Les systèmes de sécurité active : tout ce qu’il faut pour réduire le risque d’accident

Lorsque les automobilistes roulent le long du réseau routier français, ils ne sont jamais vraiment seuls derrière leur volant. En effet, si le conducteur est bel et bien la seule personne positionnée derrière les commandes, de nombreux éléments et dispositifs de sécurité installés à l’intérieur et à l’extérieur du véhicule participent activement à la sécurisation de l’expérience de conduite vécue par l’usager tout au long de son trajet.

Automobile subissant une perte d'adhesion en roulant sous la pluie

Qu’est-ce que la sécurité active ?

Pour faire simple, la sécurité active a pour but de réduire au maximum le risque d’accident de la route. C’est un ensemble d’équipements qui permet donc au conducteur de garder le contrôle de son véhicule et de prévoir les situations dangereuses pour lui permettre d’adapter son allure et son comportement. Cette sécurité comprend des équipements obligatoires comme les feux, mais aussi d’équipements facultatifs (mais très efficaces) comme l’AFIL (Alerte de Franchissement Involontaire de Ligne). Dans le cas où l’accident n’est pas évité, c’est la sécurité passive qui va s’activer pour réduire la gravité des blessures (cellule de survie, ceinture de sécurité, airbags, etc).

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Les composantes de la sécurité active

La sécurité active passe par tout un ensemble d’éléments liés notamment au contact avec le sol, à la visibilité, au freinage ou encore aux aides à la conduite.

Le contact au sol

Un véhicule qui avance doit avoir une bonne adhérence au sol, quel que soit l’état de la chaussée. Ce sont donc les amortisseurs et les pneus qui vont jouer un rôle important en assurant le maintien du contact entre le véhicule et le sol. Cependant, pour remplir leur mission au mieux, ces éléments doivent être en bon état. En effet, un pneu usé va glisser, et un amortisseur mal réglé ou en mauvais état de fonctionnement ne va pas permettre au pneu de rester en contact avec le sol, même en présence de trous sur la chaussée.

🚦 Consultez la définition complète de l’adhérence🚦

La visibilité

Quelles que soient les conditions de visibilité, de jour comme de nuit, par beau temps ou mauvais temps, le conducteur doit pouvoir se rendre visible pour être compris des autres usagers et doit pouvoir voir le mieux possible devant lui. Ce sont donc tous les feux des véhicules qui vont participer à la réduction du risque d’accident.

Automobile en feux de route en agglomeration de nuit

Les feux diurnes

Les feux diurnes s’allument dès lors que le contact est mis. Ce sont le plus souvent des LEDs qui permettent, comme leur nom l’indique, au véhicule d’être bien vu de jour. Il est donc plus facile de voir de loin un usager qui arrive en sens inverse.

Les feux de croisement

Les feux de croisement s’utilisent lors d’intempéries (pluie, neige ou brouillard), de nuit dès lors que d’autres usagers sont présents devant, ou encore si la chaussée est éclairée. Ils permettent en effet de croiser d’autres usagers sans risquer de les éblouir, tout en permettant au conducteur de voir assez loin ce qui se passe devant lui.

Les feux de route

Ce sont les feux les plus puissants positionnés à l’avant des véhicules. Ils permettent, comme leur nom l’indique, d’éclairer la route le plus loin possible devant soi. C’est pour cela, qu’il ne faut pas les utiliser si un usager circule devant. Comme ils éclairent loin devant, les feux de route permettent au conducteur de voir les risques au loin et d’adapter son comportement en conséquence.

Les feux de brouillard avant et arrière

Les feux de brouillard avant s’utilisent en complément des feux de croisement lors de brouillard, de chutes de neige ou encore de fortes pluies, et permettent de mieux voir les bords de la chaussée dans ces conditions difficiles. Ces feux aident les usagers à suivre une bonne trajectoire lorsque la visibilité vers l’avant est réduite.

Ils peuvent aussi être utilisés de nuit sur les routes étroites et sinueuses, en complément des feux de route. Ils permettent encore une fois de bien voir les bords de la chaussée, toujours pour suivre une bonne trajectoire. Tous les véhicules ne sont cependant pas équipés de feux de brouillards avant.

Les feux de brouillard arrière ne peuvent, quant à eux, être utilisés qu’en présence de brouillard ou de chutes de neige. Leur objectif est de permettre aux usagers qui suivent le véhicule de le détecter suffisamment tôt. Ils ne doivent surtout pas être utilisés lorsqu’il pleut, car ils risqueraient d éblouir les usagers qui circulent derrière. Tous les véhicules ont au moins un feu de brouillard arrière, situé du côté gauche. Cela permet aux usagers qui suivent de visualiser le gabarit du véhicule lors d’un dépassement, par exemple.

File de vehicules circulant avec leurs feux antibrouillard allumes

Le feu de recul

Dès lors qu’il manœuvre, le conducteur doit indiquer son intention aux autres usagers qui approchent, afin qu’ils comprennent ce qui se passe, et qu’ils puissent agir en toute sécurité. Ainsi, un conducteur qui souhaite reculer va enclencher la marche arrière, ce qui allumera le feu de recul. Celui-ci est facilement différentiable des autres feux arrière, puisque c’est le seul qui soit blanc.

