Les séparateurs de voies et les terre-pleins

Les séparateurs de voies et les terre-pleins sont des éléments de signalisation horizontale qui peuvent avoir un caractère définitif ou temporaire. Leur implantation sur les routes est étroitement liée au type de voie concerné. Ces éléments sont utilisés dans le cas où une séparation ou une délimitation s’avère nécessaire pour assurer la sécurité des usagers.

manoeuvres interdites sur autoroute

À quoi servent les séparateurs de voies et les terre-pleins  ?

Dans certains cas, l’aménagement routier nécessite qu’une séparation ou une délimitation des voies soit implantée. En principe, cela se traduit par l’installation de séparateurs de voies ou de terre-pleins dont la mission est de sécuriser le parcours des différents usagers du réseau routier. En France, on dénombre de nombreux types de dispositifs et chacun d’entre eux répond aux besoins d’une situation spécifique. Par exemple, les îlots, qui sont couramment appelés terre-pleins, sont utilisés pour séparer ou diriger les courants de voies. Généralement, lorsque la situation a un caractère définitif, ce sont les services de la voirie qui procèdent aux travaux d’installation. Si, par contre, il s’agit d’une installation temporaire, les séparateurs de voie restent à la charge des équipes qui œuvrent sur les chantiers routiers.

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

En agglomération

Depuis quelques années, l’espace routier a subi de nombreuses modifications afin de permettre un partage des voies par l’ensemble des usagers de la route. Aussi, de nombreuses agglomérations ont fait le choix d’implanter des pistes cyclables pour faciliter et sécuriser les déplacements des vélos. Lorsque ces dernières sont positionnées à proximité immédiate de la chaussée, des séparateurs de voies sont apposés au sol et ils empêchent aussi bien le franchissement des véhicules à moteur que celui des piétons.

Îlots de séparation en agglomération

Autoroute et voie rapide

Le vaste réseau autoroutier qui permet de faire transiter la majeure partie du flux de véhicules à moteur en France répond à des aménagements très stricts. Aussi, pour éviter que les conducteurs puissent emprunter les voies à contresens, ces dernières sont systématiquement délimitées par des séparateurs de voie en béton. En plus de leur résistance à toute épreuve, ces séparateurs s’avèrent beaucoup plus sécurisés que les glissières lorsqu’un accident de la route implique un ou plusieurs motards.

Enfin, des séparateurs de voies sont systématiquement implantés avec un zébra au niveau des entrées et des sorties d’autoroutes pour limiter les risques de collision entre les véhicules.

Terre-plein sur une autoroute

Tout cela s’applique également aux voies rapides qui sont de plus en plus utilisées pour éviter les embouteillages aux abords de lieux très fréquentés.

Chantiers routiers

Qu’il s’agisse d’une modification importante d’une portion de route ou d’une opération ponctuelle liée à la réparation d’un élément de voirie, les séparateurs de voie ont une importance capitale lorsqu’il est question de chantiers routiers. En plus d’informer les usagers, ils permettent de délimiter la zone de travaux et d’empêcher les collisions entre les véhicules et les engins de chantier. Ces éléments de signalisation temporaire en plastique sont généralement de couleur blanche et rouge, et sont dotés d’un système d’attache amovible pour s’adapter au mieux à l’avancement des travaux.

Separateur de voie de chantier

En France, le fait de circuler, de s’arrêter ou de stationner sur un terre-plein central est une infraction au Code de la route. En cas de contrôle routier, les contrevenants seront sanctionnés par une contravention de 4e classe. Celle-ci est composée d’une amende forfaitaire d’un montant de 135 euros ainsi que d’un retrait de 2 points sur le permis. Pour les cas jugés très dangereux, ou si le conducteur ne dispose pas d’un solde suffisant de point, les forces de l’ordre peuvent décider d’une suspension du permis de conduire dont la durée maximale peut être portée à 3 ans.

Nos villes couvertes par la conduite :