Combien y a-t-il de panneaux de STOP dans Paris ?

À vrai dire, il a longtemps été impossible de croiser le moindre panneau STOP dans Paris. Si pendant de longues années, l’un d’entre eux a fait de la résistance sur le quai Saint-Exupéry, dans le XVIe arrondissement, il a finalement disparu en 2016. Cette volonté de ne pas installer de panneaux STOP est étroitement liée aux règles de circulation très particulières qui ont longtemps eu cours dans la capitale. Il y a quelques années, la préfecture de police avait même pris la peine de préciser que la priorité à droite y constituait la règle en matière de circulation. Pourtant, le Conseil de Paris a voté le 30 janvier 2017 l’expérimentation de l’abandon des feux tricolores. Ce choix a été fait afin de renforcer la vigilance des automobilistes sur la route, car cela aurait un impact positif sur la sécurité des autres usagers. Pour le moment, seules quelques zones 30 devraient être utilisées lors des phases expérimentales. Cependant, si les essais s’avèrent être concluants, les conducteurs de véhicules à moteur circulant dans la capitale devront se montrer particulièrement vigilants.

Comment expliquer le fait qu’il n'y a plus aucun panneau "STOP" dans Paris ?

Alors que la plupart des agglomérations françaises ont succombé au panneau STOP, depuis son apparition dans les années 50, Paris a choisi une autre voie. En favorisant la règle de la priorité à droite, le Conseil de Paris a longtemps œuvré au maintien d’une certaine cohérence. Ainsi, cette règle de priorité s’applique de la même manière aux ronds-points, dont le fameux rond-point des Champs-Élysées, qui a valu de nombreuses frayeurs à plusieurs générations de jeunes conducteurs.

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Ce qui va changer avec l’abandon des feux tricolores dans la capitale

Comme la plupart des décisions qui ont été prises au cours des 10 dernières années, l’abandon des feux tricolores au profit des panneaux STOP dans Paris doit permettre de responsabiliser les conducteurs. En effet, différentes études ont permis de démontrer que leur attention était focalisée sur les changements d’état des feux des signalisations plutôt que sur les autres usagers. Résultat : 14 % des accidents de la route ont lieu aux abords d’une intersection disposant de feux tricolores. L’implantation de « cédez-le-passage » et de panneaux STOP dans Paris devrait, en théorie, engendrer une baisse significative des collisions impliquant un véhicule et un ou plusieurs usagers vulnérables.

Feu de signalisation vert à Paris

Quels sont les aménagements concernés par l’arrivée de panneaux STOP dans Paris ?

Les rues de la capitale ne vont pas se vider de leurs feux tricolores du jour au lendemain. En effet, les changements à venir en matière de signalisation, et donc de priorités de passage, concernent principalement les zones 30. L’utilisation de panneaux STOP, mais également de « cédez-le-passage » au niveau de ces intersections devrait fluidifier un peu plus la circulation. En effet, celle-ci est parfois rendue difficile par les temps d’arrêt imposés par les feux rouges. À l’inverse, en présence d’un panneaux STOP, le conducteur doit marquer l’arrêt avant de s’assurer qu’il dispose de la visibilité nécessaire pour s’engager dans une direction.

Rappel des infractions et sanctions liées aux panneaux STOP

De trop nombreux usagers de la route ont déjà été tenté par la réalisation d’un stop glissé alors qu’ils étaient pressés de rentrer jusqu’à leur domicile, par exemple. Pourtant, cette pratique qui consiste à ralentir l’allure de leur véhicule sans pour autant arrêter sa course est une infraction au Code de la route. Ainsi, au même titre que le non-respect du panneau STOP, ce non-respect entraîne une sanction pour le conducteur suite à un contrôle routier. En présence d’agents de police ou de gendarmes, les contrevenants écoperont d’une amende forfaitaire d’un montant de 135 euros. De plus, cette pratique entraîne systématiquement un retrait de quatre points sur le permis de conduire.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Au-delà de la sécurité routière, le projet d’abandon des feux tricolores au profit des panneaux STOP dans Paris revêt un aspect écologique. En effet, les panneaux de signalisation ne consomment pas d’électricité. De plus, les frais relatifs à leur entretien ainsi qu’à leur maintenance sont beaucoup moins élevés que ceux des feux de signalisation. Enfin, Paris n’est pas l’unique capitale à avoir fait ce choix audacieux. En effet, à Londres, plusieurs expérimentations ont été menées afin d’en mesurer les conséquences, tant au niveau environnemental qu’au niveau de l’accidentalité et de la mortalité routière.

Nos villes couvertes par la conduite :