Les clignotants

Tout le monde sait que ne pas utiliser ses clignotants lors d’un changement de direction est sanctionné par la loi. Mais savez-vous pourquoi ? Pour la simple est bonne raison qu’ils permettent au conducteur de signaler ses intentions aux autres usagers de la route, et donc de réduire le risque d’accident. Ainsi, que ce soit pour tourner à gauche ou à droite, ou encore pour signaler un danger, l’usage des clignotants est impératif pour permettre aux usagers présents de comprendre les actions qu’il va réaliser. C’est ce qui permet ensuite aux conducteurs d’adapter leur comportement, et c’est pour cela que tous les véhicules en sont équipés.

Les feux d’angle

Ces feux sont facultatifs. Ils complètent les feux de croisement et ne s’allument que lorsque le conducteur active le clignotant ou tourne légèrement le volant dès lors qu’il circule à 40 km/h maximum. L’objectif des feux d'angle est de permettre au conducteur de voir plus largement ce qui se passe du côté où le véhicule va aller. Par exemple, en ville, en tournant à droite, le feu d’angle droit s’allume et éclaire les éventuels usagers présents sur le trottoir, comme un piéton par exemple.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Le freinage

Un véhicule qui avance est un véhicule qui finira par s’arrêter. Or, pour que l’arrêt du véhicule se passe dans les meilleures conditions, en permettant notamment au conducteur d’en garder le contrôle, il faut que le système de freinage soit en bon état. Cela passe notamment par le bon état des pneus et des amortisseurs. Si l’une de ces composantes est altérée, le freinage ne sera pas suffisamment efficace, ce qui augmentera le risque d’accident.

Les aides à la conduite

Les aides à la conduite peuvent être obligatoires ou facultatives. Dans tous les cas, elles sont très importantes pour aider le conducteur à réduire le risque d’accident, en leur permettant de rester maître de leur véhicule dans différentes situations dangereuses. Les constructeurs automobiles développent continuellement de nouvelles aides à la conduite afin de réduire au maximum le risque d’accident sur les routes.

L’ABS

Aussi appelé ABR en France (Anti Blocage de Roues), l’ABS permet au conducteur de garder le contrôle de la trajectoire du véhicule lors d’un freinage d’urgence, en permettant au conducteur de freiner très fortement sans déraper. Dès lors que les calculateurs de ce dispositif détectent le freinage d’urgence, ils enclenchent son fonctionnement en même temps qu’ils activent les feux de détresse automatiquement. Ceci permet de prévenir les usagers circulant derrière de la dangerosité de la situation. De cette façon, ce système permet de réduire le risque d’accident présent à l’avant et à l’arrière lors d’un ralentissement brusque de la circulation, par exemple.

Voyant d'activation de l'abs

L’AFU

L’Aide au Freinage d’Urgence est un dispositif facultatif qui complète toujours l’ABS. En effet, si l’ABS permet de garder le contrôle de la trajectoire lors d’un freinage d’urgence, l’AFU permet, quant à lui, d’amplifier le freinage en décuplant la pression sur le système de freinage. Ainsi, l’AFU permet d’avoir un freinage d’urgence beaucoup plus efficace.

L’ESP

Le programme électronique de stabilité agit dans les virages. Il permet au conducteur de garder le contrôle du véhicule lorsque le véhicule commence à “décrocher”, glisser en quelque sorte. Ainsi, il agit sur la vitesse de rotation d’une ou plusieurs roues, afin de récupérer la bonne trajectoire et donc d’éviter la perte de contrôle du véhicule.

L’AFIL

L’Aide au Franchissement Involontaire de Ligne s’active lorsque le conducteur franchit involontairement la ligne centrale ou l’un des bords de la chaussée. Dans ce cas, le système peut émettre un signal sonore ou encore faire vibrer le volant afin d’avertir le conducteur de son écart (voire le réveiller s’il s’endort).

Les feux adaptatifs

Tous les véhicules ne sont pas équipés de feux adaptatifs permettant d’améliorer la visibilité. Ce système permet de bénéficier d'une visibilité optimale quel que soit l’environnement de conduite. Qu’il s’agisse d’un virage ou d’une pente, il permettra à l’usager de la route de mieux voir, et tout cela sans gêner les autres conducteurs.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

La sécurité active face au comportement du conducteur

Attention, ce n’est pas parce que le véhicule est équipé d’éléments appartenant à la sécurité active, voire suréquipé, qu’un accident sera forcément évité. En effet, si le comportement du conducteur est dangereux, de par ses prises de risques, son allure, etc, la sécurité active ne pourra pas faire grand-chose.

Un accident est le plus souvent évitable dès lors que le comportement et l’allure du véhicule sont adaptés à la situation. Dans le cas contraire, en cas d’accident de la route, le conducteur pourra compter sur la sécurité passive de son véhicule pour réduire la gravité de ses blessures et de celles de ses passagers (cellule de survie, ceinture de sécurité, airbags, etc.

Nos villes couvertes par la conduite :