Les détecteurs de fatigue des automobiles

Depuis le début des années 2000, les constructeurs automobiles intègrent de plus en plus de technologies visant à renforcer la sécurité des usagers de la route durant leurs trajets. Si certaines de ces aides à la conduite se focalisent sur le véhicule et son fonctionnement, d’autres ont pour vocation de s’attarder sur l’usager et sur la façon dont il conduit. C’est notamment le cas des différents détecteurs de fatigue, qui permettent de déceler le manque d’attention de la part d’un conducteur vis-à-vis de son environnement de conduite. L’objectif de ces équipements de sécurité est de participer activement à la réduction des accidents de la circulation dus à la fatigue.

AU SOMMAIRE :

Reflexion d'un usager baillant dans son retroviseur

Détecteurs de fatigue : définition

Les détecteurs de fatigue désignent différents objets et équipements technologiques ayant tous pour finalité la détection des signes de fatigue chez le conducteur, et la mise en oeuvre d’alertes afin de lui signaler son état. Il peut donc s’agir aussi bien d’options intégrées dans l’habitacle du véhicule que d’équipements positionnés sur le tableau de bord ou même d’objets connectés portés par l’usager.Quel que soit leur mode de fonctionnement, ces équipements les plus récents sont tous capables de détecter les différents signes annonciateurs d’un état de fatigue chez un automobiliste, et doivent le prévenir grâce à des stimulus sensoriels (signaux sonores, signaux lumineux, vibrations, …).).

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Les différents équipements permettant de détecter les signes de fatigue chez les conducteurs

Différents types de détecteurs de fatigue ont vu le jour au fil des évolutions technologiques, et si ces aides à la conduite s’intègrent de plus en plus directement dans l'habitacle des automobiles, il n’est pas rare que des conducteurs fassent le choix de s’en fournir eux-même par le biais de détecteurs connectés.

Les détecteurs de fatigue intégrés aux véhicules

De nombreux constructeurs automobiles ont développé au fil des ans des technologies intégrées dans leurs différents modèles et permettant d’alerter le conducteur dès que celui-ci est sujet aux premiers signes de fatigue.

La première technologie de ce genre à avoir fait son apparition dans les automobiles est l'attention assist, qui prend la forme d’une alerte sonore et visuelle comprenant l’illustration d’une tasse de café, ainsi que d’un texte indiquant au conducteur qu’il doit faire une pause. Ces alertes se déclenchent automatiquement après deux heures de conduite sans que l’usager n’ait observé de temps de repos.

Mais d’autres technologies plus récentes et plus sophistiquées ont fait leur apparition, comme les dispositifs de franchissement de ligne, qui permettent de signaler à l’automobiliste lorsque celui-ci réalise des écarts de conduite, voire même de les corriger.

De nombreuses technologies vont encore plus loin, en permettant de détecter les différents signes associés à la fatigue qui peuvent apparaître sur le visage de l’usager, notamment grâce à un suivi du mouvement des yeux. Lorsqu’un risque de somnolence au volant est détecté, le système pourra émettre un certain nombre d’alertes visuelles et auditives afin de “réveiller” le conducteur. Si celui-ci ne réagit pas à ces différents stimulus, l'équipement lancera alors le freinage automatique du véhicule.

Conductrice endormie au volant

Les objets connectés permettant de détecter la fatigue

Les constructeurs automobiles ne sont pas les seuls à proposer des équipements permettant de détecter les signes liés à la fatigue chez les conducteurs. Ainsi, différents boîtiers et objets connectés ont vu le jour, comme par exemple :

  • la bague StopSleep, qui intègre huit capteurs permettant de calculer l’activité cérébrale du conducteur et de délivrer des vibrations ainsi que des alertes sonores en cas de manque de vigilance
  • le boîtier “Toucango”, qui se positionne sur le tableau de bord de l’automobile et permet de filmer le visage du conducteur à plus de 100 images par seconde, afin d’y détecter le moindre signe d’hypovigilance

De nombreux autres équipements visant cette même finalité ont été développés, comme des oreillettes ou des casquettes connectées, permettant d’alerter l’usager lorsque sa tête réalise différents mouvements liés à un état de fatigue.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Pourquoi installer des détecteurs de fatigue dans l’habitacle des automobiles ?

Si de plus en plus d’équipements destinés à alerter les usagers sur leur état de fatigue ont fait leur apparition depuis les dernières années, c’est à cause de la forte représentation des états de fatigue et de somnolence parmi les principales causes d’accidents de la route.

En effet, d’après les chiffres publiés récemment par la SANEF dans son Observatoire 2018 des comportements au volant, la fatigue au volant était le second facteur principal d’accidents sur les autoroutes en 2018, puisqu’elle était impliquée dans 18,6% des accidents de la route. Et si la part de la somnolence parmi les phénomènes responsables d’accidents mortels commence à baisser depuis quelques années, il reste encore du chemin à parcourir avant que les habitudes de conduite des usagers ne deviennent vraiment sûres. En effet, si elle était encore responsable de 38% des accidents mortels sur les autoroutes en 2014, la somnolence au volant a nettement baissé pour être impliquée au total dans 23% des accidents mortels sur les autoroutes entre 2014 et 2018, ce qui suffit pour en faire la première cause de mortalité sur les autoroutes durant cette période.

Nos villes couvertes par la conduite :