Voiture accidentee et triangle de presignalisation

Le bilan de la sécurité routière 2020 est le meilleur depuis ses débuts, mais n’a pas de réelle signification

Le site de la Sécurité Routière vient de dévoiler son bilan 2020 en demi-teinte puisque si les chiffres affichent une baisse impressionnante par rapport au nombre de décès constatés les années précédentes, ces baisses sont principalement dues aux restrictions de déplacement qui ont été imposées aux Français dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Le meilleur bilan de la sécurité routière de 2020 en France ...

Le site de la Sécurité Routière vient de publier le bilan 2020 de la sécurité routière. Et il s’agit ni plus ni moins que du meilleur bilan de l’histoire de la Sécurité Routière. Avec 2541 usagers de la route décédés en 2020 en France métropolitaine et 2780 si l’on ajoute les départements et territoires d’Outre-Mer, le nombre de tués sur les routes a diminué drastiquement. Seule l’année 1924 avait fait mieux avec “seulement” 2246 morts sur les routes, mais le nombre de véhicules en circulation en France était si bas par rapport à notre époque actuelle que la comparaison n’a pas véritablement de sens. 

Il s’agit donc d’une baisse globale par rapport à 2019, avec -21% de décès, -20% de blessés et -19% d'accidents sur la totalité du territoire national.

La baisse est particulièrement significative chez les seniors de 75 ans et plus, avec -35% de tués sur les routes en 2020. Cette catégorie d’usagers, qui a passé plus de temps chez elle à cause du risque particulièrement important que la pandémie représentait pour elle, reste toujours surreprésentée par rapport aux autres catégories d’usagers, avec un taux de décès de 56 pour un million d’habitants, quand la moyenne nationale est de 29 décès pour un million.

A l’inverse, le nombre de décès de cyclistes et de conducteurs d’engins de déplacement personnel a augmenté en 2020, notamment à cause de l’augmentation de la pratique du vélo en dehors des agglomérations, ce qui expose ces usagers à de grands risques du fait de la vitesse à laquelle roulent les autres conducteurs.

Mais en grande partie dû aux différents confinements

Si les chiffres de la sécurité routière sont aussi bons en 2020, c’est en grande partie à cause des différentes restrictions de circulation qui ont été mises en œuvre dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Avec des confinements généralisés du 16 mars au 10 mai puis du 30 octobre au 13 décembre, une très grande partie des usagers de la route se sont vus assignés à résidence, et les trajets de longues distances ont considérablement baissé. Seuls les trajets du quotidien indispensables avaient été maintenus. 

Cette situation a donc permis de réduire drastiquement la fréquentation des routes en 2020, fréquentation qui devrait théoriquement revenir à des courbes plus proches des années précédentes en 2021, avec la levée progressive des différentes restrictions de déplacement.

Néanmoins, l’ONISR estime que certaines habitudes liées à la pandémie pourraient perdurer une fois celle-ci passée et qu’elles pourraient avoir un impact positif sur la Sécurité Routière. C’est par exemple le cas de l’évolution des modes de déplacement adoptés par les usagers de la route, qui ont été nombreux à se mettre au vélo ou à la marche à pied pour réaliser leurs trajets de courte distance.