Consommation de CBD et permis de conduire

Depuis le mois de décembre 2021, les Français ont la possibilité d’exploiter, de vendre et de consommer du CBD, sous certaines conditions spécifiques. Mais face à la consommation de produits issus du CBD qui tend à prendre de l’importance en France, la question de la compatibilité entre le CBD, qui est dérivé du cannabis, et la conduite se pose.

AU SOMMAIRE :

Automobiliste fumant une cigarette au volant

Qu’est-ce que le CBD ?

Le CBD, ou cannabidiol, est un cannabinoïde se retrouvant dans le cannabis possédant des vertus anti-anxiolytiques et anesthésiantes. Il doit être différencié du tétrahydrocannabinol, ou THC, qui possède des effets psychotropes.

La consommation de CBD en France est autorisée, à condition que les produits consommés ne dépassent pas les 0,3% de THC.

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Peut-on conduire en ayant consommé du CBD ?

De par ses effets relaxants, le CBD est régulièrement consommé par les personnes sujettes au stress ou à l’anxiété. Mais le CBD peut entraîner certains effets notoirement incompatibles avec la conduite, comme par exemple une baisse de l’attention, un état de somnolence, ainsi que des vertiges, des migraines ou bien encore des nausées.

Si aucune interdiction formelle de consommer du CBD n’existe, certains professionnels de santé conseillent néanmoins d’attendre suffisamment longtemps, entre 6 heures et 7 heures, avant de prendre le volant, le temps que les effets du CBD se dissipent.

Quelles sont les sanctions en cas de contrôle routier pour les conducteurs ayant consommé du CBD ?

Si la consommation de CBD et la conduite ne sont pas légalement incompatibles, les automobilistes français doivent garder à l’esprit que les produits issus du CBD peuvent contenir jusqu’à 0,3% de THC dans leur composition. Or, en cas de contrôle routier, des policiers pourraient détecter la présence de THC suite à un test salivaire, même en proportions extrêmement réduites.

Dans ce cas où la présence de THC serait relevée dans la salive du conducteur suite à un contrôle routier, l’usager pourrait être condamné à une peine de prison d’une durée de deux ans, d’un retrait de six points sur leur permis de conduire ainsi qu’une amende dont le montant peut atteindre 4500 euros.

Entraînement code de la route
Code de la route
À 4,99 € / an