Frais de transport : déclarer les frais réels de sa voiture

Les salariés ont la possibilité de déclarer aux impôts le montant réel de leurs frais de déplacement afin de déduire du montant de leurs impôts une partie de leurs dépenses liées aux déplacements en voiture dans le cadre de leur emploi.

AU SOMMAIRE :

Jeune conductrice roulant dans sa voiture

Les frais de transport liés au trajet entre le domicile et le lieu de travail

Les usagers de la route qui utilisent leur véhicule personnel au quotidien afin de rejoindre leur lieu de travail peuvent déduire, en présentant les bons justificatifs, une partie des montants engagés, quelle que soit la distance qu’ils parcourent chaque année.

Voiture tirelire
L'assurance auto jeune conducteur
simple et pas chère.

Les frais de transport pour les usagers vivant à moins de 40 km de leur lieu de travail

Les automobilistes qui parcourent jusqu’à 40 km en voiture chaque jour pour se rendre sur leur lieu de travail depuis leur domicile, soit 80 km/h aller-retour, ont la possibilité de voir l’intégralité de leurs frais de transport être prise en compte dans le calcul de leurs frais de transport.

Les frais de transport pour les usagers vivant à plus de 40 km de leur lieu de travail

Les usagers de la route qui doivent réaliser plus de 40 km, et donc plus de 80 km aller-retour pour rejoindre leur lieu de travail, ne verront que 40km être prise en compte dans leur déclaration, à moins que vous puissiez justifier cette distance soit grâce à des circonstances liées à l’emploi de l’usager, ou bien à des raisons familiales.

Dans ce cas, l’automobiliste devra joindre à sa déclaration une note permettant d’expliquer les raisons de cet éloignement.

Automobile circulant en plein jour en agglomeration

Est-il possible de déclarer plus d’un aller-retour entre le domicile et le lieu de travail ?

Les automobilistes doivent savoir que dans le cadre de leur déclaration de frais de trajets, les automobilistes ne peuvent déclarer qu’un seul aller-retour quotidien, à moins que les conducteurs puissent prouver que ces différents allers-retours sont motivés par des besoins liés à leur santé, à la présence à leur domicile d’une personne ayant des besoins nécessitant la présence de l’automobiliste ou bien encore si les horaires du salarié ne suivent pas des horaires quotidiens classiques.

Comment évaluer les frais d’utilisation de son véhicule ?

Pour pouvoir évaluer les frais d’utilisation de leur véhicule dans le cadre de leurs déplacements, les usagers de la route ont la possibilité soit de déduire leurs dépenses réelles, soit en appliquant les barèmes proposés par l’administration.

voiture auto-école
Permis de conduire
35% moins cher !

Déduire ses dépenses réelles associées à l’utilisation de son véhicule au quotidien

Si les usagers de la route ont gardé tous les justificatifs liés à leurs frais de déplacement réalisés dans le cadre de leur emploi, alors ils peuvent déduire les frais réels lors de leur déclaration.

Parmi les frais déductibles, les usagers de la route pourront déclarer tous leurs frais liés aux péages autoroutiers, aux frais d‘entretien, aux tarifs des pleins de carburant, à la dépréciation du véhicule du fait de son âge, le montant de la prime d’assurance ou encore le coût du stationnement, mais uniquement pour leur partie associée à l’emploi de l’usager de la route.

Les montants déductibles différents des frais de stationnement, de péage, de garage ainsi qu’aux intérêts du crédit ayant permis l’acquisition de la voiture ne peuvent pas dépasser le montant prévu par l’administration dans son barème.

Choisir de déduire les barèmes proposés par l’administration

Le barème publié par l’administration française peut être utilisé par le propriétaire du véhicule comme par un autre membre du foyer fiscal si c’est lui qui en est le propriétaire, mais aussi si la voiture est financée à crédit ou bien si vous louez la voiture, dans le cadre d’une location avec option d’achat par exemple.

Les éléments pris en compte dans le cadre de barèmes mis en place par l’administration française sont la dépréciation de la voiture, les montants des achats liés à des casques et à des protections de sécurité, des coûts liés à la réparation et à l’entretien du véhicule, à la prime d’assurance auto, au coût des pneumatiques ou bien encore à l’utilisation de carburant.