Quelles sont les qualités d'un bon enseignant de la conduite ?

L'apprentissage de la conduite

L' "apprenant"

Dans la phase d’apprentissage il y a toujours d’une part « l'apprenant », qui a besoin de se former et d’autre part le « savoir » qui est le but ultime de la formation.
L’apprenant peut essayer d’acquérir ce savoir par lui-même, en autodidacte, mais c’est au risque d’avoir un apprentissage long, fastidieux et surtout approximatif. Une formation faite sans enseignant ou par une personne peu compétente mène à des approximations qui, dans le cas de l’apprentissage de la conduite peuvent être fatales, si l’élève n’acquière pas les réflexes indispensables.

Le savoir d'un bon enseignant de la conduite

Un bon enseignant de la conduite est donc la clé d’un apprentissage réussi qui aboutit à une conduite sereine et responsable. Savoir transmettre n’est pas donné à tous, cela nécessite des qualités humaines bien spécifiques. Toute personne qui excelle dans une discipline n’est pas forcément un bon enseignant, l’enseignement ce n’est pas juste prodiguer des conseils et les faire appliquer.
C’est pourquoi chez Ornikar la sélection des enseignants de la conduite est une chose à laquelle nous accordons la plus haute importance.

Les qualités d'un bon enseignant de la conduite

Patience et vigilance

Tous les élèves sont différents : certains auront des facilités lors de l’apprentissage de la conduite parce qu’ils sont habitués à rouler sur la chaussée (les utilisateurs de deux roues), ont déjà apprivoisé le fonctionnement et la mécanique du véhicule (les conducteurs d’engins agricoles) ou encore savent observer leur environnement (les pratiquants de sports d’extérieur du type vélo, ski...).

À contrario, d’autres élèves seront de véritables novices de la conduite, ils appréhendent cet environnement et les étapes qui composent l’apprentissage.

Rien de tout cela n’est inné, mais cela s’acquière avec le temps et surtout avec une formation adéquate. Ce sont des réflexes que l’enseignant de la conduite va devoir transmettre avec une grande patience et beaucoup de vigilance pour que ce savoir faire soit bien intégré. Nous avons tous une capacité de compréhension différente selon les domaines d’application. Concrètement, certains comprendront rapidement la mécanique de l’embrayage, mais auront peut-être du mal à assimiler la théorie de la relativité d’Einstein.

Il est d’une importance capitale que l’enseignant prenne le temps d’expliquer, au rythme de l’élève et suivant sa capacité de compréhension, les différentes étapes de l’apprentissage de la conduite.

Adaptation et positive attitude

Comme expliqué plus haut. Il existe autant de manières d’enseigner qu’il existe de profils d’élèves différents. Cela rend l’enseignement de la conduite plus complexe et varié, que de simplement donner une directive et de la faire appliquer. Il existe énormément de nouveaux éléments que l’élève doit appréhender et comprendre en peu de temps.

Ainsi l’enseignant doit avoir une démarche suffisamment analytique pour appliquer la méthode d’enseignement la plus adaptée à l’élève auquel il est en train de transmettre ses connaissances. Chaque tempérament, âge ou vécu personnel, nécessite une adaptation de la part de l’enseignant. Un élève de 16 ans n’assimile pas de la même manière qu’un parent de 40 ans. L’un a des envies immédiates, l’autre aura des préoccupations et des responsabilités qui peuvent influencer sa capacité à assimiler des connaissances.

Pour investir un élève dans son apprentissage, quoi de mieux que de lui faire aimer cela ? Même si pour certains le permis est plus un impératif qu’une option, personne ne devrait voir la conduite comme une corvée. Les élèves devraient avoir envie de conduire, venir à leurs cours avec le sourire en sachant qu’ils vont trouver un enseignant sympathique avec lesquels ils vont apprendre dans une ambiance détendue.

L’enseignant n’est en aucun cas là pour brimer ou rabaisser, il doit tirer l’élève vers le haut, l’accompagner dans l’apprentissage qui mène à l’épreuve du permis de conduire.

L’enseignant doit être en mesure d’adapter son discours selon le comportement, le niveau et l’état d’esprit de son élève au moment de la leçon.

Être clair et structuré

Apprendre à conduire en ayant des cours sans structure revient à construire une maison sans plan, c’est le meilleur moyen pour qu’elle s’écroule au premier coup de vent.

Autrement dit, l’enseignant doit organiser ses cours, commencer par les bases (compétence 1 & 2) qui sont les fondations de l’apprentissage de la conduite. Si ces points ne sont pas vus, acquis et assimilés rien ne sert de prétendre au permis de conduire.

L’enseignant de la conduite doit être capable de structurer son apprentissage dans le temps en fonction de son élève et de l’avancée de son apprentissage.

Il y a un temps pour chaque type d’information dans l’apprentissage, de même il n’est pas nécessaire de saturer l’élève d’informations, il faut avoir un discours claire et concis. Le trop plein d’informations peut noyer l’élève et compromettre son apprentissage.

Être empathique et à l’écoute

L’enseignant doit être à l’écoute de son élève, faire preuve de suffisamment d’empathie pour savoir comment l’élève va réagir.

Son rôle n’est pas d’être un psychologue, mais il doit être attentif, aux signaux qu’envoie l’élève. En bon observateur de la route l’enseignant de la conduite a généralement une bonne analyse des autres usagers et notamment de son élève. Lorsque celui-ci montre des signes de nervosité, un manque de concentration ou une forte émotivité, l’enseignant doit être en mesure de prendre les choses en main pour rassurer son élève. Souvent il faut l’aider à évacuer ce qui ne va pas et faire le point avec lui. Il peut arriver que l’élève ait besoin de parler de ses petits problèmes qui le déconcentrent lorsqu’il conduit.

L’apprentissage peut être parfois très stressant voir traumatisant, ça ne devrait pas être le cas. La découverte de la mécanique, quelque chose d’inconnu pour certains élèves, est souvent une véritable torture, le rôle de l’enseignant est alors de percevoir cela et de dédramatiser la chose.

Pédagogie et professionnalisme

En résumé l’enseignant se doit d’être bon pédagogue. Le savoir est une matière brute qu’il faut inculquer avec méthode afin qu’il soit efficacement appliqué. Apprendre sans comprendre n’est en rien pédagogique. Pour que le savoir soit acquis par l’élève il faut qu’il se l’approprie et non pas qu’il l’applique bêtement parce qu’on lui a dit de le faire. Il faut qu’il comprenne pourquoi il le fait et dans quel but.

La pédagogie est donc l’essence même de l’enseignement, cela englobe toutes les qualités qu’un enseignant doit avoir ou développer afin de dispenser un enseignement clair et efficace à ses élèves.

Ajoutez à cela, un professionnalisme sans faille et vous obtiendrez le meilleur apprentissage que l‘on puisse espérer. Le professionnalisme, c’est l’expertise de l’enseignant pour l’activité qu’il enseigne.

Vous avez maintenant le portrait robot des enseignants qui travaillent avec Ornikar.

Je veux devenir membre du réseau d’enseignants Ornikar

Découvrez nos offres dans votre département

Il suffit de créer un compte Ornikar gratuitement.

J’ai déjà un compte