Comprendre l'étiquette énergie lors de l'achat d'une voiture

Comme pour les produits électroménagers, les voitures neuves sont dotées depuis 2006 d'une étiquette énergie permettant de lutter contre le réchauffement climatique. Ce nouveau dispositif a été adopté en France dans le cadre du Plan Climat mis en place par le Ministère de l’Écologie et du Développement durable. À partir d'un classement en 7 niveaux, les futurs acquéreurs peuvent connaître le taux d'émission de CO2 d'un véhicule, mais également définir le montant du bonus / malus écologique qui sera appliqué si l'achat est effectué.

Bien lire une étiquette énergétique pour l'achat de sa voiture éco-responsable

Tout savoir sur l'étiquette énergie des automobiles

Les premières étiquettes énergie sont apparues sur les voitures neuves vendues en France dans le cadre de la directive européenne du 13 décembre 1999. Seules les automobiles neuves destinées aux particuliers, qui étaient exposées dans un espace de vente, furent concernées. Dès 2006, le gouvernement français a choisi d'étendre cet étiquetage à l'ensemble des voitures neuves vendues sur le territoire. L'objectif principal est de sensibiliser les consommateurs en leur donnant accès aux informations concernant le niveau d'émission de CO2 de chaque véhicule afin de les inciter à comparer puis à choisir des voitures moins polluantes. Pour les accompagner dans cette démarche et faciliter leur compréhension, c'est au travers d'un barème à plusieurs niveaux qu'ils pourront savoir la classe à laquelle une voiture appartient. Chaque année, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie publie le classement des 10 premières valeurs d'émissions de CO2 sur son site internet.

Les sept niveaux d'émission de CO2

De A à G, du vert au rouge, les niveaux d'émission de carbone d'un véhicule pour pour 100 kilomètres parcourus, sont définis de cette façon :

  • niveau A : pour les véhicules dont les émissions de CO2 sont inférieures ou égales à 100 g/km
  • niveau B : pour les véhicules dont les émissions de CO2 varient de 101 à 120 g/km
  • niveau C : pour les véhicules dont les émissions de CO2 varient de 121 à 140 g/km
  • niveau D : pour les véhicules dont les émissions de CO2 varient de 141 à 160 g/km
  • niveau E : pour les véhicules dont les émissions de CO2 varient de 161 à 200 g/km
  • niveau F : pour les véhicules dont les émissions de CO2 varient de 201 à 250 g/km
  • niveau G : pour les véhicules dont les émissions de CO2 sont supérieures à égales à 250 g/km

La lecture de cette grille d'évaluation est très simple : plus le véhicule s'approche de la couleur rouge, plus il sera considéré comme étant polluant.

Le bonus / malus écologique

À partir de 2008, le système de bonus-malus écologique a été mis en place pour renforcer l'impact de l'étiquette énergie auprès des ménages. Celle-ci a pour but de récompenser les acquéreurs de véhicule neufs qui opteront pour modèle émettant peu de CO2 et de pénaliser ceux qui feront l'acquisition d'une voiture polluante. En 2017, le barème a connu une nouvelle évolution et à présent, les 2 ou 3 roues, ainsi que les quadricycles électriques sont également concernés.

Les montants des bonus et des malus applicables sont disponibles sur le site web du ministère de l’Écologie et du Développement durable.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Au-delà du simple aspect écologique, la mise en place de l'étiquette énergie et du bonus-malus écologique devrait permettre aux conducteurs de remplacer leur véhicule avant qu'il ne devienne trop polluant. Le second avantage de ces dispositifs est d'encourager les fabricants automobiles à continuer leurs travaux de recherche et développement pour créer des véhicules de plus en plus respectueux de l'environnement.

Nos villes couvertes par la conduite :