite, qui doivent être adaptés à la situation de conduite
  • la vélocité des autres véhicules, afin d’adapter leur propre vélocité et réduire les risques de collision lorsqu’ils rencontrent des camions ou des véhicules lents
  • les manœuvres interdites, comme le demi-tour et la conduite à contre sens (1), la marche arrière (2), le dépassement par la droite (3) ou encore le demi-tour via le terre-plein central (4)

Schéma représentant l'ensemble des manœuvres interdites sur autoroute.

Traverser des zones dangereuses

Les automobilistes circulant sur le réseau routier français peuvent être amenés à traverser des zones dangereuses. Des zones peuvent être considérées comme dangereuses à cause :

  • des usagers spécifiques qui peuvent y circuler, comme les tramways et autres transports en commun sur rail

Second schéma montrant les règles de priorité relatives aux tramway.

  • de la présence de chantiers, autours desquels circulent des ouvriers, qui sont des usagers vulnérables
  • de la présence de tunnels, où l’arrêt et le stationnement sont interdits en dehors des cas d’urgence
  • de la présence de passages à niveau, qui font l’objet d’une présignalisation à 150 mètres, 100 mètres et à 50 mètres hors agglomération, ou à 50 mètres puis tous les 16 mètres en agglomération
Code de la route
10× moins cher !

Le partage de la rue

La chaussée est un espace de circulation public, le long duquel se déplace tout un patchwork d’usagers, qui n’ont pas toujours les mêmes besoins en matière :

  • d’espace de circulation, comme pour les véhicules encombrants, qui ont besoin de beaucoup de place pour manœuvrer
  • de priorité, pour les véhicules d’intervention notamment, qui sont prioritaires ou bénéficient de facilités de traversée lorsqu’ils sont en mission
  • de sécurité, comme les intervalles latéraux à respecter à côté d’un cycliste

Des aménagements de la voirie ont donc été créés et mis en place, principalement dans les agglomérations, afin de permettre un partage équitable de l’espace dédié à la circulation.

Schéma montrant les règles à suivre au niveau des sas cyclistes

Les spécificités des autres usagers de la route

Chaque catégories d’usagers de la route étant différente des autres, il est nécessaire pour les futurs automobilistes de connaître les différentes règles à observer lorsqu’ils croisent d’autres catégories d'usagers, que ce soit :

  • des piétons, à qui les automobilistes doivent laisser la priorité s’ils souhaitent traverser une rue
  • des cyclistes, qui bénéficient d’aménagements spécifiques comme des sas pour vélos et des bandes / pistes cyclables
  • des deux-roues motorisés, qui peuvent surprendre les automobilistes en se faufilant entre les files de voitures
  • des véhicules d’intervention, qui sont équipés d’un gyrophare bleu et d’un signal sonore, qu’ils actionnent lorsqu’ils sont en mission
  • des véhicules lourds, qui sont très difficiles à doubler pour les automobilistes, qui doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils réalisent cette manœuvre
  • des transports en commun, qui peuvent bénéficier de voies de circulation spécifiques
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Les documents administratifs

Les automobilistes doivent toujours garder avec eux un certain nombre de documents administratifs, qui remplissent tous des fonctions différentes, suivant leur caractère obligatoire ou facultatif.

Les documents obligatoires

Parmi les documents obligatoires dans le cadre de la conduite, il y a :

  • le permis de conduire, qui stipule que le chauffeur a bien obtenu la catégorie de permis associée à l'automobile qu’il conduit
  • le certificat d’immatriculation, qui indique le numéro d’immatriculation unique de l'automobile
  • l’attestation d’assurance, qui permet de prouver que l’assuré a souscrit une assurance “Responsabilité civile” au minimum

Les documents facultatifs

Parmi les documents facultatifs dans le cadre de la conduite, on retrouve:

  • le constat amiable, qui peut dorénavant se remplir directement en ligne
  • le disque de stationnement, qui permet de stationner pour une durée limitée dans les zones bleues
  • la notice d’utilisation de l'automobile, qui permet au chauffeur de trouver des solutions aux problèmes techniques simples, ou de découvrir le fonctionnement de certains accessoires
  • le carnet d’entretien, qui recense l’ensemble des interventions importantes réalisées par un garagiste

