L'examen blanc du Code de la route

Pourquoi faut-il passer au moins un examen blanc avant de se présenter à une session officielle de l’examen du code de la route ? Tout simplement pour mettre un maximum de chance de son côté ! En effet, c’est de loin la meilleure solution pour qu’un candidat puisse tester son niveau de compétence autour des 10 thèmes officiels abordés durant son apprentissage théorique. L’objectif demeure le même : obtenir un score supérieur ou également à 35/40 en évitant au maximum les pièges. Pour cela, il faudra faire preuve de concentration et de rigueur durant 20 à 30 minutes environ dans un espace dédié au passage des examens blancs du Code de la route.

À quoi sert un examen blanc du Code de la route ?

Peu importe le type de formation au code de la route qu’un candidat choisit, il arrive toujours un moment où il ressent le besoin de confronter son niveau d'acquisition de compétences à la réalité. Le problème, c’est qu’attendre le jour de l’épreuve théorique générale (ETG) est rarement une bonne idée. C’est pour cette raison que la plupart des auto-écoles proposent des examens blancs du Code de la route. Ceux-ci se déroulent dans des conditions très proches de celles de l’examen réel, et ils doivent permettre aux candidats d’évaluer leur niveau. Si le résultat n’est pas à la hauteur de leurs attentes, il faudra persévérer avant de s’inscrire à une ultime session de passage de l’examen du Code.

Code de la route
10× moins cher !

Les thématiques abordées

Voici la liste des 10 thèmes du code de la route abordés durant l’examen blanc du Code de la route  :

  1. Thème L : la circulation routière
  2. Thème C : le conducteur
  3. Thème R : la route
  4. Thème U : les autres usagers
  5. Thème D : les notions diverses
  6. Thème A : les premiers secours
  7. Thème P : prendre et quitter son véhicule
  8. Thème M : la mécanique et les équipements
  9. Thème S : la sécurité du passager et du véhicule
  10. Thème E : l’environnement

Bonne nouvelle, le jour de l’examen réel, les candidats devront répondre à des questions relatives à ces mêmes thématiques. D’ailleurs, il n’est pas rare qu’ils se retrouvent face à une situation qu’ils ont déjà abordée lors de leur entraînement.

Tablette et panneaux du code de la route

Combien de questions y a-t-il par série ?

Comme pour le jour du passage de l’épreuve, il existe plusieurs séries d’examens blancs du Code de la route. Chacune d’entre elles se compose de 40 questions dont le format varie. En effet, la nouvelle structure de l’examen comprend des questions au format vidéo afin d’offrir une vision d’une situation routière beaucoup plus réaliste aux candidats. Quoi qu’il en soit, les candidats devront faire au maximum 5 fautes pour obtenir leur examen blanc. Dans le cas contraire, ils devront être particulièrement attentifs lors de la correction afin d’apprendre de leurs erreurs. Contrairement au jour de l’examen, un moniteur est généralement présent afin de répondre aux questions, donner des conseils ou encore expliquer en détail une règle issue du Code de la route.

La durée de l’examen blanc du Code de la route

Pour être le plus proche possible des conditions réelles du passage de l’épreuve théorique générale, l’examen blanc du Code de la route dure environ 30 minutes. Bien entendu, il faudra ajouter à cela les quelques minutes consacrées à l’installation, l’explication et à la restitution du matériel lorsqu’une tablette ainsi qu’un casque sont utilisés pour répondre aux questions par exemple. Le jour de l’examen, les candidats devront se présenter 20 minutes avant l’heure indiqué sur leur convocation, car un contrôle d’identité est systématiquement effectué avant même d’accéder à la salle d’examen. Enfin, lors d’une session d’examen blanc du Code de la route, certaines auto-écoles ne tolèrent aucun retard afin de ne pas déconcentrer les candidats au permis de conduire déjà installés.

Code de la route
10× moins cher !

Avant de participer à un examen blanc du Code de la route, il est conseillé aux candidats d’acquérir les notions essentielles de chacune des thématiques abordées durant sa formation théorique. Dans le cas contraire, il y a de fortes chances que le résultat final ne soit pas à la hauteur des attentes, et que cela provoque une perte de motivation pour continuer l’apprentissage. Inutile de vouloir aller trop vite, passer son permis de conduire ressemble plus à une course d’endurance qu’à une course de vitesse, et ce sont souvent les niveaux de concentration et motivation qui font la différence.

Nos villes couvertes par la conduite :