Borne de recharge rapide pour voiture électrique

Une étude d’Enedis et de RTE indique que le réseau électrique pourra supporter le déploiement des bornes de recharge rapide

Avec l’augmentation récente des ventes de véhicules électriques et de voitures hybrides rechargeables, Enedis et RTE ont décidé de conduire une étude afin de savoir si dans son état actuel, le réseau électrique serait susceptible de supporter l’installation future des bornes de recharge rapide.

Toutes les aires de service des autoroutes devront être équipées d’une borne de recharge rapide

Puisque la loi exige qu’au 1er janvier 2023 l’ensemble des 415 aires de service d’autoroute existant en France soient équipées de bornes de recharge rapide pour les véhicules électriques, Enedis et RTE ont mené une étude conjointe afin de déterminer si le réseau électrique français sera capable de supporter les besoins en matière de bornes électriques pour les 15 prochaines années sur l’ensemble du réseau autoroutier Français. 

Pour réaliser cette étude, Enedis et RTE ont mis au point deux scénarii différents impliquant des besoins et des horizons temporels distincts. Dans le premier cas, l’étude prévoit un parc automobile comptant 5,3 millions de véhicules électriques en 2028, puis 15,6 millions de voitures électriques d’ici 2035.

Des besoins en énergie qui peuvent être soutenus par le réseau électrique actuel

Le pic des besoins en énergie découlant des véhicules en circulation actuellement est constaté durant la période estivale ainsi que pendant certains longs week-ends. Or le pic de demande de l’énergie électrique a lieu chaque année durant l’hiver, lorsque les familles allument le chauffage afin de se sentir plus à l’aise dans leur maison. Les besoins de puissance associés aux véhicules électriques sont donc décorrélés des besoins de puissance des ménages, ce qui n'entraînera pas de surcharge de demande alors que le réseau électrique est déjà fortement sollicité.

Mais l’étude indique que la puissance électrique demandée par l’ensemble des aires de service pourra aller de 2 GW à 5 GW pour tout l’hexagone, ce qui est marginal comparé à ce que le réseau électrique français produit.

Pas de problèmes majeurs liés à l’extension ou à l’adaptation du réseau

Pour Enedis et RTE, le raccordement des futures bornes de recharge rapide des aires de service d’autoroutes ne représentera pas de soucis majeurs d’un point de vue technique. Quant à l’aspect financier de ce déploiement, celui-ci devrait coûter entre 300 millions d’euros et 600 millions d’euros à l’horizon 2035, soit 0,3 à 0,6% des investissements prévus par les gestionnaires de réseaux de distribution et de transport sur la même période.