Les ambulances et autres véhicules d’intervention médicale

Les jeunes conducteurs ne sont pas les seuls titulaires du permis de conduire qui se posent des questions liées aux ambulances ou aux autres véhicules d’intervention médicale. En effet, durant un trajet particulièrement stressant, il n’est pas toujours évident de se souvenir des règles de circulation et priorité qui s’appliquent à ces véhicules d’intérêt général. Du « céder le passage » obligatoire lorsqu’ils sont en pleine intervention aux facilités de passage pour les ambulances privées, non mandatées par le SAMU, il s’agit avant tout pour les usagers de la route de faire appel à leur bon sens. L’objectif ? Permettre quotidiennement aux véhicules d’intervention médicale de réaliser leurs missions sans pour autant mettre en danger celles et ceux qui circulent à proximité.

Quelles sont les règles de circulation et priorité s’appliquant aux ambulances et autres véhicules d’intervention médicale ?

Dès lors que leurs feux clignotants et leur sirène à deux tons sont activés, les ambulances et autres véhicules d’intervention médicale disposent d’une priorité absolue. Tout d’abord, cela implique que les autres usagers doivent, au regard du Code de la route, leur céder le passage, mais pas seulement. Ensuite, dès lors qu’ils sont utilisés dans le cadre d’une intervention, leur conducteur n’est plus tenu de respecter la signalisation à condition de ne pas mettre un danger pour les autres usagers.

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Les ambulances

Les ambulances restent les véhicules d’intervention médicale les plus utilisés sur le réseau routier français. Peu importe qu’il s’agisse d’ambulances privées ou d’ambulances publiques, cette catégorie de véhicule est spécialement aménagée pour transporter des personnes dont l’état de santé nécessite de se rendre dans un établissement médical comme un hôpital ou encore une clinique. Aussi, pour être les plus visibles possible pour les autres usagers de la route, mais également des forces de l’ordre, les ambulances sont dotées de stickers, qui sont apposés directement sur leurs carrosseries, mais également d’un gyrophare et d’une sirène à deux tons.

Comment réagir en présence de véhicules d’intervention médicale ?

Pour éviter tout risque d’accident de la route, il est conseillé aux conducteurs qui se retrouvent en présence d’une ambulance ou d’autres véhicules d’intervention médicale, de faire le maximum pour dégager la chaussée. Comme ceux-ci font face à des urgences, ils circulent généralement à vive allure. De fait, la meilleure façon de leur céder le passage reste encore de réduire au maximum l’allure du véhicule, voir parfois même de s’arrêter en se serrant le plus possible à l’accotement.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Quelle différence avec la facilité de passage ?

Contrairement aux ambulances mandatées par le SAMU ainsi qu’aux ambulances utilisées par les pompiers, le SAMU et le SMUR, les ambulances de transport sanitaire ne sont pas considérées comme étant des véhicules prioritaires. Néanmoins, il s’agit de véhicules d’intérêt général bénéficiant qui bénéficient d’une facilité de passage. Aussi, en dépit du fait que cela ne crée aucune obligation de céder le passage pour les autres usagers, il s’agit surtout de faire preuve de bon sens. Ainsi, les conducteurs ne doivent ni leur céder la priorité à tout prix, ni les bloquer inutilement.

Les conducteurs qui décident malgré tout de ne pas laisser passer un véhicule prioritaire alors que celui-ci indique clairement qu’il est en pleine intervention mettent en danger tous les usagers de la route se trouvant à proximité. En agissant de la sorte, il commettent une infraction au Code de la route. En cas de contrôle routier, celle-ci est sanctionnée par une contravention de 4e classe se matérialisant par une amende forfaitaire d’un montant de 135 €, ainsi que par un retrait de 4 points sur le permis de conduire. Dans les cas les plus graves, une suspension de permis pour une durée de 3 ans maximum peut également être mise en place.

Nos villes couvertes par la conduite :