Même si au quotidien, le stationnement des deux-roues bénéficie de quelques tolérances, au même titre que tous les autres véhicules, il répond à des obligations. Aussi, la tentation de garer son deux-roues facilement ne doit pas prendre le pas sur la réglementation définie par le code de la route.

Photographie montrant des scooters garés sur un parking.

Motos et scooter : les règles de stationnement

D’après l’article R. 417-10 du Code de la route, le stationnement d’un deux-roues sur le couloir réservé aux piétons, même s'il est toléré, demeure totalement interdit. Le Code de la route prévoit en effet que « tout véhicule à l’arrêt ou en stationnement doit être placé de manière à gêner le moins possible la circulation... ». De plus, il précise qu’il est « considéré comme gênant la circulation publique, l’arrêt ou le stationnement d’un véhicule : sur les trottoirs, les passages ou accotements réservés à la circulation des piétons ».

Aussi, il existe d’autres solutions beaucoup plus en accord avec le Code de la route pour stationner un deux-roues sans commettre une infraction.

Permis de conduire
35% moins cher !

Où stationner un deux-roues ?

En raison du manque de places notamment dans les grandes agglomérations, où les particuliers ne disposent pas toujours de parking privé, des emplacements spécifiques existent pourtant et ils sont exclusivement réservés aux deux-roues. Cependant, ils sont très réglementés, et en cas de non-respects de certaines obligations, notamment en termes de durée de stationnement, les motards risquent d’être sanctionnés de la même manière que pourrait l'être un automobiliste qui stationnerait sur un emplacement créant une gêne ou danger.

Comme tous les autres véhicules, les 2 roues n'ont pas le droit d'être stationner sur :

  • un passage protégé
  • une file réservée au bus
  • une place pour les handicapés sans disposer d’un GIC
  • une place réservée à la livraison, (sauf si elle est partagée)
  • devant une borne ou une bouche à incendie.

Dans certains lieux très fréquentés, il y a des parkings dédiés aux deux-roues où il est permis de se garer en les attachants à des points fixes. Enfin, les places payantes ne sont pas uniquement réservées aux voitures et il est possible d’y stationner un deux-roues en prenant un ticket d’horodateur.

Photographie d'un parking comprenant une signalisation adaptée aux deux-roues.

Se garer en double file des deux-roues

Bonne nouvelle, l’article 417-10 du Code de la route ne considère pas comme étant gênant le stationnement en double file pour les « cycles à deux roues, les cyclomoteurs à deux roues et les motocyclettes sans side-car ». À l’image de certains conducteurs d’automobiles, il est possible de choisir ce mode de stationnement risqué pour quelques minutes. En tant qu’usagers de la route, il est essentiel de garder à l’esprit que ce type de stationnement peut considérablement gêner les autres usagers en agglomération, et qu’il ne faut donc pas en abuser.

Permis de conduire
35% moins cher !

Les sanctions en cas de mauvais stationnement

Si pendant des années, les forces de police ont fait preuve de clémence quant au fait de stationner un deux-roues sur le trottoir, le décret du 2 juillet 2015 a accentué les sanctions prévues contre le stationnement non réglementaire des motos et scooters. Depuis, les conducteurs de deux roues sont, au même titre que les automobilistes, sanctionnés d’une amende de 35 euros pour les stationnements gênants voire d’une amende de 135 euros pour les stationnements dangereux. Si pour le moment les cas de mise en fourrière sont assez rares, ils sont de plus en plus fréquents pour les grosses cylindrées en région parisienne.

Photographie montrant un scooter stationné à l'entrée d'une ruelle.

Désormais, les propriétaire de 2 roues doivent faire preuve de bon sens lorsqu’ils stationnent leur véhicule pour ne être sanctionnés. Il est d’ailleurs vivement conseillé d’être vigilant quant à la validité de la vignette d’assurance. Lors d’un contrôle lié au stationnement, elle est très souvent vérifiée et entraîne souvent une double sanction.

Nos villes couvertes par la conduite :