Deux-roues motorises en stationnement

Le stationnement des deux-roues à Paris devient payant

À partir du 1er septembre 2022, le stationnement des deux-roues motorisés deviendra payant dans la Capitale. Les changements permettant de mettre en place cette nouveauté s’opèrent déjà dans les rues de Paris.

Le stationnement devient payant à Paris pour les scooters et les motos

Les conducteurs de deux-roues motorisés circulant dans la capitale ne pourront plus stationner gratuitement dans les rues de Paris à partir du 1er septembre 2022.

Pour gérer au mieux ce passage de la gratuité au stationnement payant, les agents de la Mairie de Paris se sont mis à pied d'œuvre depuis plusieurs semaines afin de marquer les 42 000 places de stationnement qui seront réservées aux deux-roues motorisés.

Les différentes applications de paiement comme les horodateurs de la capitale se mettent également à jour, afin que rien ne puisse empêcher le bon lancement des nouvelles offres de stationnement.

Plus d’agents pour contrôler les deux-roues motorisés dans Paris

La mise en place du stationnement payant pour les deux-roues motorisés va mathématiquement faire grimper le nombre de véhicules soumis au stationnement payant par rapport à l’époque où seul le stationnement des voitures était payant. La Mairie de Paris a donc choisi de recruter de nouveaux agents afin de verbaliser tous les deux-roues motorisés qui ne soumettraient pas au nouveau stationnement payant pour leurs deux-roues motorisés et ceci dès le 1er septembre car il n’y aura aucune période de tolérance.

Le prix du forfait de stationnement varie en fonction des deux zones proposées :

  • la zone 1, qui va du Ier au XIème arrondissement, voit le stationnement payant aller de 3 euros pour la première heure à 37,50 euros pour 6 heures.
  • la zone 2, qui va du XIIème au XXème arrondissement, voit le stationnement payant des deux-roues motorisés aller de 2 euros pour la première heure jusqu’à 25 euros pour 6 heures.

Une mesure dénoncée par les associations de protection des utilisateurs de deux-roues motorisés

Si la mise en application de cette formule de stationnement payant doit permettre de réduire la pollution sonore et de fluidifier la circulation dans la Capitale, plusieurs associations défendant les motards ont dénoncé l’application d’une mesure non-seulement injuste mais également incohérente, avançant que les deux-roues motorisés aideraient justement à désencombrer le trafic urbain.