Candidat insultant une inspectrice

Une inspectrice du permis de conduire agressée à Saint-Priest

Une inspectrice de l’examen du permis de conduire a été agressée le mardi 2 août 2022 à Saint-Priest. Les autres inspecteurs du permis de conduire ont fait valoir leur droit de retrait pour dénoncer cette nouvelle agression.

Une inspectrice du permis agressée le 2 août 2022 à Saint-Priest

Une inspectrice du permis de conduire a été agressée le mardi 2 août par un candidat. Âgé de 22 ans et originaire de Villeurbanne, l’apprenti conducteur en était à sa troisième présentation à l’examen pratique.

L’inspectrice a été la cible de menaces et de violences verbales émises par le candidat qui ont obligé l’accompagnateur de l’apprenti conducteur, son enseignant de la conduite, à intervenir. L’inspectrice a alors directement mis fin à l’épreuve.

Par solidarité avec leur collègue, les autres inspecteurs ont suspendu les examens

Pour protester contre l’agression dont leur collègue a été la victime, les autres inspecteurs du permis de conduire et de la sécurité routière du Rhône ont choisi de ne pas évaluer les autres candidats qui devaient passer leur examen pratique le mardi 2 août.

L’évaluation des épreuves pratiques a pu reprendre normalement dès le lendemain, le mercredi 3 août 2022.

De son côté, l'inspectrice a porté plainte et le signalement de l’incident a été transmis au procureur de la République. L’auteur de l’agression fera, quant à lui, l’objet d’une sanction administrative lui interdisant temporairement de se présenter à l’examen du permis de conduire.

Les candidats ne sont pas les seuls à agresser les inspecteurs

S’il n’est malheureusement pas rare que des candidats à l’examen du permis de conduire agressent verbalement ou physiquement l’inspecteur du permis de conduire et de la sécurité routière qui doit évaluer leur capacité à conduire, ils ne sont pas les seuls. En effet, un petit peu plus d’un mois avant cet incident, un autre inspecteur avait fait l’objet d'une agression verbale, mais cette fois-ci par un gérant d’auto-école, qui n’en serait pas à son coup d’essai. Une fois encore, les inspecteurs de la conduite avaient fait valoir leur droit de retrait pour la journée et les autres gérants d’auto-école avaient dénoncé le comportement de leur collègue.