Le terme anglais « trike » désigne communément les tricycles à moteur homologués pour une utilisation sur le réseau routier. Ceux-ci se distinguent des autres usagers de la route de plus de 50 cm3 grâce à leur gabarit, ainsi qu’aux équipements mécaniques de freinage et d’éclairage dont ils disposent. En France, la réglementation permet de distinguer 2 types de trois roues en fonction de leur puissance. Ce nouveau moyen de transport offre plus d’avantages que d’inconvénients pour séduire les conducteurs.

AU SOMMAIRE :

Tricycle motorise stationne de nuit

Tout savoir sur les tricycles à moteur

Pour appartenir à la catégorie des tricycles à moteur, les “trikes” doivent répondre aux conditions fixées par la norme LR3 Catégorie TM.

Voici la liste de l’ensemble des contraintes de poids, de largeur et d’équipement à respecter  :

Un poids total inférieur à 1000 kg :

  • les deux roues montées sur le même axe doivent avoir une largeur de 460 mm minimum
  • le système de freinage doit permettre de freiner les 3 roues simultanément
  • le système d’éclairage doit être doté d’une veilleuse sur la face avant, de clignotants sur la partie la plus large du véhicule et d’un double éclairage de l’immatriculation
  • la présence d’un frein de parking

Du point de vue de la loi, c’est l'article R311-1 du Code de la route détermine les conditions à respecter afin d’appartenir à la catégorie L5e : “véhicule trois roues autres que ceux de la catégorie L2e et dont la masse en ordre de marche ne dépasse pas 1 000 kg ; ”.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Les trikes dont la puissance n’excède pas 15 kW (20 CV)

Pour conduire un tricycle à moteur dont dont la puissance n’excède pas 15 kW (20 CV), il est nécessaire d’être titulaire de l’une des catégories de permis suivantes : A1, A2, A3, A, B ou B1. Aucune formation complémentaire ou démarche administrative n’est nécessaire avant l’achat du véhicule pour conduire en toute légalité. L’article R421-2 du Code de la route précise que les trikes de ce type, dont le poids inférieur à 550 kg, ne pourront pas accéder à l’autoroute.

Les trikes dont la puissance excède 15 kW (20 CV)

Pour conduire un tricycle à moteur dont dont la puissance excède 15 kW (20 CV), il est nécessaire d’être titulaire d’un permis A ou d’un permis B. Lorsque le permis a été obtenu à partir du 19/01/2013, le conducteur devra également être âgé d’au moins 21 ans.

Fait important, les nouveaux permis A1 et permis A2 ne permet pas de conduire un tricycle à moteur de ce type.

Trike rouge en gros plan

Avantages et inconvénients des tricycles à moteur

L’un des principaux avantages des trikes, par rapport aux deux-roues motorisés, est leur stabilité, surtout à l’arrêt au feu rouge ou aux STOPS. Cela est étroitement lié à la présence d’une 3ème roue, qui offre donc une sécurité supplémentaire sur les routes mouillées par rapport aux deux-roues.

Ensuite, le système de freinage est bien plus performant que celui d’un deux-roues. La présence d’un frein de parking sécurise également le stationnement, tout en compliquant la tâche en cas de tentative de vol. L’inconvénient majeur des tricycles à moteur est lié à leur gabarit, qui les rend moins maniables pour se faufiler entre les automobiles lors de ralentissement.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Les conducteurs ayant obtenu leur permis B ou A après le 19 janvier 2013 devront respecter un délai de 2 ans puis accomplir une formation de 7 h avant de pouvoir conduire un tricycle à moteur. Cependant, ils peuvent dans certains cas déroger à ces conditions afin de circuler en toute légalité avec leurs trikes. Pour cela, ils devront prouver, à l’aide d’un document d’assurance tel qu’un relevé d’information, qu’ils ont été conducteur d’une motocyclette légère (MTL) entre 2006 et 2011.