Le chargement des véhicules

Les automobilistes sont souvent amenés à circuler au volant d’une voiture transportant un chargement lourd et/ou volumineux. Ils devront donc connaître précisément quelles sont les directives du Code de la route relatives :

  • au transport des bagages, qui ne doivent pas obstruer la visibilité du chauffeur
  • au transport des objets encombrants, qui ne peuvent dépasser la voiture que sur l’arrière jusqu’à 3 mètres en longueur, et 2,55 mètres en largeur.
  • aux remorques et aux caravanes, qui peuvent nécessiter de passer une catégorie spécifique de permis de conduire en fonction de leur PTAC
  • au transport des passagers, qui doivent tous être attachés avec une ceinture qui leur est destinée
  • au transport des animaux, qui doivent être de préférence dans des cages de transport adaptées à leur gabarit

PTAC d'une voiture et d'une remorque

Le permis à points

Depuis le 1er juillet 1992, le permis de conduire comprend un capital de 12 points au maximum une fois la période probatoire validée. Ces points peuvent cependant diminuer au fur et à mesure des manquements commis et de leur gravité. Si une perte de l’ensemble des points conduit invariablement à une invalidation du permis de conduire, le capital de points peut se reconstituer en l’absence de nouvelles infractions ou grâce à un stage de récupération.

Les infractions au Code de la route

Les automobilistes peuvent commettre des infractions allant à l’encontre de la réglementation Code de la route, et qui peuvent aller de la contravention au délit, en fonction de leur gravité. Ces transgressions face à la loi peuvent être sanctionnées par :

  • la remise d’une amende
  • un retrait de points
  • la confiscation de leur permis de conduire
  • la confiscation de leur véhicule
  • une peine de prison
Code de la route
10× moins cher !

Apporter les premiers secours aux victimes d’un accident

Le sixième des différents thèmes du code de la route, les premiers secours, présente au candidat les différentes règles à suivre ainsi que les actions à mettre en place en cas de collision, car les premières secondes sont déterminantes pour la vie de la victime. Il devra donc :

  • protéger la zone de l’accident grâce à l’activation des feux de détresse des automobiles à l’arrêt et à la mise en place d’un triangle de présignalisation
  • évaluer l’état des victimes en les contrôlant visuellement et en vérifiant leur état de conscience
  • alerter les secours, en s’identifiant, en localisant le lieu de l’incident et en détaillant l’état de santé des victimes ainsi que les risques de sur-accident
  • prodiguer les soins nécessaires aux victimes, sans risquer d’aggraver leur état

S’installer devant son poste de conduite

Pour être considéré comme étant correctement installé devant son volant, un automobiliste doit impérativement :

  • être bien assis
  • être capable d’accéder à l’ensemble des commandes, que ce soit le volant et le pédalier
  • bénéficier d’une visibilité optimale
  • vérifier que sa ceinture est bien ajustée
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Entrer dans le véhicule et en sortir

Les automobilistes s’apprêtant à entrer dans leur voiture ou à en sortir doivent impérativement respecter un certain nombre de règles.

Avant de prendre la route

Avant de quitter une place de stationnement, l’usager doit s’assurer que son automobile est en parfait état de marche en surveillant :

  • l’état de ses pneumatiques
  • l’état de ses feux
  • la présence d’éventuelles fuites

L’automobiliste doit également s’assurer qu’il transporte bien avec lui les différents équipements de sécurité obligatoires (triangle de signalisation, gilet de haute visibilité et éthylotest).

Avant de quitter son véhicule

De plus, lorsqu’ils s’apprêtent à quitter leur automobile, les candidats doivent vérifier que :

  • celle-ci est bien immobilisée grâce au frein à main
  • qu’ils peuvent ouvrir leur portière sans risques
  • qu’ils peuvent faire descendre les enfants du côté du trottoir

Le fonctionnement des voitures

Les voitures sont des véhicules complexes, composés d’un très grand nombre de pièces. Les automobilistes doivent impérativement savoir quel rôle jouent les principaux éléments qui composent leur automobile. Ils devront donc avoir non seulement une vue d’ensemble claire et précise du fonctionnement du moteur, mais ils devront aussi se focaliser sur certains éléments leur permettant de recevoir des informations concernant l’état de leur automobile et sa capacité à circuler (tableau de bord, bruits du moteur, …).

