La ligne de dissuasion : utilité, réglementation, sanctions

Il existe deux types de signalisation routière définies par le Code de la route. La première forme de signalisation, la signalisation verticale, est constituée de tout ce qui est panneaux et bornes. La seconde forme de signalisation, qui est horizontale, comprend tous les marquages au sol qui permettent d’identifier des zones réservées et des consignes de circulation.

Reconnaître une ligne de dissuasion

Les signalisations horizontales

Parmi les signalisations horizontales rencontrées, on peut identifier les flèches, les lignes, les dessins, et les inscriptions. En France, elles sont peintes en blanc sur le sol. Les lignes jaunes ou bleues le long des trottoirs indiquent, quant à elles, des conditions de stationnement. Parmi les dessins, il existe les damiers, les vélos, les triangles, ou encore les indications de passages piétons. Dans d’autres pays en Europe, il n’est pas rare de voir la limite de vitesse autorisée peinte sur le sol, tandis que le système français privilégie les panneaux. C’est notamment le cas pour les Pays-Bas.

Il est nécessaire de reconnaître une signalisation permanente et une signalisation temporaire. Cette dernière catégorie est peinte en orange vif. C’est une indication le plus souvent annonciatrice de travaux, et donc de changements dans les règles de circulation. Cette couleur peut tout à fait concerner les lignes de dissuasion.

Où rencontrer les lignes de dissuasion ?

Parmi les marquages au sol, il est aisé de séparer les lignes continues et les lignes discontinues. Attention, il n’est pas question ici des lignes de STOP, de cédez-le-passage, ou celles des feux aux intersections. De manière générale, il faut retenir que la ligne continue ne doit pas être franchie, tandis que vous pouvez traverser la ligne discontinue.
Comme son nom l’indique, la ligne de dissuasion est faite pour dissuader le conducteur de la franchir, même si cela est autorisé. Il est cependant conseillé de ne jamais la franchir.

La ligne de dissuasion est représentée sur le sol aux dimensions suivantes : 1,33 m vide, puis 3 m plein. La ligne d’annonce est faite sur le même modèle. Il est possible de franchir une ligne de dissuasion pour doubler un véhicule lent. Cette situation peut survenir, par exemple, sur une route de campagne où vous croisez un tracteur. Le dépassement d’un véhicule roulant lentement est possible uniquement si la voie est libre, en signalant toujours l’intention de déplacement grâce au clignotant.

Sanction en cas de franchissement d'une ligne continue

La ligne de dissuasion peut être franchie dans le cas où le conducteur devrait doubler un véhicule lent. En revanche, la ligne continue n’est à chevaucher ou franchir sous aucun prétexte dans le cadre d’un dépassement normal. Le chevauchement de la ligne continue est sanctionné de 135 € d’amende et du retrait de 1 point sur le permis de conduire. Le franchissement de la ligne continue est, quant à lui, pénalisé par 135 € d’amende et le retrait de 3 points sur le permis de conduire.

Ne jamais franchir une ligne continue

Certaines exceptions permettant le franchissement de la ligne blanche. Ces exceptions sont liées aux conditions de sécurité à optimiser pour le conducteur et les autres usagers : évitement d’un obstacle, dépassement d’un cycliste ou d’un cavalier, contournement d’un chantier. Dans toute autre situation, seule la ligne de dissuasion peut être traversée.

Découvrez nos offres dans votre département

Il suffit de créer un compte Ornikar gratuitement.

J’ai déjà un compte

Nos articles du permis de conduire