Automobiliste tendant sa carte carburant a un pompiste

Les auto-écoles demandent une modulation des prix des permis selon la hausse des prix des carburants

Les auto-écoles réclament un geste du gouvernement pour les aider à survivre face aux prix des carburants en hausse depuis plusieurs semaines. En effet, ces dernières sont directement impactées par l'augmentation du prix des carburants, mais ne peuvent pas modifier les prix des contrats déjà signés à l’avance. L’UNIC (Union Nationale des Indépendants de la Conduite) réclame un geste au ministère de la Transition écologique.

Les auto-écoles en première ligne face à l’augmentation du prix des carburants

Le litre de carburant à 2,20 euros pourrait revenir à une hausse de 30% du prix du permis de conduire, soit bien plus de 2000 euros pour passer son examen de conduite… En effet, les auto-écoles utilisent l’essence pour les leçons de conduite et également pour emmener leurs élèves passer le permis, parfois loin de l’établissement de base. Sans compter les enseignants indépendants qui, quant à eux, vont chercher leurs élèves à différents points de rendez-vous dans la ville. 

Cependant, les contrats en cours ne peuvent être modifiés, car l’élève a accepté un prix au départ. L’UNIC a donc demandé au gouvernement d’agir pour permettre aux auto-écoles de modifier leurs tarifs, même sur des contrats en cours : une mesure qui, si elle est acceptée, ne devrait pas plaire aux élèves en cours d’apprentissage ! Cependant, cette solution serait plus efficace pour lutter contre une augmentation drastique des nouveaux contrats, car les augmentations seraient étalées sur les anciens contrats et les nouveaux.