Quelles garanties d'assurance auto fonctionnent en cas d’intempéries ?

Les intempéries peuvent être fatales pour les voitures : la grêle, la tempête, les catastrophes naturelles, les inondations, le verglas et bien d’autres peuvent causer des dommages importants sur les habitations mais également sur les véhicules. Comment être indemnisé par l’assurance auto en cas d’intempéries ? Y a-t-il une garantie existante dans le contrat d’assurance auto ?

AU SOMMAIRE :

Panneau de danger temporaire d'inondation

Les intempéries lors de la conduite

Si vous êtes victime d’un accident lors de fortes intempéries, vous pouvez réclamer une indemnisation à votre assureur en mettant en avant le fait que le climat n’était pas favorable à une conduite sûre. Il faut néanmoins que vous soyez couvert par un contrat assurance tous risques, car l’assurance au tiers ne couvre pas l’assuré. 

La compagnie d’assurance demandera probablement des informations sur l’état des conditions météorologiques le jour de l’accident. De son côté, le conducteur devra prouver qu’il n’a pas pris de risques, et donc qu’il n’est pas responsable de l’accident. Si par exemple, il n’avait pas mis de pneus neige pendant un trajet sous de fortes chutes de neige, son assurance peut lui refuser l’indemnisation en cas d’accident.

Si votre voiture subit des dommages à cause des intempéries, comme une vitre cassée à cause de la grêle ou une inondation, plusieurs garanties d’assurance peuvent entrer en jeu.

Voiture tirelire
L'assurance auto jeune conducteur
simple et pas chère.

La garantie tempête

Plusieurs tempêtes ont déjà eu lieu sur le territoire français. Dans ce cas, les automobilistes se posent la même question : comment faire en cas de dommages sur mon véhicule ? 

L’indemnisation de l’assurance auto va dépendre du type de contrat, ainsi que de la zone géographique ou habite l’assuré.

Si l’assuré est titulaire d’un contrat assurance auto tous risques, les dommages suite à une tempête, de la grêle ou autres intempéries seront indemnisés, que l’état de catastrophe naturelle ait été statué pour la zone du sinistre, ou pas.

Il faut néanmoins que la tempête ait touché un large périmètre et que plusieurs véhicules / habitations aient subi des dommages à moins de 5 km autour de votre véhicule au moment du sinistre. Le vent doit avoir soufflé à plus de 100 km/h. Afin de mettre toutes les chances de votre côté, il peut être judicieux de joindre des coupures de presse ainsi que la preuve que d’autres véhicules ont été endommagés dans la même zone. Si vous avez fait preuve d’imprudence, par exemple si vous avez pris le volant pendant la tempête, votre assureur risque de refuser les indemnisations. 

L’assurance au tiers ne permettra pas l’indemnisation des dégâts matériels subis, car ce type de contrat permet juste le remboursement des dommages matériels et corporels causés à un tiers suite à un accident responsable.

Ce type d’assurance auto peut être étendu avec des garanties optionnelles, comme la garantie “tempête, évènements climatiques, forces de la nature”. 

Si l’assuré y a souscrit, il peut espérer une indemnisation à condition que la zone géographique du sinistre soit déclarée en état de catastrophe naturelle.

Photographie montrant une voiture équipée de pneus à neige

La garantie bris de glace

Les éléments extérieurs comme les tempêtes ou la grêle peuvent mettre à rude épreuve votre pare-brise et vos vitres. En souscrivant à la garantie bris de glace, vous vous assurez d’être indemnisé dans le cas ou des intempéries abîmeraient votre véhicule. De plus, cette garantie indemnise tous les bris de glace, et pas seulement les bris de glace liés spécialement à des évènements climatiques. 

La garantie catastrophe naturelle

En cas d’intempéries violentes comme les inondations et les ouragans, le Conseil des Ministres peut déclarer un état de catastrophe naturelle sur une zone géographique donnée tout en précisant le genre de sinistres qui peuvent être couverts par l’assurance auto. 

Dans ce cas de figure, l’assuré doit déclarer son sinistre dans les 10 jours suivants la catastrophe naturelle. La compagnie d’assurance enverra un expert examiner le véhicule pour déterminer le montant de l’indemnisation des dommages causés. Une franchise de 380 euros, fixée par la loi, est appliquée à l’assuré.