Les statistiques liées aux accidents de la route de nuit en 2018

Si les usagers de la route doivent faire preuve de prudence chaque fois qu’ils circulent le long du réseau routier français, ceux-ci doivent faire d’autant plus attention lorsqu’ils sortent de nuit. Qu’ils soient automobilistes, conducteurs de deux-roues ou usagers vulnérables, tous doivent redoubler de prudence lorsqu’ils circulent à la nuit tombée, pour eux-même comme pour les autres, s’ils ne veulent pas rejoindre les statistiques déjà trop importantes des usagers de la route ayant perdu la vie suite à un accident de la route survenant de nuit.

AU SOMMAIRE :

Les accidents de la route de nuit impliquant des automobilistes

D’après le dernier Bilan de la sécurité routière publié en juin 2019, la circulation de nuit est particulièrement dangereuse pour les automobilistes. Alors qu'elle ne représente qu’environ 10% du trafic routier, ce ne sont pas moins de 44% des automobilistes, soit 723 conducteurs, qui sont décédés en 2018 lors d’un accident de la route survenu de nuit. De plus, 212 de ces usagers de la route ont perdu la vie entre minuit et 5h du matin.

Si ces chiffres sont aussi alarmants, c’est notamment parce qu’un certain nombre de facteurs viennent généralement aggraver les conséquences des accidents de la route de nuit. Ainsi, les agents des forces de l’ordre constatent généralement une augmentation de l’absence de port de la ceinture de sécurité de nuit, qui passe à 2,8% contre 1,2% de jour. D’autres facteurs viennent encore aggraver ces statistiques, comme la consommation d’alcool ou de produits stupéfiants, qui sont décelés dans 30% des accidents de la route mortels de nuit.

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Les accidents de la route impliquant des piétons et cyclistes arrivant de nuit

Si certains usagers de la route sont nettement plus vulnérables que les autres face à l’accidentalité routière, ce sont les piétons. En effet, la moindre erreur ou le moindre écart face à la sécurité peut potentiellement leur coûter la vie, les chances de survie d’un piéton suite à un choc avec une automobile lancée à 50 km/h n’étant que de 20%.

Les risques pour ces usagers vulnérables sont donc d’autant plus importants lorsqu’il fait nuit, puisque le manque de visibilité rend chaque traversée et chaque pas réalisé en dehors d’un trottoir nettement plus dangereux.

Ainsi, 43% des piétons décédés en 2018 suite à un accident de la route ont perdu la vie entre les mois d’octobre et de janvier, période durant laquelle les nuits se font plus longues et durant lesquelles se retrouvent les périodes de pointe.

Les accidents de la route impliquant des piétons en dehors des agglomérations ont lieu de nuit dans 80% des cas, alors que ces usagers marchent sur la chaussée et à plus de 50 mètres d’un passage pour piétons. Au total, ce ne sont ainsi pas moins de 73 piétons âgés de 18 à 44 ans qui ont perdu la vie dans ces conditions en 2018.

De même, 20% des cyclistes ayant perdu la vie suite à un accident de la route sont décédés suite des suites d'un accident ayant eu lieu de nuit.

Pietons traversant dangereusement une voie de nuit

Les accidents de la route impliquant des deux-roues motorisés arrivant de nuit

Si les piétons sont tout particulièrement vulnérables de nuit, d’autres usagers moins protégés que les automobilistes sont tout aussi vulnérables dès la tombée de la nuit. Les conducteurs circulant sur des deux-roues motorisés, qu’il s’agisse de motards ou de cyclomotoristes, sont eux aussi tout particulièrement vulnérables aux accidents de la route de nuit.

Cette statistique est d’autant plus visible chez les cyclomotoristes puisque 58% de ceux ayant perdu la vie en 2018 ont été tués suite à un accident de la route de nuit, et plus spécifiquement durant une période comprise entre 22h et 4h du matin.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !