Fin des voitures thermiques et hybrides dès 2035 : une petite révolution à venir

Le “Pacte vert” de l’Union européenne. Un nom à retenir car on risque d’en entendre pas mal parler dans les années qui viennent. Les 12 propositions qu’il contient vont considérablement changer certains secteurs d’activité à commencer par celui des transports et de l’automobile. En effet, pour atteindre l’objectif global de neutralité carbone en 2050, une première étape vise à mettre fin aux ventes de voitures thermiques et hybrides à partir de 2035. Le point sur cette petite révolution qui s’annonce.

AU SOMMAIRE :

Moteur d'une automobile hybride

Le secteur des transports en ligne de mire

L’ensemble du secteur des transports dans l’Union européenne représente environ 30% des émissions de gaz à effet de serre (GES). Dans ce lot, le transport routier pèse environ 70%. Et au sein de ces 70%, l’automobile compte pour environ 60%. Ce n’est pas le plus gros émetteur de GES certes, mais l’urgence climatique fait qu’il faut s’intéresser à absolument tous les postes, et pas seulement aux plus émetteurs. C’est donc dans ce contexte que l’UE a jalonné plusieurs étapes : 

  1. Réduction de 55 % des émissions des voitures d’ici à 2030
  2. Réduction de 50 % des émissions de véhicules utilitaires légers d’ici à 2030
  3. Zéro émission des voitures neuves d’ici à 2035

Concrètement, cela signifie que les constructeurs automobiles ne pourront plus vendre de voitures et utilitaires légers neufs avec un moteur thermique d’ici 2035. Dans moteur thermique sont inclus les moteurs essence, diesel mais aussi les hybrides. En effet, une voiture hybride mélange l’énergie électrique et celle produite par le moteur thermique. Cet ajustement concerne aussi les constructeurs qui produisent entre 1000 et 10 000 voitures par an. Actuellement, ceux-ci bénéficient d’un régime d’exception concernant les rejets de CO2. Cette exemption ne sera plus effective. Ils seront soumis aux mêmes objectifs que les autres constructeurs.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Gammes 100% électriques : les constructeurs s’adaptent

Les constructeurs automobiles amorcent déjà, de façon plus ou moins avancée, leur virage vers des gammes 100% électriques. On peut citer Tesla bien sûr, mais c’est un cas particulier puisque la marque américaine a toujours été 100% électrique. D’autres marques ont annoncé vouloir prendre ce virage : Bentley ou Ford à l’horizon 2030, Jaguar à l’horizon 2025. Si elles n'envisagent pas un virage complet, les autres marques prévoient souvent de commercialiser a minima une version électrifiée de chacun de leurs modèles. C’est le cas de Volvo par exemple.

Chargement d'une automobile electrique

Les répercussions sur les particuliers

Les moteurs thermiques pourront-ils continuer à circuler ?

Que se passera-t-il en 2035, lorsque cette disposition sera appliquée ? Que deviennent les voitures avec moteur thermique en circulation ? Et bien ils pourront continuer à rouler. Le projet parle bien des voitures neuves commercialisées. Celles qui auront été vendues avant pourront continuer à rouler et à être revendues sur le marché de la voiture d’occasion. L’UE considère que le cycle de vie d’une voiture avoisine les 15 ans. Elle mise sur un parc totalement décarboné à l’horizon 2050.

Une décote à prévoir

Il est en revanche probable qu’une décote de ces motorisations s’opère dans les années à venir. Les spécialistes en reprise de voitures comme Ma bonne reprise abondent dans ce sens.  En effet, d’autres règles vont entrer en vigueur pour lutter contre les émissions de gaz à effets de serre comme les Zones à faibles émissions (ZFE). Elles vont être mises en place progressivement, à partir de 2024 dans une ville comme Paris. L’objectif est de restreindre progressivement l’accès à certaines zones des villes pour certains véhicules, selon leur classement Crit’Air.