Les éthylotests anti-démarrage (EAD)

Testés dans les départements de la Marne (51), de la Drôme (26) et du Nord (59) depuis le 1er décembre 2016, les éthylotests anti-démarrage sont des équipements de sécurité optionnels dont l’usage pourrait être étendu à toute la France d’ici 2019. Il est donc nécessaire pour tous les usagers, en particulier les candidats souhaitant passer leur permis moins cher en 2017, de connaître le fonctionnement de cet équipement atypique.

Un éthylotest anti-démarrage

Qu’est-ce qu’un éthylotest anti-démarrage ?

Comme toutes les formes d’éthylotests, l’anti-démarrage est un système d’analyse de l’air expulsé par un usager de la route. La principale différence avec les autres types d’éthylotests vient du fait qu’il est directement intégré à la voiture, et plus précisément au système électronique permettant le démarrage du véhicule.

L’installation des différents composants de ce système anti-démarrage représente, au total, un investissement de plus de 1 000 €. Le coût de l’installation de cet équipement est, comme pour tous les autres équipements ou les autres options d’un véhicule, à la charge de l’usager.

🚦 Consultez la définition complète de l’éthylotest 🚦

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Comment marche l’éthylotest anti-démarrage ?

L’éthylotest anti-démarrage est constitué d’un éthylotest électronique, semblable à ceux pouvant être utilisés par les forces de l’ordre, ainsi que d’un système anti-démarrage. Une fois que le conducteur a inséré sa clé dans le contact, l’EAD va s’initialiser et demandera à l’usager de souffler pour évaluer son taux d’alcoolémie. Si le taux du conducteur est inférieur au taux maximum autorisé, l’éthylotest permettra l’allumage de l’automobile. Cependant, si le taux d’alcoolémie constaté par l’éthylotest est supérieur au taux légal autorisé, le système anti-démarrage prendra le relais de l’éthylotest et empêchera le démarrage de l’automobile.

Présence obligatoire d’un éthylotest anti-démarrage

Certains usagers devront obligatoirement posséder comme équipement dans leur automobile un éthylotest anti-démarrage s’ils sont soumis à une interdiction de conduire un véhicule sans éthylotest anti-démarrage.

Les automobilistes concernés par cette mesure sont notamment ceux ayant commis :

  • un délit de conduite sous l’emprise de l’alcool
  • un délit de conduite en état d’ivresse manifeste
  • un délit de fuite suite à un accident
  • un homicide ou des blessures involontaires sous l’emprise de l’alcool

 Une fois la sanction d’interdiction de conduire un véhicule non équipé d’un éthylotest anti-démarrage prononcée par le juge, le condamné reçoit un certificat comprenant notamment la date de la décision, la juridiction ayant statué, la durée d’interdiction de conduite d’un véhicule sans EAD ainsi que les nouvelles restrictions individuelles au permis de l’usager.

gendarme contrôlant un usager

La validité de ce certificat peut se terminer soit à la date de fin de l’application de la peine, ou suite à la perte du permis de conduire. Si un usager se fait confisquer son permis de conduire, il doit alors remettre son certificat en préfecture. En cas de suspension du permis de conduire statuée en même temps que l’interdiction de conduire des véhicules sans EAD, l’usager devra attendre la fin de la suspension de son permis de conduire pour que lui soit également fourni son certificat.

À partir du 1er janvier 2019, l'éthylotest anti-démarrage sera proposé comme alternative au retrait de permis suite à une conduite en état d'ivresse pour 5 ans. Les frais d'installation, atteignant 1300 €, ou de location, qui sont de 100 € / mois, devront toujours être pris en charge par l'usager.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

En cas de non-respect du certificat, l’usager peut écoper de 2 ans de prison ferme, 4 500 €  d’amende ainsi qu’une annulation de son permis pouvant atteindre 3 ans ou une interdiction de conduire pouvant aller jusqu’à 5 ans.

Nos villes couvertes par la conduite :