Tout savoir sur les voitures autonomes

Si les voitures autonomes continuent de faire parler d’elle régulièrement, tous les conducteurs ne savent pas forcément quelles sont les spécificités de ces véhicules, ni les changements qu’ils impliqueront dans les années à venir sur le plan législatif, de la sécurité routière ou encore de l’assurance auto.

AU SOMMAIRE :

Interieur voiture autonome

Qu’est-ce qu’une voiture autonome ?

Comme son nom l’indique, une voiture autonome est un type de véhicule motorisé particulier, capable de circuler sans intervention de l’homme dans un environnement de conduite normal grâce à un système de pilotage automatique complexe.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Comment fonctionne une voiture autonome ?

Pour pouvoir rouler en parfaite autonomie, les voitures autonomes embarquent un grand nombre de capteurs laser, de radars ainsi que de caméras afin d’être capable d’appréhender leur environnement de conduite en trois dimensions. Ces systèmes permettent ainsi d’inclure dans la modélisation générée par le véhicule les dispositifs liés à la signalisation horizontale et verticale, nécessaires à l’adoption d’une conduite respectueuse du Code de la route, mais aussi les obstacles potentiellement rencontrés ainsi que les autres usagers afin que la voiture autonome puisse adapter son déplacement en fonction des contraintes s'exerçant autour d’elle.

L’ensemble des décisions liées à l’accélération, au freinage ou encore à l’utilisation des clignotants sont prises par une intelligence artificielle en fonction des informations remontées par les différents capteurs. L’intelligence artificielle activera différentes servocommandes en fonction des situations rencontrées afin de réaliser l’ensemble des actions nécessaires en fonction de la situation de conduite rencontrée par le véhicule.

Usager participant aux essais d'une voiture autonome

Voiture autonome et encadrement juridique

Après le lancement des premiers essais de conduite en situation réelle en France suite au Conseil des ministres du 3 août 2016, la nécessité d’encadrer ces essais puis dans le futur la circulation des véhicules autonomes le long du réseau routier français s’est faite de plus en plus claire.

La loi Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises (PACTE) adoptée le 22 mai 2019 a d’abord permis, grâce à son article 43, de définir un cadre législatif et juridique clair afin de permettre la réalisation de tests de conduite de véhicules autonomes sur les routes de France.

Mais c’est la loi d’orientation des mobilités (LOM) qui doit permettre l’entrée des véhicules autonomes dans le Code de la route, par le biais de ses articles 31 et 32.

Ces deux articles précisent que le gouvernement dispose de pas moins de 24 mois pour légiférer par le biais d’ordonnances afin de permettre d’encadrer la circulation des différents types de véhicules autonomes, mais également de définir le régime de responsabilité qui devra être appliqué en cas d’accident de la route.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Voiture autonome et sécurité routière

L’aspect sécuritaire des voitures autonomes est peut-être la plus grande promesse associée à ce type de véhicule. Plus de 90% des accidents mortels relevés sur les routes sont dus à une erreur humaine. Puisqu’une voiture autonome ne consomme pas d’alcool ou de produits stupéfiants, qu’elle ne s’endort jamais au volant ou bien encore qu’elle respecte scrupuleusement les règles édictées par le Code de la route, ce sont autant de facteurs régulièrement pointés du doigt comme étant à l’origine de sinistres souvent mortels que les voitures autonomes qui se retrouvent ainsi écartés des risques routiers récurrents.

Si les accidents liés à des dysfonctionnements des capteurs ou de l’intelligence artificielle risquent de faire leur apparition, les principaux constructeurs restent néanmoins extrêmement optimistes et estiment que l’automatisation de la conduite pourrait permettre de sauver 1 million de vies chaque année dans le monde.

Automobile circulant à haute vitesse sur une route de campagne

Voiture autonome et assurance auto

Si les voitures autonomes deviennent, à terme, capables de tenir véritablement l’ensemble de leurs promesses en matière de sécurité routière, alors il y a fort à parier que ce type de véhicule finira par bouleverser le monde de l’assurance auto

Les assureurs sont conscients des enjeux à venir et commencent déjà à s’interroger sur le futur des offres d’assurance auto.

Le profil du conducteur gardera-t-il à l’avenir la même importance qu’il connaît actuellement si les véhicules autonomes empêchent l’ensemble des erreurs humaines ? Qui sera responsable en cas d’accident suite notamment à une défaillance technique ?

Il reste néanmoins certain que si les systèmes de pilotage automatique permettent de réduire les risques auxquels sont exposés le véhicule et ses occupants, une voiture autonome n’est pas différente des autres véhicules une fois qu’elle se retrouve stationnée, et il est donc certain que les propriétaires de voitures autonomes devront continuer de souscrire à des couvertures permettant de garantir leur véhicule contre les dommages provoqués par des incendies, des actes vandalisme ou des tentatives de vol.