Tout savoir sur l’accélération des automobiles

L’accélération est le phénomène conduisant à une augmentation de la vitesse d’un véhicule à moteur et donc, à la distance qu’il parcourt pendant une durée déterminée. Cette notion, aussi appelée rapport poids/puissance, nécessite que le conducteur exerce une pression continue sur la pédale d’accélérateur. Si initialement, l’accélération permet au véhicule de continuer son mouvement vers l’avant, elle peut également être utilisée afin d’éviter un obstacle ou reculer. Dans les fiches techniques qui sont réalisées durant les tests automobiles, l’accélération maximale est calculée en fonction du temps nécessaire à une voiture pour passer de 0 à 100 km/heure. La décélération est, quant à elle, une accélération négative car elle permet de réduire la vitesse d’un véhicule.

Automobile en pleine acceleration

Accélération et performance automobile

Bien que l’accélération d’un véhicule soit principalement liée à son poids et à la puissance maximale de son moteur, elle est toujours associée à la notion de performance. Comme si, à l’image des sportifs de haut niveau, il était possible d’améliorer encore et toujours les capacités d’un véhicule à prendre la vitesse. Pourtant, il n’en est rien ! Mathématiquement, on dit que l’accélération d’une automobile correspond à la soustraction de sa vitesse initiale contre sa vitesse d’arrivée en m/s, que l’on divise par la durée de cette accélération en seconde. Aussi, l’unité de mesure utilisée pour calculer l’accélération s’exprime en mètre par seconde au carré.

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Pourquoi la notion de sécurité est-elle liée à l’accélération ?

Bien que de prime abord, on puisse penser que l’insistance des fabricants d’automobiles autour des capacités d’accélération de leurs différents modèles soit étroitement liée à des questions d’ordre publicitaires ou marketing, il n’en est rien ! En effet, cette mise en avant systématique des performances revêt avant tout un caractère sécuritaire, car plus une voiture a de bonnes capacités d’accélération et plus il sera possible pour un conducteur d’éviter un obstacle (et donc une collision). Cependant, cette capacité à prendre rapidement de la vitesse peut être à double tranchant, comme par exemple dans le cadre d’une tentative de dépassement où le conducteur aurait pris le risque de dépasser alors qu’il ne disposait pas la distance minimale nécessaire.

L’accélération dans les fiches techniques des véhicules

Dans les fiches techniques des automobiles, les fabricants associent généralement l’accélération maximale et la vitesse maximale du véhicule, bien qu’il s’agisse de deux notions différentes. L’accélération maximale est évaluée en fonction du temps nécessaire à un véhicule à l’arrêt pour atteindre les 100 km/h. De manière générale, il faut 12 secondes à une citadine dont la puissance atteint les 80 chevaux pour monter jusqu’à 100 km/h, et seulement 8 secondes à une berline dont la puissance est d’au moins 150 chevaux. Ainsi, il faut donc environ entre 3 et 5 secondes pour passer de 50 km/h à 90 km/h lorsque les conditions météo sont normales.

Automobile accelerant de nuit

Quelle est la différence entre l’accélération et la décélération des automobiles ?

Contrairement à l’accélération, la décélération conduit à une réduction de la vitesse d’un véhicule à moteur. On peut donc dire qu’il s’agit d’une accélération négative. Durant cette phase, la course du véhicule est réduite afin qu’il parcoure le moins de distance possible, qui peut aller jusqu’à l’arrêt complet du véhicule. Généralement, une décélération se produit lorsqu’un conducteur fait usage de sa pédale de frein, ou lorsqu’il sollicite son frein moteur. Par ailleurs, les tests automobiles prouvent que le freinage sur route humide ne permet qu’une décélération de moitié par rapport aux conditions normales de conduite.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Dernier point essentiel, l’accélération ne doit pas être confondue avec la notion de reprise. En effet, cette dernière permet aux conducteurs de réaliser une accélération sans pourtant changer de rapport de vitesse. D’ailleurs, la reprise repose principalement sur la couple à la roue, c’est-à-dire l’association du couple moteur et de l’étagement de la boîte de vitesses.

Nos villes couvertes par la conduite :