Schéma représentant un moteur et son focntionnement

L’entretien et le dépannage des automobiles

Les automobilistes ne doivent pas seulement savoir comment fonctionne leur voiture, mais ils doivent aussi être capables d’entretenir correctement leur automobile :

  • en surveillant régulièrement l’état de la mécanique et des pneumatiques
  • en réalisant certaines opérations de dépannage peu complexes lui-même
  • en conduisant à temps son automobile dans un centre agréé afin de lui faire passer le contrôle technique

Installer correctement des passagers adultes

Tous les automobilistes sont soumis aux règles du Code de la route. Si cet état de fait est valable pour les automobilistes, il est également valable pour les passagers adultes, qui doivent notamment porter leur ceinture de sécurité en toutes circonstances.

Code de la route
10× moins cher !

Savoir comment installer correctement des enfants

Les enfants sont des passagers à part entière, qui bénéficient d’équipements de protection spécialement adaptés à leurs besoins. En effet, étant plus fragiles que des passagers adultes et plus exposés aux risques suite à une collision, ils doivent impérativement être protégés grâce :

  • à des sièges homologués adaptés à leur âge, à leur poids, etc
  • à l’utilisation de la sécurité enfant, qui permet d’empêcher l’ouverture des portières arrières depuis l’intérieur

L'automobiliste étant pénalement responsable des mineurs qu’il transporte, ce sera à lui de régler le montant de l’amende en cas de non-respect des règles de circulation.

Les nouvelles aides technologiques

Lorsqu’ils circulent au volant d’une automobile, les usagers ne doivent pas négliger la protection du véhicule lui-même. En effet, c’est l'automobile qui sera la première impactée en cas d’accident de la circulation, mais c’est aussi elle qui devra protéger au maximum les passagers. C’est pour cette raison que de nombreux efforts ont été mis en oeuvre afin d’équiper les automobiles de certaines technologies comme :

  • les aides au freinage d’urgence, comme l’ABS et l’AFU, qui doit interpréter l’urgence du besoin de freiner en fonction de l’action de l'automobiliste sur la pédale de frein
  • l’aide à la tenue de route, comme l’ESP, qui permet de corriger automatiquement la trajectoire de la voiture dans un virage
  • d’autres aides à la conduite généralement axées sur les technologies de confort, comme les GPS, ...

Faire le choix de l’écomobilité

Le terme écomobilité regroupe l’ensemble des modes de transport écologiques permettant d’éviter au maximum de prendre leur voiture afin de réduire les émissions polluantes et l’encombrement des différents espaces de circulation. Il s’agit ainsi de valoriser au maximum, pour les petites distances :

  • les déplacements à pied
  • les déplacements à vélo
  • les déplacements en bus

Cela passe également par la mise en avant :

  • des modes de déplacement alternatifs, comme le covoiturage et l’autopartage
  • de l’intermodalité, qui permet de combiner plusieurs modes de transport pour atteindre une destination donnée

Choisir une voiture écologique

La réduction de l’impact écologique des automobiles passe également par certains choix qui doivent être pris en compte lors de l’achat d’une voiture neuve ou d’occasion, comme le carburant utilisé, l’année de fabrication, ...

Bien lire une étiquette énergétique pour l'achat de sa voiture éco-responsable

Devenir des éco-conducteurs

Enfin, réduire son impact écologique lorsque l’on conduit une automobile peut aussi venir du fait d’adopter le réflexe de l’éco-conduite, en adoptant un style de conduite plus souple, en anticipant autant que possible les changements dans l’environnement de conduite (maintien des intervalles de sécurité, etc …), mais toujours dans le respect du Code de la route et de la configuration des voies de circulation.

Envie d’aller plus loin ?

Une fois que vous aurez terminé de réviser vos cours, que vous aurez répondu aux différents tests proposés par votre auto-école en ligne et que vous vous sentirez prêt à décrocher l’examen théorique, il vous restera plus qu'à découvrir tout ce qu'il vous faut savoir sur votre épreuve en elle-même avant votre inscription.

Vous souhaitez savoir comment se déroule l’examen, où est-ce qu’il se déroule, comment réserver votre place d’examen avec les auto-écoles en ligne comme Ornikar ou bien encore quand est-ce que vous obtiendrez votre résultat ? Consultez dès à présent notre rubrique dédiée à l’examen du code de la route.