Les radars automatiques fixes

Le radar automatique, aussi nommé “système contrôle-sanction automatisé” dans les textes de lois, est le système automatisé visant à sanctionner les infractions routières, mis en place suite à l’arrêté du 27 octobre 2003. Une bonne connaissance du fonctionnement de ces radars peut faciliter l'obtention de l'examen du code de la route en 2018.

Excès de vitesse : une infraction au code de la route

Fonctionnement du radar

Un radar fixe est un cinémomètre, un appareil dont la finalité est de mesurer la vitesse d’un élément mobile, et dans le cas présent, d’un véhicule motorisé. Lorsque le cinémomètre constate une infraction, l’appareil prend une photographie du véhicule incriminé, qui s’accompagne d’ailleurs d’un flash caractéristique.

Grâce à cette photographie, les autorités peuvent prouver la véracité de l’excès de vitesse et statuer sur le modèle et la couleur du véhicule responsable (selon les modèles de radars fixes). Il est également possible de définir, grâce à ce cliché, l’identité du conducteur ayant commis l’infraction, via notamment les plaques d’immatriculation du véhicule. Une identification visuelle est également possible si la qualité de la photo le permet.

Une fois que le recoupement entre l’infraction et la personne l’ayant commise est effectué par un ordinateur, le conducteur est notifié de son infraction, dans un délai pouvant varier de 5 à 10 jours.

Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Objectif des radars automatiques fixes

Si l’objectif premier des radars fixes est de faire baisser le nombre d’accidents de la circulation, ces dispositifs permettent également une automatisation de l’ensemble de phases allant de l’infraction à la sanction. Cette automatisation facilite le travail des autorités, la réception de la notification par le conducteur, ainsi que le paiement de la contravention.

Panneaux d'annonce de radars fixes

Il existe deux types de panneaux dédiés à la signalisation des radars automatiques fixes sur le territoire:

  • les panneaux comportant la mention “Pour votre sécurité, contrôles automatiques” mis en place entre 2003 et 2010
  • les panneaux comportant la mention “pour votre sécurité contrôles fréquents” mis en place depuis 2010

panneaux de radars

Ces différents panneaux sont placés jusqu’à plusieurs kilomètres avant les radars automatiques fixes.

Les différents types de radars automatiques fixes

Différents types de radars se sont succédés sur le territoire français depuis la mise en place du système contrôle-sanction automatisé, en 2003. On peut lister :

  • les radars fixes, dérivés du cinémomètre MESTA 210. On en compte plus de 2000 répartis sur l’ensemble du territoire depuis août 2015.
  • les radars discriminants, qui sont capables d’identifier les catégories de véhicules et les différentes voies de circulations surveillées.
  • les radars vitesse moyenne, qui calculent la vitesse moyenne d’un véhicule sur une portion de route donnée.
  • les radars de feux rouges, qui sanctionnent tout arrêt effectué après la ligne de feu ainsi que tout franchissement.
  • les radars de passages à niveau, qui prennent en photo jusqu’à deux fois les véhicules arrêtés trop près des voies de chemin de fer ou franchissant les voies après la signalisation de l’approche d’un train.
  • les radars de chantier, qui visent à assurer la sécurité des ouvriers sur les chantiers.
  • les radars pédagogiques, qui ne sanctionnent pas les automobilistes mais les renseignent sur leur vitesse en temps réel pour les sensibiliser à la sécurité routière.

Il existe également des radars mobiles et embarqués utilisés par les patrouilles de police et de gendarmerie.

Radar discriminant implante hors agglomeration

Les sanctions suite à un contrôle radar

Un conducteur pris en flagrant délit d'excès de vitesse par un radar automatique peut commettre une infraction:

  • de classe 3 dans le cadre d’un excès de vitesse de moins de 20 kilomètres-heures, ce qui peut entraîner la perte d’un point de permis, ainsi qu’une amende de 68 €.
  • de classe 4 dans le cadre d’un excès de vitesse de 20 kilomètres-heures ou plus, mais toujours inférieur à 50 kilomètres-heures au-dessus de la limite mise en place sur la voie. Cette infraction s’accompagne de la perte potentielle d’un point par tranche de 10 kilomètres au-dessus de la limitation, ainsi que d’une amende forfaitaire de 135 €.
  • de classe 5 dans le cadre d’un excès de vitesse supérieur à 50 kilomètres-heures, ce qui peut entraîner la perte de 6 points sur le permis de conduire, ainsi qu’une amende pouvant aller jusqu’à 1500 €. En cas de récidive, l’infraction sera convertie en délit, qui sera jugé par un tribunal correctionnel, et qui pourra entraîner une nouvelle perte de 6 points sur le permis de conduire, ainsi qu’une amende allant jusqu’à 3500 €.
Entraînement code de la route
Code de la route
10× moins cher !

Suite à ces sanctions, le conducteur pourra être amené à suivre un stage de récupération de points pour se rattraper et éviter de perdre son permis de conduire à la prochaine infraction.

Le contrevenant peut régler l’amende relative à une infraction contrôlée par un radar fixe automatique par :

  • chèque libellé à l’ordre du Trésor Public
  • téléphone
  • timbre dématérialisé
  • internet via le site amendes.gouv.net

Nos villes couvertes par la conduite :