Les signaux de communication des motards

La communication entre les usagers de la route est un élément clé d’une conduite parfaitement sécuritaire le long des voies de circulation. Ceci est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit des motards, qui bénéficient de moins de commandes et de signaux à leur disposition pour faire passer leurs messages à destination des autres conducteurs lorsqu'ils circulent sur leur moto. Heureusement, des codes gestuels spécifiques ainsi que des technologies innovantes permettent de faciliter la communication des pilotes de deux-roues motorisés.

AU SOMMAIRE :

Motard realisant un geste a destination d'autres conducteurs de deux-roues

La communication entre un pilote et son passager

Le meilleur moyen permettant à un conducteur de deux-roues motorisé de communiquer facilement et clairement avec son passager est d’équiper leurs deux casques d’intercoms, dits aussi “système de communication pilote à passager”. Ces dispositifs sans fil et accrochés sur les casques des conducteurs de deux-roues sont spécialement conçus et homologués afin de permettre au conducteur et à son passager de communiquer verbalement malgré la vitesse et les équipements de sécurité.

Cette technologie permet donc de remplacer les gestes et autres contacts tactiles, qui présentent de nombreux désavantages. En effet, l’utilisation de gestes par le passager à destination du pilote risque de le déstabiliser ou de le déconcentrer, tout en rendant la communication réellement peu claire.

Communiquer avec les autres usagers de la route

En dehors de la conduite avec un passager, un pilote de moto peut être amené à devoir communiquer avec d’autres usagers de la route. Si cette communication peut, encore une fois passer par des technologies sans fil, l’usage de gestes est dans ce cas de figure encore très répandu, notamment lorsqu’il s’agit de remercier un automobiliste ou de donner des indications à d’autres motards.

Feu clignotant d'un deux-roues motorisé

La communication avec les autres usagers via les équipements du véhicule

Comme pour tous les véhicules motorisés, la communication avec les autres usagers de la route se fait notamment par le biais de l’utilisation des équipements intégrés sur la moto, et notamment ses feux.

Un motard pourra notamment être amené à utiliser :

  • ses clignotants afin de signaler un changement de direction, une panne ou un embouteillage
  • ses feux de route lorsque celui-ci réalise des appels de phare, afin de signaler la présence d’un danger ou de radars mobiles par exemple

La communication gestuelle avec les autres usagers via des gestes

Lorsqu’ils circulent au milieu des autres usagers de la route ou parmi un groupe de motards, il n’est pas rare que les usagers circulant sur des deux-roues motorisés utilisent des gestes spécifiques. Ces gestes, qui appartiennent à un code gestuel bien connu des motards, leur permettent de communiquer clairement et rapidement, notamment en cas de problème avec leur véhicule.

Les usagers de la route connaissent généralement certains de ces gestes, comme :

  • le remerciement réalisé en tendant le pied droit lorsqu’une automobile s’écarte pour laisser passer le motard
  • le salut entre motards, réalisé en levant la main gauche ou en réalisant un signe V, toujours avec cette main, pour signaler que tout va bien

Ces deux signaux sont généralement remplacés par des signes de tête lorsque les usagers circulent en ville. En effet, la fréquence des signaux étant plus importante en agglomération, les usagers se fatiguent moins qu’en relevant leur main ou leur pied.

Dispositif de communication integre a un casque de moto

D’autres signaux sont plus spécifiquement associés à des groupes de motards, et sont presque exclusivement utilisés dans le contexte de sorties à moto. Parmi ces différents signes, il est possible de lister :

  • le fait d’activer son clignotant puis pointer du doigt un panneau de signalisation permet d’indiquer aux autres membres du groupe la prochaine sortie à suivre
  • le fait de lever sa main gauche, paume vers l’avant, puis de fermer et d’ouvrir les doigts plusieurs fois de suite afin d’indiquer à un autre motard que ses feux de croisement ne sont pas allumés
  • le fait de baisser son poing gauche, pouce vers le bas et en direction de son réservoir permet au motard de faire signe aux autres usagers qu’il a besoin de faire le plein
  • le fait de lever sa main gauche et de réaliser un cercle avec son index indique la réalisation d’un demi-tour
  • le fait de pointer la route grâce à son index ou de baisser son pied près du sol permet d’indiquer la présence d’un obstacle sur la route ou de difficultés liées à l’adhérence

La communication verbale avec les autres motards

Enfin, si les usagers peuvent équiper leurs casques d’intercoms “pilote à passager”, d’autres modèles d’intercoms, dits “moto à moto” existent également. Ces systèmes sont spécialement conçus pour permettre une communication entre les usagers sur une grande distance et en grand nombre. Ainsi, ce sont de 4 jusqu’à 15 pilotes de deux-roues motorisés qui ont la possibilité de synchroniser leurs intercoms, et de pouvoir communiquer dès lorsqu’ils restent dans une zone de couverture d’une taille minimum de 700 mètres.