Conduite accompagnée : les avantages de la formation

La formation en conduite accompagnée présente de nombreux avantages, comme le fait de commencer à conduire dès 15 ans et passer son permis à 17 ans, ou encore de bénéficier de réductions sur sa première assurance auto. De plus, la formation AAC permet aux jeunes conducteurs de réduire leur période probatoire d’un an. Découvrez tous les avantages de la conduite accompagnée.

AU SOMMAIRE :

Père qui montre à son fils comment conduire

Premier avantage de la conduite accompagnée : passer son permis à 17 ans

La formation en conduite accompagnée est disponible dès 15 ans. Cela permet aux élèves en formation AAC de réaliser leurs heures de conduite et leurs 3000 kilomètres (voir plus) de 15 ans à 18 ans, et de s’inscrire à l’épreuve du permis de conduire dès 17 ans et demi. En commençant tôt, cela permet de prendre le temps de se former correctement et d’éviter le rush, notamment pendant l’année de terminale qui peut être chargée avec l’obtention du baccalauréat.

Cet apprentissage anticipé permet aux jeunes de pouvoir conduire seuls dès 18 ans s'ils ont obtenu leur permis de conduire.

Deuxième avantage de l’AAC : le permis coûte moins cher

Passer son permis en faisant de la conduite accompagnée, c’est réaliser des économies : en effet, la formation en AAC coûte en moyenne entre 1100 et 1500 euros contre 1800 euros pour une auto-école classique. Cela dépend aussi évidemment du nombre d’heures requises pour chaque élève, mais en général, un élève pratiquant la conduite accompagnée aura besoin de moins d’heures de conduite qu’un élève en formation initiale, car il sera plus expérimenté grâce aux kilomètres parcourus.

voiture auto-école
Permis de conduire
30% moins cher !

Troisième avantage de la conduite accompagnée : le taux de réussite au permis de conduire est plus élevé

Grâce à leur expérience plus complète, les candidats en conduite accompagnée réussissent mieux au permis de conduire. En 2019, le taux de réussite à l’examen pratique du permis B était de 75% pour les candidats qui ont suivi les règles de l'AAC, alors que le taux de réussite concernant la formation initiale était de 58%.

Quatrième avantage de la conduite accompagnée : la période probatoire est plus courte

La période probatoire est la période durant laquelle le jeune conducteur doit accumuler des points chaque année afin de passer de 6 à 12 points, le total du permis de conduire. Cette dernière varie de 2 à 3 ans selon la formation effectuée par le conducteur : en réalisant la conduite accompagnée, la période probatoire ne dure que 2 ans. Les jeunes ayant suivi la formation initiale ont une période probatoire qui dure 3 ans. Pendant la période probatoire, les conducteurs doivent apposer le disque “A” sur la carrosserie de leur véhicule.

Père et fille en train d'apprendre à conduire

Cinquième avantage de l’AAC : l’assurance auto coûte moins cher

Les jeunes conducteurs ne sont pas avantagés concernant les prix de leur premier contrat d’assurance auto. Étant considérés comme des profils risqués à cause de leur manque d’expérience, les compagnies d’assurance auto augmentent les tarifs et imposent aux jeunes conducteurs une surprime. En réalisant la conduite accompagnée, la surprime attribuée est beaucoup moins élevée qu’un conducteur novice ayant effectué une formation au permis en initial.

Sixième avantage de la conduite accompagnée : plus d’expérience au volant

Sur toutes les catégories de conducteurs, les jeunes de 18-24 ans sont ceux qui ont le plus fréquemment des accidents mortels. L’une des principales causes est le manque d’expérience. La conduite accompagnée permet de lutter contre cela en formant les jeunes et en les entraînant à conduire avec un accompagnateur afin d’assimiler tous les bons réflexes avant de prendre le volant seul. Pour une formation complète, il est préférable de faire conduire l’apprenti dans plusieurs environnements : ville, campagne, autoroute, de jour, de nuit, sous diverses conditions météorologiques… Cela lui permet d’être entraîné à toutes les situations et d’accumuler de nombreuses connaissances, car la conduite est avant tout une question d’habitude. Mais avant de se lancer dans la conduite accompagnée, les accompagnateurs devront s'assurer que le modèle de voiture qu'il possède n'est pas un modèle interdit pour l'AAC.