Radar de chantier flashant des conducteurs

Radar de l’A20 : 40 millions d’automobilistes demande son retrait

L’association 40 millions d’automobilistes a saisi la Sécurité Routière ainsi que la préfecture afin de demander le retrait d’un radar de chantier positionné sur l’A20 à Limoges.

Un radar de chantier qui piège les automobilistes

L’association 40 millions d’automobilistes a saisi à la fois la Sécurité Routière et la Préfecture de la Haute-Vienne afin de faire retirer un radar de chantier fixe implanté au nord de Limoges.

D’après l’association, ce radar installé sur l’autoroute A20, à proximité de la sortie menant à Beaubreuil flash beaucoup trop de véhicule à cause du manque de signalisation, ce qui induisait les automobilistes en erreur notamment lorsque le tronçon sur lequel ce radar était installé était encore limité à 70 km/h.

Une demande d’amnistie pour les premiers PV remis par ce radar

Le délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, Pierre Chasseray, a donc demandé à ce que les premiers PV émis par ce radar de chantier soient annulés, arguant que le manque de signalisation routière autour de ce radar de chantier crée une société à deux vitesses puisque les usagers de la route qui possèdent un dispositif avertisseur de radar sur leur trajet ne se feraient pas avoir, ce qui n’est pas le cas des usagers de la route conduisant sans ce type de dispositif.

L’association 40 millions de conducteurs demande donc le retrait de ce radar ainsi que l’amnistie pour les PV émis lorsque le tronçon d’autoroute était limité à 70 km/h, afin que les usagers ne ressentent pas un sentiment d’injustice vis-à-vis de ce radar.