Tout savoir sur les appels de phares

Quel conducteur n’a jamais réalisé un appel de phares ? Aucun ! Et pour cause, ce bref allumage des feux de croisement, qui peut être répété plusieurs fois, est souvent très pratique. D’ailleurs, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il s’agit d’une pratique totalement légale au regard de la législation routière française. Généralement, l’appel de phares est utilisé pour signaler un danger imminent, pour avertir d’un contrôle de vitesse, mais également pour indiquer la nécessité de passer en feux de croisement lors d’un trajet de nuit.

Est-ce légal de faire un appel de phares ?

Rien, lorsque l'on apprend le Code de la route, n’interdit aux conducteurs de faire des appels de phares. Si l’on se base sur l’article R416-2 : « De nuit, les avertissements doivent être donnés par l’allumage intermittent soit des feux de croisement, soit des feux de route, les signaux sonores ne devant être utilisés qu’en cas d’absolue nécessité ». Par ailleurs, un jugement a également permis de déterminer que cela ne s'apparente en aucun cas à un outrage à un agent dépositaire de l’autorité publique.

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Pour signaler un danger imminent

Comment indiquer rapidement la présence d’animaux sauvages, d’un obstacle ou encore d’un éboulement de terrain aux usagers qui arrivent en sens inverse ? C’est simple : en leur faisant un appel de phares. Ainsi prévenus du danger, ils auront le temps de réduire leur vitesse et, sans doute, d’éviter un potentiel accident de la route. Cependant, bien que certains conducteurs semblent le penser, le fait de conduire trop lentement ne constitue pas un danger imminent. Aussi, inutile de réduire les distances de sécurité en faisant de nombreux appels de phares au véhicule, qui les précède, non seulement il y a peu de chance pour que le conducteur comprenne l’avertissement, mais en plus cela pourrait augmenter les risques de collision.

Pour avertir d’un contrôle de vitesse

Même si la pratique est de moins en moins répandue depuis l’implantation massive de radars automatisés et l’arrivée des avertisseurs high-tech, durant de nombreuses années, les conducteurs se sont fait des appels de phares pour signaler la présence d’un contrôle de vitesse. Bien qu’elle soit totalement légale, cette habitude est particulièrement décriée par les forces de l’ordre. En premier lieu parce qu’elle permettait à des conducteurs peu respectueux du Code de la route d’éviter une contravention pour excès de vitesse bien méritée, mais également parce qu’elle a permis à des délinquants notoires de prendre la fuite.

Pour indiquer la nécessité de passer en feux de croisement

Beaucoup de jeunes conducteurs en font l’expérience lors de leur premier trajet de nuit  : une fois activés, ils ont tendance à oublier leurs feux de route. Pourtant, dès lors qu’ils croisent un autre usager, cela crée un danger important  ! Aussi, il n’est pas rare que le conducteur arrivant en face fasse un appel de phares pour indiquer qu’il est nécessaire de passer en feux de croisement. Dans le cas contraire, l’éblouissement produit pourrait provoquer une ou plusieurs collisions frontales dont les conséquences sont souvent mortelles ...

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

L’usage de l’avertisseur sonore est strictement interdit en agglomération, aussi de très nombreux conducteurs abusent de la recommandation fait par le Code de la route et font des appels de phares à tout va. De fait, les agents de police ainsi que les gendarmes n’hésitent plus à sanctionner ce type de comportement. En effet, au regard de l’article R. 416-5 du Code de la route, l’usage des feux de route est une infraction à partir du moment où l’on peut établir qu’il éblouit les autres usagers.