Braquer et contre-braquer

Savoir braquer et contre-braquer fait partie des fondamentaux de l’apprentissage de la conduite. Ces deux notions doivent être maîtrisées avant de passer l’épreuve pratique du permis de conduire. En effet, ces manœuvres sont étroitement liées aux changements de direction et au stationnement des véhicules terrestres à moteur. Enfin, sur les routes enneigées ou verglacées, savoir à quel moment il est utile de bien braquer ainsi que contre-braquer permet de limiter l’effet de glissement de l’arrière du véhicule et donc, la sortie de route.

Conducteur braquant son volant

Des manœuvres à maîtriser avant de passer le permis

Dans sa version actuelle, l’examen pratique du permis de conduire est divisé en plusieurs épreuves, dont l’une d’entre elles consiste à effectuer une manœuvre en marche arrière. Parmi les 6 manœuvres qu’il faudra absolument maîtriser, plusieurs nécessitent de savoir bien braquer et contre-braquer. Qu’il s’agisse d’un rangement en créneau, d’un rangement en épi, d’un rangement en bataille ou encore demi-tour, c’est la capacité du futur conducteur à réussir sa manœuvre tout en maintenant la sécurité autour de son véhicule qui seront évaluées.

Conductrice en marche arrière

Braquer, mode d’emploi

Dès lors qu’il est question de conduire un véhicule, le terme de « braquer » est utilisé pour définir l’action qui consiste à tourner le volant, aussi bien dans le sens des aiguilles d’une montre que dans le sens antihoraire, jusqu’à ce qu’il se bloque. Cela permet de modifier l’orientation des roues afin qu’elles atteignent une amplitude maximale soit pour aborder une succession de virages très serrés, soit pour réaliser un créneau ou encore sortir d’une place de parking sans entrer en collision avec les éventuels véhicules qui se trouveraient devant ou derrière le conducteur.

Permis de conduire
35% moins cher !

Contre-braquer, mode d’emploi

Si l’on pourrait être tentés de résumer l’action de contre-braquer comme étant l’inverse de celle qui consiste à braquer, dans les faits c’est un peu plus compliqué. En effet, un conducteur se voit généralement contraint de contre-braquer afin de réaligner perpendiculairement les roues qui se trouvent à l’avant de son véhicule. Cela aura pour effet de corriger la trajectoire après avoir braqué.

Braquer le volant

Neige, verglas et risques de survirage

Les conducteurs les plus expérimentés acquièrent une telle maîtrise de leur véhicule qu’il leur est souvent possible d’éviter les sorties de route même lorsqu’ils circulent dans des conditions difficiles. Aussi, il n’est pas rare de croiser des véhicules en situation de survirage, c’est-à-dire en train de glisser de l’arrière, qui reprennent tout en douceur leur trajectoire initiale. Cela intervient après que le conducteur d’un véhicule ait délicatement braqué dans le sens opposé. Bien entendu, cette technique requiert une bonne dose de sang froid, mais son efficacité sur les chaussées couvertes de neige ou de verglas n’est plus à prouver.

Permis de conduire
35% moins cher !

Autre point important à maîtriser pour bien braquer et contre-braquer : les contrôles visuels. Peu importe la situation, un conducteur doit régulièrement vérifier son environnement de conduite afin d’anticiper les mouvements des autres usagers pour éviter un accident de la route. Cela est très important, car lorsqu’il effectue une manœuvre pour se garer, un véhicule n’est pas prioritaire et en cas de collision, son conducteur en assumera la totale responsabilité.

Nos villes couvertes par la conduite :