Tout savoir sur l'histoire de la voiture

Peu d’inventions ont révolutionné le monde comme la fait l’automobile, avec les conséquences économiques, sociales et sociétales que ces véhicules motorisés ont encore de nos jours sur l’ensemble des strates de la société. Mais l’histoire des voitures ne s’est pas faite en un jour et il est toujours impressionnant de voir que l’industrie titanesque et les millions de voitures en circulation de nos jours tirent leur origine d’un jouet à vapeur imaginé il y a plus de 300 ans.

Au sommaire :

Automobile et deux motos a Paris en 1920

Les véhicules à vapeur, ancêtres des automobiles

En 1668, le prêtre belge Ferdinand Verbiest, met au point le premier véhicule automobile à vapeur pour l'empereur de Chine. Il s’agit d’un jouet de 65 centimètres de long comprenant une chaudière sphérique évacuant la vapeur qu’elle accumule vers une roue à aubes qui, grâce à différents engrenages, permet à l’ensemble de se mouvoir seul.

C’est cette invention qui inspirera un siècle plus tard, en 1769, le français Joseph Cugnot qui présentera le 23 octobre 1769 le “fardier de Cugnot”, un chariot avançant grâce à une chaudière à vapeur et capable de circuler à 4 km/h pour une autonomie de 15 minutes. Mais l’absence de direction fera que le premier véhicule automobile renversera un pan de mur dès sa première sortie. Malgré l’intérêt du Duc de Choiseul, ministre des Affaires étrangères et de la Guerre de Louis XV, le projet restera stocké à l’arsenal avant d’être redécouvert dans les années 1800. Le véhicule n’intéressera cependant pas Napoléon Bonaparte et le projet en restera là.

C’est de l’autre côté de la manche que les véhicules automobiles à vapeur poursuivront leur développement, avec en 1801 l’apparition du premier véhicule routier britannique. Développé par Richard Trevithick, ce véhicule à trois roues capable de transporter 9 passagers ne satisfera pas les attentes des Britanniques en raison de l’inconfort auquel il expose ses passagers. Néanmoins, c'est cette invention qui donnera naissance, trois ans plus tard, à la toute première locomotive.

De nombreux nouveaux véhicules à vapeur feront leur apparition tout au long de la seconde moitié du XIXème siècle, comme notamment l’Obéissante d’Amédée Bollée, commercialisée en 1873 et capable de transporter jusqu’à 12 passagers à une vitesse maximale de 40 km/h. Bollée commercialisera également un omnibus à quatre roues en 1876 ou encore le premier véhicule automobile équipé d’une boîte deux vitesses dès 1880.

Mais les véhicules à vapeur seront rapidement éclipsés par les progrès découlant d’une invention brevetée en 1862 : le moteur à combustion.

voiture auto-école
Permis de conduire
35% moins cher !

Le développement du moteur à quatre temps

Dès 1673, le physicien néerlandais Christian Huygens invente les premiers cylindres métalliques équipés de pistons, qui donnera plus tard à l’allemand Otto Von Guericke l’idée d’utiliser ce dispositif pour créer sa pompe à vide grâce à une combustion interne générant une force sur le piston, ce qui le fait se mouvoir.

C’est en 1859 que l’ingénieur Belge Étienne Lenoir dépose le brevet de son “moteur à gaz et à air dilué”, moteur à combustion interne à deux temps. Il inventera ensuite un moteur à explosion à allumage électrique à refroidissement à eau puis le carburateur.

Adolphe Eugène Beau de Rochas théorise la combustion à 4 temps dès 1862 mais ce n’est qu’en 1872 que l’ingénieur Nikolaus Otto parvient à mettre les théories de Beau de Rochas en application. Le moteur à quatre temps est né.  

Conducteur lisant les instructions pour reparer son moteur

L’apparition des premières voitures à essence

En 1876, l’ingénieur Allemand Gottlieb Daimler développe pour l’entreprise Deutz un moteur quatre temps à gaz fixe, mais ce moteur n’est pas encore installé sur un châssis correspondant à celui d’une automobile. En 1883, Édouard Delamare-Deboutteville remplace le gaz qui alimentait son moteur, dont la durit d’alimentation a explosé durant le premier essai, par un moteur fonctionnant au carbure de pétrole. Le brevet de cette invention est déposé le 12 février 1884. 

Néanmoins, il faut attendre l’apparition de la Benz Patent Motorwagen pour voir apparaître ce que beaucoup considèrent comme la toute première voiture de l’histoire. Dès le mois de janvier 1891, les premières automobiles embarquant un moteur Benz font leur apparition dans Paris.

Le moteur diesel, quant à lui, sera inventé par Rudolf Diesel en 1897, à partir du pyréolophore, une invention vieille de 90 ans.

voiture auto-école
Permis de conduire
35% moins cher !

