Circuler avec d’autres usagers de la route

Si les dernières évolutions apportées aux tests de Code de la route ont été beaucoup abordées dans les médias et ne sont pas toujours clairement identifiées, certaines bonnes pratiques issues du code de la rue aident les usagers de la route à circuler quotidiennement. En effet, les notions de renforcement de la sécurité et de respect mutuel sont au cœur des derniers changements relatifs au Code de la route. Non seulement un conducteur doit prendre en compte le fait qu’il doit partager l’espace routier, mais il doit aussi comprendre la nécessité d’avertir les autres usagers, de bien se positionner sur une voie et de respecter le Code de la route tout en faisant preuve de courtoisie.

Quels comportements un conducteur doit-il adopter envers les autres usagers et pourquoi ?

Au-delà de la volonté du gouvernement de réduire le nombre de décès liés aux accidents de la route, les dernières évolutions apportées à la réglementation routière sont tout droit issues de dispositions européennes visant à uniformiser la réglementation routière des états membres. Mais qu’est ce que cela implique dans les faits ? Pour être un bon conducteur en 2018, il ne suffit pas d’appliquer le Code de la route à la lettre. Non, il faut aussi adopter le bon comportement à l’égard des autres usagers. Cela comprend, par exemple, le fait d’utiliser ses feux de détresse dans les ralentissements pour prévenir les autres véhicules lorsqu’un usager est le dernier d’une file. Il peut également s’agir d’éviter de changer de file uniquement pour gagner du temps. Adopter un comportement respectueux au volant permet de réduire durablement les risques d’accidents de la route.

Code de la route
10× moins cher !

Avertir les autres usagers

Beaucoup de conducteurs semblent l’oublier, mais les équipements lumineux d’un véhicule ne permettent pas uniquement de faire des appels de phare aux usagers qui roulent à 60 km/heure sur une nationale limitée à 80 km/heure. En effet, ces derniers permettent d’avertir les autres usagers, en premier lieu de leur présence lorsque la visibilité est réduite, mais aussi de leur intention de changer de direction grâce aux clignotants ou de leur arrêt suite à une panne grâce aux warnings. De fait, ces méthodes d’avertissement des autres usagers contribuent à limiter le risque de collision plutôt qu’au besoin de faire part de son mécontentement.

Savoir se positionner correctement

Avec l’expérience, de nombreux titulaires du permis de conduire semblent l’oublier, mais même lorsque deux voies empruntent le même itinéraire, l’automobiliste devra se positionner sur la voie la plus à droite. Lors de l’examen du permis de conduire le fait de circuler sans raison sur une autre voie que celle qui se trouve la plus à droite est sanctionné. De plus, il ne faudra pas oublier qu’il est nécessaire de laisser une distance de sécurité latérale lors d’une manœuvre de dépassement, et notamment lors du dépassement d’usagers vulnérables comme des cyclistes.

Respecter le Code de la route et faire preuve de courtoisie

En France, pour ne pas commettre d’infractions, il est obligatoire de respecter le Code de la route. Pourtant, dans certaines conditions très particulières, un conducteur devra agir en bonne intelligence en faisant preuve de flexibilité. Le fait de laisser s’insérer un ou plusieurs véhicules dans une voie encombrée, alors que l’on dispose de la priorité, est un geste courtois. Dans le même ordre d’idée, se décaler sur la voie de gauche lorsqu’elle est dégagée pour permettre à un véhicule arrêté à hauteur d’un stop de s’engager est un comportement bienveillant, qui permet de faire gagner du temps à tout le monde. Le véhicule lancé n’aura pas besoin de ralentir et le véhicule stoppé pourra tranquillement reprendre son trajet. Généralement, ce type d’échange se conclut par un remerciement avec un signe de la main ou grâce à l’utilisation des feux de détresse.

Code de la route
10× moins cher !

En résumé, pour faire face à l’attitude de plus en plus délictuelle de certains, en plus de durcir les sanctions, l’accent est mis sur la nécessité d’encourager une mobilité urbaine plus apaisée et sécurisée. Si pendant plusieurs décennies, seul l’impact sur la circulation était pris en compte, aujourd’hui les dernières mesures permettent de protéger les usagers vulnérables. D’ici quelques années, c’est au travers du comportement d’une nouvelle génération de conducteurs qu’il sera possible d’en déterminer l’impact.

Nos villes couvertes par la conduite :