Quels sont les risques de subir un malus en cas de bris de glace ?

De nombreux usagers de la route peuvent être amenés à se demander si leur compagnie d’assurance auto peut leur appliquer un malus s’ils déclarent un sinistre appartenant à la catégorie des “bris de glace”. Si les bris de glace seuls font partie des sinistres n’impliquant pas d’augmentation du malus appliqué à un véhicule, certaines situations impliquant un bris de glace peuvent se solder par la remise d’un malus. 

AU SOMMAIRE :

Vitre arriere brisee d'une automobile

Un bris de glace engendre-t-il l’augmentation du malus d’un assuré ?

Dans la grande majorité des cas, la survenue d’un bris de glace sur une automobile n’implique pas la responsabilité directe du propriétaire du véhicule. Qu’il s’agisse de la chute d’un objet sur l’une des vitres de la voiture ou du résultat d’un acte de vandalisme, les compagnies d’assurance auto n'appliquent pas de malus à leurs assurés suite à ce type de sinistre.

Néanmoins, si le bris de glace n’est pas le seul dommage découvert sur le véhicule et si la responsabilité de la survenue de ces sinistres est entièrement ou partiellement imputable directement au propriétaire du véhicule, alors il s’agira d’un accident responsable. Dans ce cas de figure, la compagnie d’assurance auto augmentera le coefficient réduction-majoration de l’assuré en fonction de sa part de responsabilité dans la survenue du sinistre dans son ensemble, et pas uniquement pour le bris de glace.

Voiture tirelire
L'assurance auto jeune conducteur
simple et pas chère.

Bris de glace et franchise d’assurance auto

Si un bris de glace déclaré à sa compagnie d’assurance auto n’implique pas de majoration du malus de l’usager si sa responsabilité n’est pas impliquée, le fait de déclarer ce sinistre peut néanmoins avoir un impact négatif sur d’autres éléments de l’assurance auto, et notamment sur la franchise.

En effet, les indemnisations liées à des sinistres de la catégorie des bris de glace s'accompagnent généralement par l’application d’une franchise qui restera à la charge de l’assuré. Mais si jamais un assuré devait déclarer trop de sinistres de ce type en peu de temps, l’assureur pourrait être amené à réévaluer les risques financiers que représentent cet usager. Cette réévaluation pourra se solder pour l’assuré par une augmentation du montant de la prime d’assurance demandée par l’assureur, ou bien encore par une augmentation du montant de la franchise demandée dans le cas d’un bris de glace.