Le sur-gonflage des pneus

Qu’on le veuille ou non, les pneumatiques des véhicules terrestres à moteur sont des éléments, ô combien essentiels à leur bon fonctionnement ! Même s’il n’est pas rare de voir des conducteurs vanter les mérites du sur-gonflage sur des forums spécialisés, en dehors de certains cas très particuliers, cette pratique est vivement déconseillée. Ainsi, les causes de sur-gonflage sont uniquement humaines, car la pression des pneumatiques se règle manuellement. La perte d’adhérence sur les chaussées déformée ainsi que l’usure rapidement de la bande de roulement sont certaines des conséquences directes de l’utilisation de pneus sur-gonflés. Pour s’assurer de la bonne pression des pneus de son véhicule, un conducteur devra effectuer des vérifications de préférence à froid, à l’aide d’un compresseur.

Tout savoir sur le sur-gonflage des pneus

Selon les sociétés d’autoroutes, les pneus en mauvais état sont responsables de 9,8 % des accidents mortels. Parmi les causes les plus fréquentes, le sur-gonflage des pneus s’est malheureusement fait une place de choix. Si en hiver, sur autoroute, ou encore lorsqu’il est nécessaire de tracter une caravane, il est souvent conseillé aux conducteurs d’augmenter la pression de leurs pneus de quelques dixièmes de bar (+ 0,2 bar en principe), celle-ci ne doit jamais dépasser 3 bars par pneus.

Autocollants et panneaux de signalisation
Ne risquez pas un échec.
Faites le choix Ornikar.

Quelles en sont les causes ?

Contrairement à certaines anomalies mécaniques, qui peuvent être liées à des défauts de fabrication, la pression des pneus est toujours liée à une erreur humaine. En effet, qu’il s’agisse de sous-gonflage ou de sur-gonflage des pneus, la mauvaise connaissance des normes constructeurs ou une mauvaise application de celles-ci en sont responsables. Aussi, plutôt que de prendre le risque de circuler au volant d’un véhicule dont la pression des pneus est incorrecte, un conducteur devra faire le nécessaire pour suivre les recommandations standards liées à la pression pneumatique préconisée pour son véhicule. Généralement, ces informations sont indiquées à l’intérieur de la portière conducteur ou dans la boîte à gants.

Quelles en sont les conséquences ?

S’il est vrai que le sur-gonflage des pneus permet d’améliorer la motricité et la stabilité en courbe, cela s’applique uniquement aux véhicules de courses. En effet, même les conducteurs qui pratiquent une conduite sportive auront intérêt à veiller à ce que la surface de contact avec le sol ne soit pas trop réduite. Si tel est le cas, l’adhérence risque d’être très mauvaise sur les chaussées en mauvais états et le moindre choc pourrait devenir dangereux. De plus, le sur-gonflage des pneus entraîne une usure prématurée au centre de la bande de roulement et donc, la nécessité de les remplacer régulièrement afin de ne pas conduire en situation d’infraction. Peu de conducteurs en ont conscience, mais en application de l’article R314-1 du Code de la route, conduire avec des pneus lisses engendre une contravention de 4e classe.

Comment vérifier la pression des pneus d’une auto ?

De manière générale, il est conseillé de vérifier la pression des pneus à froid, soit après un trajet maximum de 3 km après un arrêt d’au moins 2 heures. De nombreuses stations-service mettent à disposition de leurs clients un compresseur qui permet aussi bien de vérifier la pression des pneus que de la réajuster si cela est nécessaire. Néanmoins, il est possible de procéder aux vérifications à chaud. Dans ce cas, il convient de le sur-gonfler d’environ 0,3 bar par rapport à la pression préconisée par le fabricant du véhicule. Une fois la température des pneus redescendue, la pression diminue légèrement avant de définitivement se stabiliser.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

En France, les autorités estiment qu’environ 75 % des conducteurs d’automobile circulent alors que la pression de leurs pneumatiques ne correspond pas aux normes constructeurs. Cela provoque chaque année des milliers de situations de panne allant de la simple crevaison jusqu’à la sortie de route liée à l’éclatement d’un pneu. Dans les cas les plus graves, les produits anti-crevaison ne sont d’aucune utilité, et en l’absence d’une roue de secours, il faudra confier les réparations, qui peuvent s’avérer particulièrement coûteuses, à un garage auto.

Nos villes couvertes par la conduite :