Tout savoir sur les zones de rencontre

En France, c’est le décret n° 2008-754 du 30 juillet 2008 qui a instauré la mise en place des zones de rencontre dans les agglomérations. L’objectif de ces espaces est de réussir à partager la chaussée entre les piétons et les véhicules, comme cela est stipulé dans le code de la route, mais également de dynamiser la vie locale.

Pietons circulant dans une zone reservee

Qu’est-ce qu’une zone de rencontre ?

D’après l’article R 110-2 du Code de la route, une zone de rencontre est une :

« Section ou ensemble de sections de voies en agglomération constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, les piétons sont autorisés à circuler sur la chaussée sans y stationner et bénéficient de la priorité sur les véhicules. La vitesse des véhicules y est limitée à 20 km/h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l’ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente avec la limitation de vitesse applicable. »

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Il est important de garder à l’esprit que l’abaissement de la vitesse à 20 km/h est étroitement lié à la présence d’usagers vulnérables. Ces derniers, contrairement à la plupart des véhicules à moteur, ne disposent pas d’une carrosserie pour les protéger et en cas de choc, le taux de mortalité est beaucoup plus élevé. Il s’agit donc d’une mesure préventive permettant d’éviter le pire.

Panneau de zone de rencontre

Panneau de fin de zone de rencontre

Où peut-on mettre en place une zone de rencontre ?

En agglomération, la zone de rencontre peut aussi bien être composée d’une rue, qu’inclure une place ou un ensemble de passages urbains. D’ailleurs, il n’y a pas de limitation de taille et elle peut donc être plus ou moins étendue.

Parmi les lieux de circulation qui répondent le plus à ces critères, on retrouve les ensembles de voies situés dans un centre-ville historique, ou encore un lieu doté d'une affluence de piétons importante, comme à proximité des arrêts de transports en commun, et parfois même l'allée d'un ou plusieurs lotissements où se situeraient des commerçants locaux.

Aussi, des aménagements doivent être réalisés pour permettre les déplacements des personnes à mobilité réduite, comme par exemple les personnes malvoyantes afin que tous les piétons puissent profiter des avantages d’une zone de rencontre.

Le double sens cyclable dans les rues à sens unique

Pour fluidifier les déplacements des cyclistes au sein des zones de rencontre, les gestionnaires de voirie peuvent à présent implanter des pistes cyclables à double sens à condition d’y mettre en place une signalisation spécifique pour chaque tronçon de rue. Si cela est nécessaire, une matérialisation du double sens peut même être envisagée afin de faciliter la compréhension de l’ensemble des usagers.

Conditions particulieres de circulation : double sens cycliste

Cependant, il ne s’agit pas d’une obligation et les autorités compétentes peuvent également choisir de ne pas mettre en place ce double sens cyclable, notamment dans les rues à sens unique, quand des limitations propres à la voie et la manière dont elle est utilisé le justifient. Ainsi, les cyclistes qui prendraient le risque d’y circuler en sens interdit commettraient une infraction au Code de la route, ce qui implique la remise d’une contravention assortie d’une amende en cas de contrôle routier.

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

D’après l’article R411-3-1 du Code de la route, pour mettre en place une zone de rencontre, des arrêtés doivent être pris par l’autorité détentrice du pouvoir de police. Un premier arrêté permet de fixer les limites de la zone, tandis que le deuxième décrit les aménagements relatifs à l'abaissement de vitesse ainsi qu’aux éléments de signalisation à mettre en place. Ensuite, ce sont les autorités responsables de la voirie ainsi que la préfecture qui doivent donner ou non un avis conforme, encore plus lorsqu’il s’agit d’une voie où la circulation est dense.

Nos villes couvertes par la conduite :