Conductrice reglant sa Tesla

La législation britannique va autoriser le visionnage des écrans au volant d’une voiture autonome

Une mise à jour du Code de la route anglais va permettre aux conducteurs du Royaume-Uni de regarder des films dans leur véhicule lorsque la conduite autonome est enclenchée sans être tenus pour responsables en cas d’accident de la route.

La responsabilité : la question au coeur de la conduite autonome

Le département des transports (DfT) britannique a indiqué que la prochaine réforme du Code de la route anglais offrirait la possibilité aux usagers de la route britanniques propriétaires de véhicules autonomes de visionner des vidéos n’ayant aucun rapport avec la conduite de leur véhicule lorsque le mode de conduite autonome de celui-ci sera activé. Cette mesure, qui doit entrer en vigueur cet été d’après les dires de la BBC, devrait permettre aux propriétaires de voitures autonomes de profiter dès leur mise en service de l’ensemble des possibilités offertes par ces véhicules motorisés si spécifiques.

En cas d’accident de la route, et si le mode autonome a été activé dans des conditions respectant les préconisations du constructeur du véhicule autonome, alors l’usager ne sera pas tenu pour responsable. Ce sera alors au compagnies d’assurance auto de supporter l’indemnisation des éventuelles victimes si la responsabilité de l’accident peut être imputée au véhicule autonome.

Même s’il n’est pas responsable, le conducteur devra rester engagé dans la conduite

Même si la responsabilité des automobilistes britanniques ne sera plus continuellement en jeu lorsque ceux-ci se trouveront au volant d’une voiture autonome, les experts de la sécurité routière britanniques indiquent que les conducteurs devront rester engagés durant l’activation du dispositif de conduite autonome, permettant ainsi à l’usager de reprendre la main si la situation l’exige.

Si le visionnage de vidéos sur les écrans intégrés à l’avant du véhicule sera autorisé, c’est notamment grâce au fait que les véhicules autonomes pourront stopper la diffusion dès que l’attention du conducteur redevient nécessaire.C’est pour cette raison que l’usage des smartphones restera proscrit au volant d’une voiture autonome, car les téléphones mobiles restent encore une source de distraction beaucoup trop importante pour tous les automobilistes. 

Mais malgré la publication de cette nouvelle version du Code de la route, une longue période de transition devrait être observée, durant laquelle les automobilistes resteront responsables lorsqu’ils se trouvent au volant de leur véhicule, même dans le cadre de la conduite autonome.

Une évolution de la législation destinée à accompagner le développement du marché de la conduite autonome

Si la publication de cette réforme a de quoi surprendre, celle-ci a vocation d’accompagner activement le développement du marché de la conduite autonome au sein des îles britanniques. D’après le Département des Transports, ce segment spécifique du marché de l’automobile pourrait permettre de créer à lui seul 38 000 emplois au Royaume-Uni, pour un montant atteignant au total 41,7 milliards de livres à l’horizon 2035.