Passage piéton pour animaux au dessus d'une autoroute

L’entreprise Vinci construit des écoducs pour laisser les animaux traverser l’autoroute

Après plus d’un an d’étude de terrain, Vinci se lance dans la construction de deux tunnels sous l’A81, destinés à laisser traverser les animaux sous la portion de route entre Laval et le Mans. Ce projet à 1 millions d’euros vise à faciliter le passage des animaux sauvages et à les protéger.

Des passages destinés aux petits animaux

La construction de deux écoducs en Mayenne va bientôt faire le bonheur d’une multitude de  petites bêtes comme les hérissons, les furets, les belettes… Sous l’autoroute A81, ils bénéficieront bientôt de leur propre passage piéton entre la ville de Laval et la ville du Mans. Cette opération coûteuse vise à préserver la faune.

En cours de construction, les deux tunnels vont être placés deux mètres en dessous des voies de l’A81 et faire environ 39 mètres de long. Leur position et leur taille ont été longuement étudiées avant le début des travaux, en fonction des tempéraments des animaux et de leurs habitudes, car le but était de leur donner envie de traverser. Pour cela, il faut qu’ils puissent en voir la sortie. L’aménagement a été réalisé de la façon la plus naturelle possible, en forme d’entonnoir. Des filets de protection ainsi que des végétaux et un environnement naturel ont été créés afin que les animaux se sentent dans leur élément naturel. A l’intérieur des écoducs, les animaux fouleront un sol sableux qui recouvre le béton. Les animaux semblent adopter ce dispositif : les données encourageantes récoltées grâce à un système de photos vont permettre la mise en place du dispositif dans d’autres régions de France comme la Sarthe et la Loire-Atlantique.

Le groupe Vinci autoroute travaille activement à la création d’écoducs, écoponts et passes à poissons partout en France. Ces constructions servent à préserver l’environnement et la tranquillité des animaux en leur permettant de continuer leur chemin malgré l’arrivée des voies rapides qu’ils ne peuvent pas traverser et qui perturbent leur équilibre. Même si le chemin est encore long, ces initiatives sont bonnes et doivent servir d’exemple afin d’être développées. Cette cohabitation entre animaux et humains permettrait d’instaurer une meilleure harmonie et également de pouvoir réduire le nombre d’accidents routiers dus au passage de grands animaux comme les cerfs ou les sangliers.