Les pneus recouvrent les roues en bois

Si dès 1830 le Français Charles Dietz a été le premier à avoir l’idée d’entourer les roues de véhicules tractés de caoutchouc, c’est en 1888 que John Boyd Dunlop, un vétérinaire écossais, invente le premier pneumatique en installant une chambre à air fixe sur son vélo.

Le constructeur Allemand Benz reprend le concept dès l’année suivante et l’adapte aux automobiles.

En 1891, un cycliste anglais en vacances à Clermont-Ferrand demande à un réparateur de remettre son pneu en état. L’Auvergnat, nommé Edouard Michelin, a alors l’idée de fabriquer les premiers pneus démontables pour vélos. C’est son invention qui sera reprise quelques années plus tard pour l’automobile.

Couple poussant une voiture ancienne en panne

La production des voitures s'industrialise

Si dès 1900 la production de voitures commence à s’accélérer en Europe, il faut attendre 1908 et la commercialisation de la Ford T pour parler véritablement d’une industrialisation de la production des automobiles. Parce qu’elle est fabriquée à très grande échelle, cette voiture n’est plus un produit de luxe mais devient accessible à toute la population américaine.

En Europe, il faut attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour voir tourner les premières usines de fabrication de voitures avec la baisse de la demande de fabrication de munitions, d’avions et de chars d’assaut qui avait entraîné une industrialisation rapide des différents pays Européens. 

Apparaissent donc à partir de ces années la "coccinelle" de Volkswagen, la 4cv de Renault ainsi que la 2cv de Citroën.

L’augmentation du nombre de véhicules sur les routes entraîne également la nécessité de codifier clairement les règles de conduite. Le Code de la route est publié en France le 27 mai 1921. L’année suivante, le permis de conduire remplace le certificat de capacité.

voiture auto-école
Permis de conduire
35% moins cher !

La relation liant le conducteur et la voiture évolue

L’industrialisation massive de la fabrication des voitures a profondément modifié la relation entre les hommes et leurs véhicules. Le temps des trajets a connu sa réduction la plus importante depuis l’essor du chemin de fer et de nombreuses nouvelles infrastructures ont vu le jour, comme les autoroutes, avec un impact important sur les activités humaines mais aussi sur le paysage.

La sécurité devient un enjeu de plus en plus important dans le domaine de l’automobile. Les fabricants Nash puis Ford sont les premiers à proposer des ceintures de sécurité dans leurs voitures, en option, dès 1955. Les premiers sièges auto pour bébé font leur apparition en 1962, suivis quelques années plus tard par les premiers systèmes ABS, qui ne sont que les prémices de nombreuses innovations en matière de sécurité active comme passive.

Mais ces années marquent également l’apparition des premières crises pétrolières. La nationalisation du Canal de Suez et la crise pétrolière qu’elle provoque en 1956 forcent les industriels à proposer des voitures moins gourmandes en carburant. Les premières voitures compactes feront leur apparition dans les années qui suivent. Les chocs pétroliers se succèdent durant les années 70, poussant les constructeurs à proposer des voitures toujours plus petites et au rendement moteur toujours plus important.

Controle qualite usine de voitures

Les problématiques modernes et futures de la voiture

L’augmentation drastique du nombre de véhicules circulant sur les routes et les nombreux décès provoqués par les accidents de la route imposent aux différents gouvernements la mise en œuvre de mesures visant à garantir la protection des usagers de la route. En France, dans le courant des années 70, les premières limitations de vitesse voient le jour, la ceinture de sécurité devient obligatoire à l’avant et le casque obligatoire à moto. La sécurité routière ne fait que progresser, renforçant les règles existantes et mettant en place de nouvelles mesures destinées à réduire le nombre de décès sur les routes.

Les années 90 apportent un nouvel essor au milieu de l’automobile avec l’intégration des nouvelles technologies dans les habitacles. L’apparition des premiers GPS en 1995 et leur démocratisation entraîne une véritable course à la technologie avec l’installation des ordinateurs de bord et la multiplication des capteurs dans les véhicules. Cette course n’est pas encore terminée et nombreux sont les constructeurs à développer des voitures autonomes capables de se mouvoir seules, sans que cela ne nécessite la moindre intervention humaine.

Enfin, avec la démocratisation de véhicules automobiles, l’homme prend conscience de son impact sur l’environnement. L’enjeu environnemental devient majeur, entraînant le développement de nouvelles technologies visant à réduire les émissions de gaz nocifs des véhicules en parallèle de l’apparition des premières limitations de circulation en fonction de la pollution émise par le véhicule. Près de 160 ans après la création du premier moteur à combustion, le pétrole, dont les réserves ne sont pas infinies, ne fait plus rêver les industriels du secteur qui annoncent tour à tour leur intention de sortir du modèle thermique à l’horizon 2025-2030 en se tournant vers l’électrique, qui s’annonce comme le carburant d’avenir destiné à freiner les effets de la crise environnementale actuelle.