Les différentes catégories de motos

Comme choisir une automobile, choisir la bonne moto pour un cyclomotoriste est un moment important et qui demande une certaine réflexion, ainsi qu’une bonne connaissance des différentes catégories de moto pouvant évoluer sur les routes françaises après l'obtention du permis de conduire.

Moto immobile garée le long d'une route pavée

Huit catégories de motos différentes

Il est possible de rencontrer sur le domaine routier public au moins huit catégories différentes de motocyclettes. Si elles peuvent toutes être conduites par des usagers, qu’ils soient novices ou expérimentés, en fonction des niveaux de permis de conduire de ceux-ci, ces motos ont toutes leurs caractéristiques propres et peuvent être plus ou moins accessibles pour les nouveaux conducteurs.

Les basiques

Les motos basiques sont des motos misant tout leur succès sur l’accessibilité. Simples à conduire et à entretenir, elles sont également bien plus accessibles financièrement. Elles sont particulièrement prisées par les jeunes conducteurs, qui apprécient leur robustesse et leur faible coût.

Les 125 cm3

Ce sont des motos légères et d’une maniabilité à toute épreuve, mais qui sont, comme la législation l’impose, limitées à 15 chevaux moteurs, ce qui porte leur vitesse de pointe entre 90 km/h et 130 km/h.

Les routières

Ces motos sont particulièrement adaptées aux longs trajets et à la circulation sur les routes. Parfois lourdes et difficiles à manoeuvrer pour les conducteurs novices, elles offrent néanmoins des protections supplémentaires au niveau des jambes et du buste du conducteur, ce qui est appréciable lors des longs trajets.

Les roadsters

Sorte de compromis entre les motos sportives et les motos basiques, le roadster est un véhicule rapide et nerveux, et dont les performances lui permettent de dépasser allègrement les limitations autorisées. Ces modèles sont généralement réservés à des usagers avertis et ayant une certaine expérience de la conduite de motos.

Photographie d'un usager en moto-cross.

Les trails

Les trails sont les motos championnes de l’adaptation. À la base pensées comme des motos tout chemin, elles se voient de plus en plus adaptées de série à un usage routier. Très prisées des débutants, ce sont de véritables baroudeuses, alliant à la fois polyvalence et performance.

Les sportives

Les motos sportives sont des engins pensés et construits pour la vitesse. Devant la complexité du pilotage, plus que de la conduite, de ce type de véhicule, elle n’est pas réellement à la portée des débutants et est très peu appréciée des assureurs, qui mettent en garde les usagers quant à sa dangerosité.

Les supermotards

Sortes de trails surboostés par l’ajout de pièces de haute performance, les supermotards sont des véhicules extrêmement exigeants, autant dans la conduite que dans l'entretien et surtout au niveau du budget. Ce ne sont pas les motos les plus simples à manier et sont loin d’être les plus adaptées aux usagers novices.

Les customs

Enfin, les motos dites “customs” sont les motos les plus proches des grands classiques américains des années 1960, comme les Harley-Davidson. Peu prisées des usagers novices à cause de leur design singulier et parfaitement reconnaissable, il s’agit pourtant de motos reconnues pour leur accessibilité en matière de conduite.

conductrice prenant une leçon du permis moto

Quel permis de conduire pour quelle catégorie de moto ?

Comme pour tous les autres véhicules motorisés disponibles en France, les usagers souhaitant conduire une moto doivent impérativement obtenir le Code de la route puis le permis de conduire spécifique, ou plutôt, dans le cas des motos, les permis de conduire spécifiques.

Code de la route
10× moins cher !

En effet, depuis le 2 juin 2016,  les usagers doivent passer leur permis A en deux étapes séparées par deux années de pratique en autonomie. Il s’agit de “l’accès progressif à la puissance”.

Les différentes législations et les différents permis moto ne limitent pas les catégories de motos accessibles à l’usager, mais bien la puissance des motos qu’il peut choisir dans les différentes catégories. Un usager détenteur du permis A2 pourra donc choisir un véhicule dans n’importe quelle catégorie, mais qui ne devra pas dépasser les 35 kilowatts, soit 47,55 chevaux.

Nos villes couvertes par la conduite :