Qu’est-ce que l’intermodalité ?

L’intermodalité réside dans le fait d’utiliser plusieurs modes de transport durant un même temps. Depuis des siècles, les moyens mis en œuvre n’ont eu de cesse d’évoluer afin de permettre aux usagers de bénéficier d’intermodalité de franchissement et de rabattement. Qu’il s’agisse d’un voyage en train, en transports en commun ou en covoiturage, l’objectif est de fournir une gamme de services complémentaires pour transporter les personnes jusqu’à leur destination définitive, qu'il s'agisse de candidats au Code de la route ou non.

Utiliser plusieurs modes de transport pour atteindre une seule destination

Même au temps du transport en calèche, l’intermodalité existait pour permettre de franchir les cours d’eau ou de prendre place sur un navire. Après l’arrivée des premiers véhicules motorisés, ce concept n’a eu de cesse de se renforcer afin d’offrir de plus en plus de souplesse aux usagers. On parle d’intermodalité de franchissement lorsqu’il est nécessaire d’emprunter un nouveau mode de transport pour faire face aux contraintes d’un terrain. C’est le cas par exemple lorsqu’un camion prend un bateau pour se rendre en Corse afin d’y livrer des marchandises. Lorsqu’il est question d’intermodalité de rabattement, il s’agit généralement de proposer des solutions afin de permettre aux piétons de se rendre dans des lieux si éloignés que le trajet à pied leur prendrait beaucoup trop de temps. Initialement, cela concernait principalement l’accès aux gares ferroviaires, mais aujourd’hui, les aéroports en bénéficient également.

Avec le train

En France, pour l’année 2016, c’est un flux moyen de 150 000 utilisateurs qui a plébiscité le train pour effectuer un déplacement. Dans ces cas, l’intermodalité réside dans l’ensemble des moyens et aménagements qui ont permis de les faire arriver jusqu’à leur gare de départ. De la station de taxis, au parking à vélo libre-service en passant par les parkings longue durée, il existe de nombreux dispositifs pour favoriser l’intermodalité.

Grâce à nombreux services, il n’est pas étonnant de constater que le train demeure aujourd’hui le moyen de transport favori de 7 français sur 10 pour les trajets de plus de 200 km.

Avec les transports en commun

Dès lors qu’une agglomération est suffisamment étendue et peuplée, elle dispose de tout un réseau de transports en commun. Du bus de ramassage scolaire, à ceux permettant d’accéder aux diverses administrations ainsi qu’aux centres commerciaux, l’intermodalité se retrouve une nouvelle fois sur le devant de la scène. Dans les lieux d’habitation les plus éloignés, les usagers devront utiliser leurs véhicules personnels afin d’atteindre l’arrêt, ce qui donnera naturellement lieu à la création de zones de parking.

Avec le covoiturage

De plus en plus d’usagers ont recours au covoiturage pour se rendre d’un point à un autre sans passer par le train, l’avion ou l’autobus. Là encore, il s’agit d’intermodalité même si le trajet en voiture représente le plus grand nombre de kilomètres parcourus. D’ailleurs, de plus en plus de municipalités choisissent d’aménager des espaces dédiés au covoiturage afin de faciliter la rencontre entre le conducteur et ces passagers d’un jour.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Si l’intermodalité fait souvent rêver les ingénieurs, elle ne remporte pas toujours le suffrage des utilisateurs. En effet, il n’est pas toujours évident de combiner plusieurs modes de transport sans prendre le risque de perdre du temps à cause d’une grève, de travaux de rénovation des voies ou encore parce qu’un véhicule bloque l’accès au trottoir d’en face.

Nos villes couvertes par la conduite :