Couple se disputant en voiture

Une étude met en avant les tensions que les voitures continuent à générer au sein des couples

Une étude menée par l’IFOP pour Caroom montre que si les habitudes associées à la conduite évoluent depuis un certain nombre d’années, la conduite des véhicules continue de générer des tensions au sein des couples.

Plus d’un couple sur deux se dispute au volant de leur voiture

Parmi les différentes questions posées aux couples quant à leurs manières d’appréhender la conduite lorsque les usagers de la route se retrouvent à deux dans la voiture, l’IFOP a demandé aux conducteurs si ceux-ci ont tendance à se disputer lorsqu’ils circulent. D’après les réponses obtenues lors de cette étude, 51% des couples se disputent pendant les courts trajets (rarement pour 30%, de temps en temps pour 18% et souvent pour 5%) et 54% des couples se disputent pendant les longs trajets (rarement pour 31%, de temps en temps pour 17% et souvent pour 6%).

Les raisons évoquées par les couples expliquant ces disputes sont principalement le style de conduite, la direction à prendre ainsi que la vitesse à laquelle les usagers circulent.

Les femmes ont plus tendance à avoir peur lorsque leur conjoint conduit que les hommes

L’étude s’est également intéressée aux appréhensions que peuvent ressentir les usagers lorsque leur compagnon ou leur compagne se retrouve derrière le volant et il semblerait que les hommes et les femmes ne soient pas parfaitement égaux face à l’appréhension. En effet, si la majorité des hommes comme des femmes n’éprouvent pas de peur lorsque leur conjoint se retrouve au volant du véhicule, 36% des hommes indiquent avoir peut lorsque leur compagne conduit (rarement pour 25%, de temps en temps pour 4% et souvent pour 7%). De leur côté, les femmes indiquent être 43% à avoir peur lorsque leur conjoint conduit (rarement pour 19%, de temps en temps pour 21% et souvent pour 3%).

Les femmes sont de plus en plus impliquées dans les dépenses liées aux voitures

Dans le cadre de cette étude, il a été également demandé aux femmes leurs habitudes dans le fait d’impliquer leur compagnon ou leur entourage masculin lorsqu’elles doivent réaliser des dépenses monétaires liées aux voitures. Ainsi, dans le cadre de l’achat d’une voiture, les femmes déclarent être 45% à décider l’achat de l’achat du véhicule, contre 55% pour leur conjoint. S’il ne s’agit pas d’une égalité parfaite, les chiffres sont bien plus équilibrés qu’il y a une trentaine d'années. Les femmes déclaraient alors qu’elles n'étaient que 15% à décider de l’achat de leur voiture, contre 85% pour leur conjoint.

Des clichés de genre liés à la conduite toujours présents

Enfin, la dernière partie de l’étude menée par l’IFOP s’attarde sur les clichés et les stéréotypes associés aux conducteurs dans le cadre de la conduite.

Il a été notamment demandé aux conducteurs en couple si en général les femmes conduisent mieux que les hommes et ces chiffres ont été comparés à ceux d’une étude similaire menée en 1988. Il en ressort qu’entre 1988 et 2021, le nombre d’usagers pensant que les femmes conduisent mieux que les hommes est passé de 32% à 28%, néanmoins, le nombre de répondants indiquant que selon eux les femmes conduisent moins bien que les hommes est passé de 15% à 8%.

Concernant les représentants des différents genres qui auraient le plus d’accidents, les derniers chiffres mettent les hommes en tête avec 50%, les hommes à égalité avec les femmes pour 38% des répondants et les femmes pour 6%, le reste de l’échantillon ne préférant pas se prononcer.