Tout savoir sur les voies vertes

L’un des objectifs primordiaux du code de la route est de faire du réseau routier français un environnement de conduite sécuritaire et adapté à la circulation de tous les usagers, quels qu’ils soient. C’est pour cette raison que de nouveaux types de routes voient parfois le jour, afin de répondre concrètement aux besoins de certains usagers spécifiques. C’est notamment le cas des voies vertes, définies pour les usagers et pour les candidats au Code de la route comme étant des voies de circulation réservées aux usagers non motorisés, et bénéficiant d’éléments de signalisation dédiés.

Panneau d'indication de fin de voie verte

Qu’est-ce qu’une voie verte ?

Afin de permettre aux usagers circulant à pied, à vélo ou sur une monture, de bénéficier de nouveaux espaces de circulation plus sécuritaires, les autorités ont officiellement intégré les voies vertes dans le Code de la route suite à la publication du décret du 16 septembre 2004.  

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Définition d’une voie verte

La déclaration de Lille du 12 septembre 2000 définit notamment les voies vertes comme étant des “voies de communication autonomes réservées aux déplacements non motorisés, développées dans un souci d’aménagement intégré valorisant l’environnement et la qualité de vie [...] pour garantir une utilisation conviviale et sécurisée à tous les usagers de toute capacité”.

Pour pouvoir répondre aux différentes missions qui leurs sont spécifiques, les voies vertes doivent impérativement :

  • être accessibles grâce à une largeur suffisamment importante et à des pentes suffisamment faibles (voire nulles) pour permettre à l’ensemble des usagers non motorisés d’y circuler, y compris les individus à mobilité réduite
  • être sécuritaires grâce à une séparation nette vis-à-vis du trafic routier
  • être continue et ne pas s’arrêter face à des obstacles, des solutions pouvant être mises en place afin de les contourner
  • s’intégrer parfaitement au paysage, dans le respect de la faune et de la flore environnante

Les voies vertes font partie intégrante des nouvelles formes de mobilité écologique et responsable. En effet, elles visent notamment à valoriser le patrimoine culturel en se développant sur le tracé d’anciennes lignes de chemin de fer abandonnées ou en suivant les voies navigables. Elles peuvent servir à faciliter les déplacements du quotidien, et doivent ainsi aider les individus dans leur accès à une mobilité active, tout en leur permettant de faire plus attention à leur santé. Enfin, ces voies de circulation responsables ont également pour vocation de favoriser le tourisme durable, en créant de nouveaux emplois locaux, intégrant des services liés directement à ces nouvelles voies de circulation (information, hébergement, ...).

Cycliste circulant sur un velo electrique

Règles de circulation associées aux voies vertes

Les voies vertes sont définies par l’article R110-2 du Code de la route comme étant des routes exclusivement réservées à la circulation des véhicules non motorisés, des piétons ainsi que des cavaliers. Cela signifie que les conducteurs de véhicules motorisés, qu’il s’agisse d’une automobile ou de toute autre catégorie de véhicule, ont l’interdiction formelle de circuler sur une voie verte. Néanmoins, des exceptions peuvent être mises en place par l’autorité détentrice du pouvoir de police. En effet, c’est cette autorité qui détermine les règles de circulation en vigueur dans un espace de circulation, et qui peut par exemple choisir d’exclure certains usagers de ce type de voies.

Le terme route exprimé dans la définition adoptée par le Code de la route revêt également une certaine importance, puisqu'il met en avant le fait que les voies vertes sont des espaces autonomes dédiés à la circulation, et non pas des dépendances appartenant à une autre voie déjà préexistante, comme c’est le cas des trottoirs ou des bandes cyclables, par exemple.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Panneaux d’entrée et de sortie de voie verte

Le développement des voies vertes aux abords des différents territoires routiers devait s’accompagner de la mise en place d'éléments de signalisation ayant pour vocation de signaler aux usagers le fait qu’ils circulent sur une voie verte. C’est dans cette optique que les autorités ont créé les deux panneaux d’indication d’entrée et de sortie de voie verte.

Panneaux représentant une voie verte et une fin de voie verte.

Panneaux d’entrée de voie verte

Le panneau d’entrée de voie verte est un panneau d’indication de forme carrée et à fond bleu, représentant une voie de circulation de couleur verte, le long de laquelle évoluent un pictogramme de piéton, ainsi qu’un pictogramme de cycliste. Si l’autorité détenant le pouvoir de police sur cette voie autorise la circulation des cavaliers, ce panneau sera accompagné d’un panonceau rectangulaire représentant un cavalier sur sa monture.

Panneaux de sortie de voie verte

Le panneau de sortie de voie verte reprend le même visuel que le panneau d’entrée de voie verte, à la différence que ce panneau est barré d’un trait rouge partant du bord supérieur droit du carré et rejoignant son bord inférieur gauche. La présence de ce panneau de signalisation signifie pour les usagers qu’ils s’apprêtent à quitter une voie verte, et qu’ils devront alors suivre les règles de circulation en vigueur le long de la voie qu’ils vont rejoindre.

Nos villes couvertes par la conduite :