Ethylotest : fonctionnement et utilité

L'éthylotest est un appareil permettant d'évaluer le niveau d'alcoolémie d'un conducteur. Moins précis qu'un éthylomètre, il permet lui aussi de mesurer le taux d'alcool dans l'air expiré. Depuis 2012, un décret rend l'éthylotest obligatoire dans chaque véhicule, et chaque candidat au code de la route doit en être conscient des règles relatives à ce dispositif de sécurité.

Conductrice soufflant dans un ethylotest

Éthylotest : ce que dit la loi

En dépit du décret publié au Journal officiel le jeudi 1er mars 2012, qui impose aux conducteurs d'être en possession d'un éthylotest chimique ou électronique, il n'existe aucune sanction en cas d’absence de cet appareil dans le véhicule lors d’un contrôle par la police ou la gendarmerie. Si au départ, une amende de 11 euros était prévue en cas d'infraction, la mesure a finalement été abandonnée.

🚦 Consultez la définition complète de l'éthylotest 🚦

Cependant, il est vivement conseillé aux propriétaires de voitures, de cyclomoteurs, de camions et autres véhicules motorisés circulant sur la chaussée de se doter d'un appareil de mesure du taux d’alcoolémie expiré. Ce dernier doit pouvoir fonctionner parfaitement et doit être certifié "norme NF". L'acquisition d'un dispositif standard ne coûte que quelques euros, mais contrairement aux éthylotests électroniques, il ne sera pas réutilisable. Les usagers devront donc dépenser quelques euros supplémentaires s’ils ont besoin de se procurer un stock d’éthylotests chimiques conséquents avant d’être autorisés à démarrer leur véhicule.

Infographie détaillant la quantité d'alcool dans le sang en fonction du nombre de verres bus et l'équivalent en mg/l d'air expiré.

L’auto dépistage et systèmes EAD

La sécurité routière considère que l’éthylotest chimique ou électronique est un excellent moyen pour permettre à un usager de s'auto dépister afin de savoir s'il peut prendre le volant ou s'il doit trouver une autre solution, comme céder les clés de son véhicule, se faire raccompagner, prendre les transports en commun ou dormir sur place.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

De plus, les établissements de nuit qui sont autorisés à servir de l’alcool entre 2 heures et 7 heures du matin ont à présent l’obligation de mettre à disposition des clients des éthylotests certifiés norme NF. Depuis le 1er juillet 2015, la limite d’alcoolémie est de 0,2 gramme par litre de sang pour les jeunes conducteurs en période probatoire et en dessous de 0,5 gramme par litre de sang pour les chauffeurs expérimentés.

Depuis 2015, des fabricants automobiles équipent leurs véhicules neufs de dispositif antidémarrage EAD (éthylotest antidémarrage) afin de lutter activement contre les accidents de la circulation, et réduire ainsi le taux de mortalité lié à l'alcool.

Fonctionnement des éthylotests chimiques

Les éthylotests chimiques fonctionnent à l'aide de réactifs réagissant à la présence d'alcool dans l'air expiré par l'usager qui les utilise. Il suffit au conducteur de souffler dans le ballon inclus dans l'éthylotest, ceci après avoir vérifié sa date de péremption, qui est généralement de deux ans à compter de la date de production. Une fois le ballon gonflé, l'usager doit briser les extrémités étanches du tube d'analyse, ou doit exercer une pression sur ces mêmes extrémités en fonction des kits utilisés.

Une fois le tube prêt à l'emploi, il ne reste plus à l'usager qu'à insérer le tube préalablement préparé, puis à appuyer sur le ballon afin d’en expirer l'air. Si le réactif devient vert, et si la réaction dépasse la ligne rouge imprimée sur le tube, qui représente la limite légale permettant à un conducteur de conduire malgré une consommation d'alcool, alors l'usager ne pourra pas prendre le volant de son véhicule.

L'alcoolémie au volant

Chez l'être humain, la consommation excessive d'alcool agit principalement sur le système nerveux central, et provoque, dès que l'alcoolémie dépasse les 0,5 g/l (500 mg/1 000 mL) de sang, les effets suivants :

  • le rétrécissement du champ visuel
  • l'augmentation de la sensibilité à l'éblouissement
  • l'altération de l'appréciation de l'espace et notamment des distances
  • la diminution des réflexes
  • l’augmentation du temps de réaction

Ainsi, face à un événement soudain, les conducteurs ivres n'auront pas les capacités cognitives nécessaires pour éviter une collision. De plus, les facteurs euphorisants de l'alcool peuvent rendre la conduite plus dangereuse pour le conducteur, mais également pour les autres usagers qui l'entourent. C'est pour assurer la sécurité de tous qu'un décret a rendu ce dispositif de sécurité obligatoire.

Photographie reconstituant les effets de l'alcool sur la vision.

Les sanctions

Conduire en état d'ivresse est une infraction au Code de la route. Si, en dépit de la contre-indication à la conduite signalée lors d’un contrôle réalisé grâce à des éthylotests chimiques ou électroniques, un conducteur décide de prendre le volant, il encourt différentes sanctions :

Dans le cas d'un accident corporel, le dépistage aux drogues et à l'alcool est systématiquement pratiqué par les secours sur les conducteurs afin de déterminer les circonstances exactes et d'en faire part à la police ou à la gendarmerie, dont les officiers seront également appelés sur place.

La réglementation en terme de taux d'alcoolémie accepté au volant a été volontairement aménagée pour les jeunes conducteurs suite à la mesure publiée le 1er juillet 2015. Cela est lié au fait que les accidents de voiture sont la 1ère cause de mortalité et de handicap des 18-25 ans, et que dans un ¼ des collisions, un taux d’alcool excessif entre directement en cause.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !