Impacts et actions des autoroutes sur l’écologie

Chaque année, les autoroutes françaises est le terrain privilégié des échanges intracommunautaires de personnes et de marchandises. Pourtant, l’impact des autoroutes sur l’écologie est de plus en plus préoccupant. Si en premier lieu, leur construction, leur entretien et les chantiers de réparation jouent un rôle majeur en matière de pollution, le mauvais comportement de certains usagers y est aussi pour beaucoup. Heureusement, depuis quelques années les gestionnaires d’autoroutes mettent en œuvre de nombreuses actions pour favoriser l’écomobilité.

Les chiffres-clés de l'impact des autoroutes sur l'environnement

D'après les chiffres de l'ASFA publiés au début de l'année 2017 :

  • 99% du réseau autoroutier français est protégé par un linéaire de clôtures faune et comporte plus de 1 600 points de passage pour animaux sauvages
  • plus de 5 000 équipements générateurs d'énergies renouvelables sont disposés le long du réseau
  • les voies des autoroutes françaises sont réalisées à 36,4% à partir de matériaux recyclés
  • les sociétés d'autoroutes ont investi plus de 181 millions d'euros dans la protection de l'environnement
Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

L’impact des autoroutes sur l’écologie

Depuis 2014, près de 11 500 km d’autoroutes sont en service afin d’accueillir chaque jour des milliers de conducteurs. Si le gain sur le temps de trajet moyen n’est pas négligeable, cela a aussi eu pour conséquence de faire exploser le niveau de pollution sur ces trajets rapides et extrêmement fréquentés. Qu’elle soit liée aux émissions de CO2, aux bruits, aux déchets ou encore à la destruction des habitats naturels de certains animaux, cette pollution quotidienne a un impact très important sur l’environnement, et donc sur l’écologie.

Pour y faire face, les autorités n’ont pas eu d’autre choix que celui d’imposer une réglementation sur la prise en compte de l’environnement dans les projets soumis à étude d’impact. Ainsi, les gestionnaires d’autoroutes sont contraints d’investir, pour chacun de leurs projets, dans des dispositifs de protection de l’environnement.

Construction, entretien et réparation

Au-delà de la pollution qui est générée par l’utilisation du réseau autoroutier au quotidien, la construction, l’entretien ainsi que les nombreux chantiers de réparation des autoroutes ont des conséquences directes et indirectes sur l’écologie. Des études révèlent que la consommation d’énergie, le pouvoir de réchauffement global, l’acidification et l’écotoxicité augmentent d’environ 10 % dans une zone en cas de travaux au niveaux des autoroutes. Cela tendrait à indiquer que chaque fois qu’un chantier de plusieurs mois est mis en place pour faire évoluer le réseau autoroutier, l’intensité du niveau de pollution atteint des records. Et l’impact de la pollution sur l’environnement est encore bien supérieur si la circulation est maintenue pendant la réalisation des travaux.

Le rôle des usagers dans la pollution liée aux autoroutes

Même si les mentalités sont en train de changer en ce qui concerne l’écomobilité, le comportement de certains usagers sur l’autoroute a pour effet de dégrader son écosystème. De l’abandon de déchets non recyclables sur les aires d’autoroutes où aux abords des voies, en passant par la pollution générée par les véhicules mal entretenus ou vieillissants, les causes de pollution sont multiples. Si pour le moment, ces incivilités ne sont pas toujours sanctionnées, il se pourrait que cela change au cours des prochaines années avec l’implantation de systèmes de vidéosurveillance.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Les actions des gestionnaires d’autoroutes en faveur de l’écologie

Dans le cadre de leur politique environnementale pour sauvegarder l’écologie des autoroutes, leurs gestionnaires mettent en œuvre des solutions adaptées pour réduire l’impact de la pollution dans les domaines des nuisances sonores, de la qualité de l’eau et de l’air, des émissions de CO2 et de la biodiversité. Cela pourrait avoir pour effet, à moyen terme, d’améliorer de manière continue la performance environnementale et la prévention de la pollution sur l’autoroute.

Le réseau routier français répond de moins en moins aux attentes liées au développement durable. Pourtant, chaque année il représente environ 60 % de l’investissement total du gouvernement dans les transports, contre 25 % pour le réseau ferroviaire, qui sont pourtant beaucoup moins polluant. En attendant qu’une solution durable soit mise en place, plusieurs groupes de réflexion ont vu le jour afin de créer de nouvelles actions qui permettront de réduire les impacts des autoroutes sur l’écologie.

Nos villes couvertes par la conduite :