Les manœuvres de désincarcération des pompiers

Selon les résultats définitifs de l’Observatoire national interministériel, la mortalité routière accuse une légère baisse en 2017, par rapport à l’année précédente. Parmi les 3 448 décès recensés en France, dans le cadre d’un accident de la route, plusieurs ont nécessité une intervention des pompiers pour réaliser des manœuvres de désincarcération. En fonction du type de véhicule accidenté et de la position de celui-ci par rapport à la chaussée, la mise en place de celles-ci nécessite l’intervention de véhicules de secours spéciaux ainsi que l’utilisation d’un outillage très spécifique. Dans tous les cas, les équipes de secours mettent en place une intervention en 4 étapes : balisage, calage puis désincarcération et enfin dégagement des victimes.

Tout savoir sur manœuvres de désincarcération des pompiers après un accident de la route

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les véhicules d’intervention utilisés par les pompiers pour réaliser des manœuvres de désincarcération ne sont pas tous identiques. Et pour cause, en fonction de la catégorie de véhicule, mais également de la position de celui-ci, différents outils sont nécessaires pour dégager le plus rapidement possibles les victimes et leur prodiguer rapidement des soins. De manière générale, c’est au niveau des parties vitrées, des accès latéraux, du capot ou encore du coffre des automobiles que ces manœuvres délicates ont lieu.

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Le balisage autour du véhicule accidenté

Avant de réaliser une ou plusieurs manœuvres de désincarcération, les pompiers balisent systématiquement la zone où l’accident a eu lieu. De cette manière, ils s’assurent que les autres usagers pourront circuler en toute sécurité, sans créer de gêne lors de leur intervention. Le second objectif de cette étape est de réduire au maximum le risque de sur accident. Voici la liste des principaux dispositifs utilisés :

  • les cônes de Lübeck
  • le triangle de signalisation
  • les feux à éclats tournants ou fixes
  • les bandes luminescentes qui sont apposées sur les véhicules d’intervention

Par la suite, les agents de police, ou encore la gendarmerie prennent en charge la régulation de la circulation ou l’établissement d’une déviation tout au long de la manœuvre de désincarcération. Généralement, le retour à la normale a lieu lorsque le ou les véhicules accidentés sont remorqués.

Le calage, première étape de toutes les manœuvres de désincarcération des pompiers

Le principal objectif des différentes manœuvres de calage est d’immobiliser un véhicule dans la position dans laquelle il se trouve. Cela permet d’éviter tout mouvement préjudiciable pour la ou les victimes lors de la manœuvre de désincarcération puis de dégagement des victimes. En effet, si des mouvements incontrôlés ont lieu, ils pourraient avoir des conséquences directes sur l’état de santé des victimes. Cette étape consiste, dans un premier temps, à stabiliser l’automobile à l’aide d’équipements et d’outils spécifiques. Dans les cas les plus graves, les pompiers effectuent également un arrimage de celui-ci.

Pompier utilisant une pince pour couper un vehicule accidente

Désincarcération et dégagement de la victime par les pompiers

Dans la majorité des cas, les manœuvres de désincarcération des pompiers se déroulent en respectant les étapes suivantes  :

  • pose de la protection airbag
  • découpe du pare-brise
  • découpe des montants aux cisailles
  • retrait du pavillon

Ensuite, les équipes de secours sur place procèdent au dégagement de la victime à l’aide d’une civière. Lorsque celle-ci a enfin quitté l’habitacle dont elle était prisonnière, elle est prise en charge afin d’être évacuée le plus rapidement possible vers un établissement hospitalier en ambulance ou en hélicoptère.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Bien qu’à l’heure actuelle, les pompiers constatent une diminution du nombre de manœuvres de désincarcération opérées chaque année, la complexité de celles-ci a beaucoup évolué. En effet, l’augmentation du nombre de véhicules électriques, GPL ou encore hybrides a eu pour conséquence de créer de nouveaux risques. Ensuite, l’évolution des systèmes de sécurité passifs ainsi que l’utilisation de nouveaux matériaux pour fabriquer les panneaux de carrosserie rend certaines manœuvres standards, de plus en plus difficiles à opérer.

Nos villes couvertes par la conduite :